La mise en œuvre du projet de formation qualifiable pour la jeunesse africaine inspiré par la 2ème édition du New York Forum Africa a officiellement été lancée le 4 mai 2015.

Coupure du ruban symbolique au premier site de formation basé à IAI. © Gabonreview

Coupure du ruban symbolique au premier site de formation basé à IAI. © Gabonreview

 

Fruit du partenariat entre l’Unesco et Airtel Gabon, le programme baptisé «Train my generation-Gabon 5000» dont le but est de former plus de 5000 jeunes aux technologies de l’information et de la communication, a été lancé le 4 mai dernier à l’Institut africain d’informatique (IAI), en présence du ministre de l’Éducation nationale, du directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile et du représentant de l’agence onusienne pour l’Afrique centrale. Pour Loïtéohin Félix Ye, cet acte se définit comme la rencontre entre une vision et une ambition. «La vision est celle des plus hautes autorités de ce pays, engagées comme elles le sont, dans la construction d’une économie forte et prospère. L’ambition est celle de vos partenaires du secteur privé et de la coopération internationale, déterminés à accompagner ce qui apparaît comme un devoir de solidarité générationnelle, à savoir : faire de la jeunesse gabonaise, la pierre angulaire d’un développement durable».

Cette initiative qui découle de la 2ème édition du New York Forum Africa, court sur trois ans et est entièrement financée par la société de téléphonie mobile pour un montant de 2,4 milliards de francs. Elle comporte quatre composantes : l’initiation à l’outil informatique, le soutien scolaire par la formation à distance (E-learning), l’accompagnement à l’entreprenariat des jeunes et l’accompagnement métiers par des bourses de formation dans des domaines spécialisés. «L’intérêt majeur de ce grand projet se justifie par le fait qu’il s’adresse à notre jeunesse qui a besoin de connaissances, notamment dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. Il vise à favoriser l’intégration des jeunes dans le monde professionnel en incitant certains à s’orienter vers des expériences d’auto-emploi et de création d’entreprises individuelles ou collectives», a déclaré Ida Reteno Assonouet.

Ouvert aux jeunes scolarisés et non-scolarisés, âgés de 17 à 35 ans, le programme prévoit la mise en place des plateaux techniques de formation basé sur un parc de 25 ordinateurs avec les programmes et accessoires requis sur 10 sites dans les 9 capitales provinciales du pays. À différents niveaux de formation, des certifications sous le label IAI seront délivrées aux impétrants dans des domaines répondant aux besoins des jeunes et au marché de l’emploi. «Ce projet mené conjointement avec l’Unesco est une première en Afrique et son importance n’est plus à démontrer. Les principaux objectifs visés sont : la formation des jeunes à l’utilisation des TIC, à l’entreprenariat, celle des techniciens à la radio et télévision numérique, la formation et soutien des bénévoles placés dans les centres TIC…», a souligné Hervé Olivier Njapoum. Et d’assurer être persuadé que ce programme offrira aux jeunes une expertise aux normes internationales.

 

 
 

5 Commentaires

  1. Pas Possible dit :

    la haute blague!!! pas de système scolaire clairement défini en place mais on parle de Train my generation-Gabon 5000…batchibi!!!! Plus bete que ce peuple je me coupe le doigt!!!

  2. Sabrina dit :

    un diplôme de plus qui s’ajoute aux parcours de tous les jeunes désirantes perfectionner dans l informatique .

  3. Plus de raison de ne pas rester étudier au Gabon

  4. azerty dit :

    l’IAI existe depuis 1971 !!

    Que fait on de ceux qui en sorte et qui rament à trouver du travail ou des marchés, pour ceux nombreux qui entreprennent ?!

  5. […] launched last May in partnership with UNESCO and mobile phone operator AIRTEL Gabon, which aims to train 5,000 youth aged 17 to 35 in 3 years in ICT domaines. So many all-out initiatives show that Gabon hopes to accelerate its race for […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW