Après le sapin de Noël en pin ou en épicéa et le sapin artificiel souvent produits en Europe, voici le sapin gabonais. Conçu par Pascale Ayitebe Ivanga, fondatrice de Yéyé créations, il est fait en raphia. Pour cette année, il est proposé à chacun pour une réappropriation de la magie de Noël.

Pascale Ayitebe Ivanga posant à côté de son sapin en raphia. © Gabonreview

 

Pascale Ayitebe Ivanga arborant des créations ; son sapin de Noël et quelques-uns de ses bijoux fantaisie. © Droits réservés

Noël. La tradition n’est ni africaine ni gabonaise à l’origine, mais elle s’est ancrée dans les habitudes de chacun à travers le monde. Pour se réapproprier l’élément décoratif essentiel de cette fête, Pascale Ayitebe Ivanga, designer et fondatrice de Yéyé créations, a créé depuis 4 ans un sapin entièrement monté en matériaux locaux. C’est le sapin en raphia. Haut d’environ 3 mètres, il est proposé cette année pour la fête de la nativité du Christ et bien plus. C’est, pour ainsi dire, un objet de décoration intérieure. «Mon sapin, c’est un objet de décoration d’intérieur qui rentre dans la maison des gens et qui est typiquement gabonais. C’est ma proposition à moi, ma traduction de Noël en tant qu’Africaine, en tant que Gabonaise», indique Ayitebe Ivanga.

Le sapin, elle l’a imaginé avec un objectif : amener les Africains et les Gabonais en particulier à se réconcilier avec leur africanité, avec leur gabonitude. «Je crois que les gens ont besoin d’être en harmonie avec ce qu’ils sont fondamentalement. Ça n’enlève en rien la possibilité d’avoir autre chose, mais avoir des propositions locales c’est important», estime la créatrice. C’est également une invite aux Occidentaux à découvrir l’Afrique et le Gabon autrement. «En tant que personne qui vît au XXIème siècle et qui a voyagé, je me dis pourquoi ne pas célébrer Noël avec des fibres de raphia. C’est tout aussi juste que plaisant», explique-t-elle.

 «J’en fais quand même une bonne cinquantaine et la chance que j’ai c’est qu’ils partent tous. La chance aussi que j’ai eue c’est que CK2 a bien voulu distribuer cette ligne-là. Donc, il est à côté des autres sapins. C’est vraiment pour moi la meilleure des reconnaissances. Il n’est pas là pour supprimer les autres sapins, mais il est là comme une autre proposition. Une proposition artistique locale. C’est bien que les gens l’achètent d’une manière tout à fait décomplexée et c’est ce qui est intéressant», se réjouit Ayitebe Ivanga.

Ce sapin local, dit-elle, «n’est pas du tout un produit de luxe». Cependant, la technicité et la complexité de son élaboration engendrent beaucoup de coûts et Ayitebe Ivanga souhaite le rendre un peu plus accessible d’autant plus qu’il peut être gardé 2 à 3 ans. «Il n’est pas cher. On est quasiment dans le même ordre de prix. Moi j’aimerais qu’il soit dans beaucoup d’intérieur gabonais. Donc, je dois alléger les coûts de production. C’est la réflexion qui est la mienne».

Ingénieur documentaliste de formation, Pascale Ayitebe Ivanga a toujours eu un goût prononcé pour le design, pour la création. «Fière» de son africanité, elle se lance dans la création de produits «culturellement marqués». Son projet, dit-elle, «c’est de faire en sorte que mes créations soient représentatives de la culture qui est la mienne». Ses créations ont un large éventail, allant des bijoux aux objets d’art en passant par la papeterie «en mettant un point d’honneur sur l’utilisation des matériaux d’ici, précisément le raphia».

Autodidacte, elle exprime sa vision des choses à travers ses créations. «Je suis assez libre dans ce que je veux faire et comment je veux le faire. Donc ce n’est pas vraiment encadré par des règles artistiques strictes. C’est vraiment essayer de dire des choses avec les matériaux que j’ai à ma disposition», explique-t-elle invitant chacun à décorer son intérieur avec le sapin en raphia, d’ailleurs apprécié par plus d’un. «Moi je suis agréablement surprise. Ça fait 4 ans que je l’ai sorti et au fur et à mesure les gens l’achètent, les gens l’aiment», dit-elle.

Joie de saison : si Yéyé Créations, son entreprise, est connue ses bijoux fantaisie, elle réalise bien d’autres choses et surtout, en cette période où s’ouvrent grandes les vannes des vœux de Noël et nouvel an, des cartes de vœux méritant le détour.

Auteur : Alix-Ida Mussavu

 
 

1 Commentaire

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW