Pour la coalition «Tournons la page», il existe encore de nombreux moyens pour que le Gabon connaisse l’alternance après 49 ans de règne de la famille Bongo Ondimba.

Tournons la page. © secours-catholique.org

Tournons la page. © secours-catholique.org

 

«Rien n’est encore perdu pour le peuple gabonais, aspirant à l’alternance». C’est du moins ce que pensent les acteurs de la campagne internationale pour l’alternance «Tournons la page», selon qui la prestation de serment par Ali Bongo Ondimba pour un second mandat présidentiel n’entamerait en rien la détermination et la révolte de la population gabonaise, de la communauté gabonaise de l’étranger, ainsi que les alertes de la communauté internationale.

«L’Union africaine a pris acte de la réélection d’Ali Bongo. Mais de quel crédit dispose une institution présidée par Idriss Déby, le dictateur tchadien ? L’Onu a  pris note ce qui, en langage diplomatique, marque certes une prise de distance, mais aussi un manque de courage pour qualifier le coup de force en cours à Libreville. L’Union européenne a, jusqu’ici, refusé de reconnaître la reconduction du régime gabonais, une attitude bienvenue. Mais saura-t-elle en tirer toutes les conclusions ? La stabilité ne se construira pas par la paix des cimetières, mais bien par un processus de reddition des comptes et d’alternance démocratique que les Gabonais ont appelé de leurs vœux», a indiqué le mouvement citoyen transcontinental dans un communiqué publié le 28 septembre 2016.

Afin de ne pas permettre à la fatalité et la realpolitik de l’emporter sur le respect de l’Etat de droit, «Tournons la page» demande aux acteurs de la communauté internationale et en particulier aux Nations unies, à l’Union européenne et ses Etats-membres, de ne pas reconnaître le gouvernement d’Ali Bongo Ondimba ; de sanctionner les responsables du coup «d’Etat électoral» et de la répression contre le peuple gabonais, en particulier : Ali Bongo Ondimba, Marie-Madeleine Mborantsuo, Mathias Otounga Ossibadjouo, Pacôme Moubelet Boubeya, Alain Claude Bilie By Nze, le général Grégoire Kouna. «Le régime de sanctions peut notamment inclure, pour ces personnes et leurs proches : le gel et la surveillance de leurs avoirs à l’étranger ; l’interdiction de visa et l’annulation des titres de séjour», recommande-t-elle.

Cette coalition internationale pour l’alternance dans les pays africains, sollicite également une enquête internationale indépendante sous égide des Nations unies pour faire la lumière sur les massacres, les disparitions et les arrestations arbitraires. Et demander la libération de tous les militants de la société civile et de tous les détenus politiques. «Ne pas agir au Gabon signifierait signer un blanc-seing à l’ensemble des autocrates de la région», prévient « Tournons la page ».

«Tournons la page» milite pour la «réalisation de mobilisations conjointes en vue de construire et faire vivre les conditions d’une véritable démocratie sur le continent africain.» Ce mouvement citoyen transcontinental «a pour ambition de rassembler le plus largement possible, au-delà des clivages politiques, ethniques ou religieux et à favoriser les synergies entre une diversité d’acteurs mobilisés pour la défense des droits humains et de la démocratie sur le continent africain

 

 
 

5 Commentaires

  1. COMPRENDRE dit :

    Que cette page se tourne vraiment. Je veux voir le Gabon être dirigé autrement.

  2. YBIGBILY dit :

    Vous pouvez encore et encore rêver Ali est au commande pour 7 ans ,la France et ses partenaires européens ; les USA et autres ont jeté l’éponge se retrouve devant le fait à accomplir,ils étaient même représentés à l’investiture par leurs ambassadeurs.

    On ne destitue pas un régime derrière un ordi en appellant les autres d’aller tomber sous les balles pendant que Ping et sa bande de collabo avec les puissances étrangères mettent leurs familles à l’abri à l’étranger.

  3. brunosolo dit :

    au boulot les feignasses

  4. jeanlouisoooh dit :

    encore une invention pour se faire payer quelques bieres, sobraga rend fou

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW