Ayant été le plus jeune candidat aux dernières législatives, Hemma-Jaurès Nguema Assoumou Mombe a choisi d’adhérer au parti Pour le changement (PLC), une jeune formation politique dite «de gauche progressiste».

Hemma-Jaurès Nguema Assoumou Mombe, le 16 novembre 2018 au siège de PLC. © D.R.

 

Crédité de 4,19%, le même suffrage exprimé pour le Parti social-démocrate (PSD) de Pierre-Claver Maganga Moussavou au 1er arrondissement d’Owendo lors des dernières législatives, Hemma-Jaurès Nguema Assoumou Mombe a certainement un avenir en politique. A 21 ans, le jeune leadeur politique n’en doute pas, mais semble savoir également que seul, il aura beaucoup plus de mal à y parvenir. Aussi, a-t-il annoncé, vendredi 16 novembre, son adhésion à PLC.

En adhérant à cette jeune formation politique dite «de gauche progressiste», le plus jeune candidat des dernières législatives espère parvenir à son idéal : «une meilleure implication des jeunes dans le processus de prise de décisions». «Le Gabon doit s’inscrire parmi les nations dans lesquelles les jeunes ne sont pas simplement des spectateurs mais des acteurs de la gestion de leur nation», a-t-il précisé.

«J’aspire au changement, à une politique innovante, à une nouvelle classe politique dans notre pays. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de rejoindre le parti Pour le changement. Ce parti représente pour moi l’espoir, l’opposition radicale et véritable, et celle dont la population a véritablement besoin», s’est justifié le jeune acteur politique, qui a dit avoir été convaincu par «la vision», «l’énergie» et la qualité des leadeurs de son nouveau parti.

Entré officiellement dans l’arène politique nationale en juin 2018, le PLC se revendique de l’opposition. Ce parti a été créé par d’anciens jeunes cadres de l’Union & Solidarité (US) de Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, lui-même ancien transfuge de l’UPG. La création de PLC émane de la «trahison» vécue par ces dissidents à la suite de l’entrée au gouvernement, en mai 2018, du président de l’US.

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    5% de 10% des votants (5 millièmes des inscrits) ce n’est pas une entrée fracassante dans le monde politique…
    Quant aux visées progressistes je les attends encore: Système sociale, salaires minimum garantis, taxations du grand capital, fin de la corruption, auto gestion, coopératives, associations, économats, fin de l’économie de marché et de ses balivernes,etc…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW