Le monde de la communication est en deuil avec la disparition de Dycael Mouity III, le 21 mai 2018 à Libreville. Agé d’une trentaine d’années, le jeune homme était employé à l’agence 2CS Consulting Communication Services.

Dycael Mouity III a rejoint les étoiles. © D.R.

 

«Nous ferons tout pour trouver un terrain d’entente pour que tout le monde soit content». Il ne rechignait jamais à la tâche, peu importe sa difficulté. Un profil que l’agence 2CS Consulting Communication Services aura certainement beaucoup de mal à remplacer. Lui c’est Dycael Mouity III, décédé à la fleur de l’âge le 21 mai à Libreville.

Connu dans le milieu des médias dont il servait souvent d’interface entre les organes de presse et les entreprises et/ou institution en quête de visibilité, le trentenaire laisse derrière lui femme et enfants, des parents, amis et connaissances durement éprouvés par sa disparition.

Dans le même régistre Dycael Mouity  laisse des collègues inconsolables. Une atmosphère qui en dit long sur l’importance du disparu au sein de la structure où il était présenté comme une «icône». Blagueur, taquin et populaire (à 2CS et ailleurs), Dycael Mouity faisait clairement l’unanimité autour de lui. Et encore plus professionnellement. «Le parcours élogieux de Dycael et le poste qu’il a occupé jusqu’ici à 2CS ne sont que la résultante d’un travail acharné depuis bien des années», ont unanimement confié les collègues du défunt, affectueusement appelé «Dutché».

Passionné d’actualités politiques, de sport et de culture, Dycael Mouity était doté d’une capacité d’écoute et d’un calme olympien hors de moment où il entreprenait de blaguer. Deux qualités traduisant sa maturité et son ouverture d’esprit. Longtemps intéressé par la gestion, il a effectué son premier stage de fin de cycle de licence professionnelle en Marketing/Commerce international comme gestionnaire au service Customer (service clients) à Ecobank Gabon.

Doté d’un bagage et d’une expérience considérables de gestion en relations humaines, Dutché, aussi appelé le «politologue» par ses proches, s’est constitué un carnet d’adresses et une solide réputation dans le monde des médias, et plus largement dans celui de la communication, en qualité de commercial pour le site d’informations en ligne Gaboneco. Remarqué pour sa compétence et disponibilité, il tapera dans l’œil de 2CS, qui le recrute en 2013.

En l’honneur sa mémoire, son employeur a prié «les personnes qui l’ont connu d’avoir une pensée pieuse pour lui». Désormais, Dycael Mouity fait valoir ses compétences là Haut, si tant est qu’il existe une agence de communication dans les cieux.

 
 

7 Commentaires

  1. N'goma Gisèle dit :

    Comme un mur, la mort nous sépare, de toi comme le souffle du vent qui balaie les obstacles, tu nous manques dyc

  2. agathj dit :

    Mon ami va en paix tu as été un homme bien

  3. Montel Moussounda dit :

    C’est triste de te perdre à cet âge. Tu avais encore beaucoup a nous apporté. De là où tu es saches que nous ne t’oublierons jamais. Repose en paix Tonton Dycael

  4. Zoukou nadege depuis la France dit :

    Adieu mon chéri c’est dur pour moi je vien te dire adieu toi que j’aimais je vien te remettre adieu a jamais rejoins tous ceux que nous avons aimés tout ceux qui nous ont déjà quitté tu es parti nous te verrons plus ton rire ton sourire tes blagues seront souvenirs nos coeur pleure l inconsolable douleurs en déposants ces gerbes de fleur désormais tu es parti adieu mes yeux te chercherons dans les les cieux pour toujours tu seras dans nos coeurs aide nous a ce que la joie demeure la vie a décidé de ton départ ethe doit te dire au revoir je t’ai aimé et je te remets à dieu

  5. Zoukou Nadège dit :

    je viens te dire adieu, toi que j’aimais je viens te remettre à dieu,à jamais rejoins tous ceux que nous avons aimés tous ceux qui nous ont déjà quittés tu es parti, je ne te verrais plus ton rire, ton sourire te blagues seront souvenirs mon coeur pleure l’inconsolable douleur adieu mes yeux te chercheront dans les cieux pour toujours tu sera dans mon coeur la vie à décidé de ton départ et je dois te dire Au-revoir je t’ai aimé

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW