Le patron de la Société nationale immobilière (SNI) et l’ex-patron de la Caisse de dépôts et de consignations (CDC) intéressent la justice, notamment au sujet des projets immobiliers Nyonié et Dorade. Ils sont depuis le 23 janvier aux mains du B2.

Juste Valère Okologo W’Okombat (à gauche) et Alain Ditona Moussavou inquiétés par l’Opération Mamba. © Gabonreview

 

L’Opération Mamba lancée il y a un an pour traquer les hauts fonctionnaires ayant distrait l’argent public fait à nouveau parler d’elle, après quelques mois de léthargie. Depuis mardi 23 janvier, Juste Valère Okologo W’Okombat et Alain Ditona Moussavou, informe L’Union ce jeudi 25 janvier, sont entendus par les agents de la direction générale de la Contre-ingérence et de la Sécurité militaire (DGCISM), le célèbre et redouté «B2». Le quotidien précise que les enquêteurs cherchent à établir la responsabilité du directeur général de la SNI et l’ex-patron de la CDC, actuel président du conseil d’administration de Comilog, dans les dossiers Nyonié, Dorade et Société nationale des logements sociaux (SNLS, dont l’ancien DG est actuellement détenu à la prison centrale de Libreville).

Les trois dossiers, liés au domaine de l’immobilier public, mettent en jeu beaucoup d’argent et des transactions pas clairement justifiées. Pour les projets Nyonié et Dorade gérés par Juste Valère Okologo W’Okombat, il ressort, par exemple, que sur les 100 milliards de francs prévus pour la construction de 3 800 logement, la SNI aurait reçu de la part de BGFIbank 74 milliards de francs. Les enquêteurs, selon L’Union, évoquent «des incohérences importantes» dans l’examen des décaissements effectués par la SNI et «des anomalies sur les comptes bancaires où auraient été effectués des virements». De même, les dossiers liés aux projets Nyonié et Dorade sentiraient bon la surfacturation au profit de certaines entreprises.

Pour Alain Ditona Moussavou, le B2 s’intéresserait particulièrement au «prises de participation» supposées de la CDC dans certaines entreprises quand il en était le patron. Les enquêteurs voudraient également faire la lumière, entre autres, sur «le rachat des créances d’entreprises publiques dont la CDC est pourtant actionnaire».

 
 

14 Commentaires

  1. Patrick ANTCHOUET dit :

    Et Akomézogho dans tout ça ? Le chef des Impôts et ancien DG de l’Anuttc n’est pas entendu dans cette affaire ? Bizarre… Mamba doit aller au find des choses.

  2. beka dit :

    N’y a-t-il que des voyous à la tête des entreprises de l’Etat gabonais ? “Il est difficile, quand on a faim, de transporter sur la tête, de LBV à M…, un régime de bananes murissant, sans en détacher un seul doigt”, dixit OBO. Est-il de même tout aussi facile de sortir un seul franc de la caisse si on ne s’entoure pas des protections ou des amitiés qui vous garantiraient une sortie honorable ? Tout ceci nous rappelle les gesticulations d’une certaine grande gueule appelée BBM…

  3. l'ombre qui marche dit :

    Au bénéfice de bruno ben Moubamba qui avait voulu voir clair dans les agissements de Okologo en le suspendant!

  4. BEYEME dit :

    Finalement BBM avait raison alors?

  5. howard dit :

    sachez que bbm avait raison faite lui aussi des eloges car c;est un bon gabonais qui a vu depuis cet affaire tres claire

  6. jean- jacques dit :

    le malheur du Gabon c’est pas la famille Bongo.Mais tous ceux qui occupent les postes de resposabilités au Gabon tous sont des voleurs. La solution dans tout ça on PRIVATISE LE GABON ENTIER LES chinois et les Singapouriens achetes ce beau pays au moins la gestion d’argent serait dans les mains des gens honnetes. en Asie le vol des biens publiques c’est la peine de mort. c’est pour cela ses pays evoluent à une vistesse spectaculaire.

    Voila un Manganga avec son orgueil ose dire aux agents du ministere des affaires etrangeres de cotiser pour acheter le carburant. comment construire un pays avec ce genre d’individu? tandis que son carburant qu’il pompe chaque jour dans sa voiture des fonction c’est l’Etat qui lui donne les bons de carburant et pour lui c’est normal ou responsable de dire aux agents de COTISER.

  7. RG dit :

    Tout le monde politique pique dans la caisse et surtout le plus haut dignitaire du pays
    Ouvrez les yeuw c’est votre argent qui s’en va

  8. jean- jacques dit :

    Monsieur steve, le Procureur de la Republique À quand l’operation de grande en vergure pour mettre hors circulation tous ceux qui ont gerer l’argent des fêtes tournantes sous l’ere OBO?,il nous faut d’abord recuperer toutes les maisons de foot que OBO avait mise en place par ce que ses maisons serviront à des cellulaires pour enfermer tous ceux qui ont detourner l’argent des fêtes tournantes, je suis sûr que 98% des autorités personne ne va échapper.

    • Komilfo dit :

      en effet le tout devra aussi passer un audit de ceux qui sont passés au ministère de la défense surtout qui se sont enrichis avec les uniformes que Impala faisait à coté du stade et qui sur-refacturaient ces uniformes à l’état Gabonais ou encore faisaient louer à l’état Gabonais ses proches engins du génie militaire pour aller terrasser les terrains du projet goal de la CAF (à Bikélé et autres )et ensuite les mêmes ont englouti tout l’argent et reviennent donner des leçons de probité….pitié

    • Sameline dit :

      Et ceux qui, comme Accrombessi, ont fait main basse sur le budget de l’Etat pendant 7 ans?

  9. makaya dit :

    Le grang JVO, vous abusez! sur autant de milliards fais quand même 99% du travail et le reste ira dans les pertes et profits. Mais tu ne peux pas faire le contraire. Je vole 99% et je réalise 1%. Est-ce vos enseignements qui vous le dictent? Pitiéééé

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW