Après plusieurs reports, le championnat national de première division n’a toujours pas débuté. La compétition pourrait connaître une saison blanche en raison de l’absence d’un budget évalué à sept milliards par la Ligue nationale de football professionnelle (Linafp).

Alain-Claude Bilie-By-Nze, le ministre d’État en charge des Sports, le 15 décembre 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Initialement prévu en octobre, puis reporté en décembre, le championnat national de football première division n’a toujours pas débuté. Mieux, elle a encore été repoussée à une date ultérieure. Tout laisse penser que le National Foot pourrait connaître une saison blanche, faute de budget.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre le ministre des Sports lors d’un entretien avec la presse le 15 décembre. Selon Alain-Claude Bilie-By-Nze, le calendrier de la compétition proposé par la Ligue nationale de football professionnelle (Linafp) a «une évaluation budgétaire de quatre milliards de francs CFA». À ce montant s’ajoutent trois milliards d’arriérés. Soit un total de sept milliards pour le démarrage effectif du championnat.

À ce jour, le ministre du Sports a dit ne disposer que «d’une ligne budgétaire d’un milliard de francs». N’étant pas en possession de la totalité de la somme, le membre du gouvernement n’entend pas lancer le championnat qui s’arrêterait en cours de saison. «Quitte à ce qu’il y ait une saison blanche», a déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nze. Ce dernier a justifié sa position par le respect de ses engagements pour championnat de qualité.

Par ailleurs, Alain-Claude Bilie-By-Nze a décrié l’échec cuisant de la professionnalisation du football. «L’Etat a mis beaucoup d’argent pour un championnat professionnel qui, après analyse, est une catastrophe. C’est un désastre financier. C’est un désastre au plan économique (…) dans la mesure où aucune équipe n’a été professionnalisée. Au plan sportif, c’est aussi un désastre, malgré les milliards qui ont été mis. La ressource mise n’est pas allée au bon endroit», a-t-il regretté.

A en croire le ministre des Sports, cet échec devrait déboucher sur un audit de la professionnalisation du football.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

4 Commentaires

  1. Fayo dit :

    Bilié Bi Nzé préfère mettre l’argent dans ses poches

  2. onero dit :

    Je vous l’avais dis BBN est un vendeur de vent…la veste est trop grande pour lui. Fisons un bilan :
    Les fédérations de karaté , judo , tennis de table , d’athlétisme , de boxe , de taekwondo sont dans l’irrégularité avec des bureaux hors-lois qui ont dépassés l’olympiade ( 4 ans )
    Qu’a t-il fait? venir inaugurer la salle de cinéma/spectacles qui a été construite par BOLLORE sur le terrain offert gracieusement par Total Gabon. De qui se moque-t-on ?

  3. onero dit :

    Comment peut-il se presenter pour un marathon ? pour amissa dans quelques jours ? Fait il un bilan de tous ses evenements ? Que propose le ministere ? BBN Vous disparaitrez comme Ali BONGO

  4. onero dit :

    Bilie BI NZE ne soyez pas complices comme vous l’êtes ,faites respecter les textes dans les differentes federations et vous verez que le sport ira de l’avant comme les années anterieures avec l’AJAC , l’AS SOGARA ( foot , hand ball ) , PETROSPORT ( Hand et foot ), Shell ( cyclisme , Foot , boxe ), USM ( Hand , foot, cyclisme ), FC 105 ( foot ). Quel problem avez vous avec la lecture des textes . Ne soyez pas le pyromane

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW