Le parc immobilier de la Délégation régionale de l’Ogooué-Maritime (Droma) de la de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), à Port-Gentil, a récemment été visité par la directrice générale de l’institution. Un tour du propriétaire ayant laissé un goût amer à Nicole Assélé.

Nicole Assélé, estomaquée par l’état du parc immobilier de la Droma à Port-Gentil. © D.R.

 

Lors de sa récente visite à Port-Gentil, la directrice générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) a visité les structures et autres investissements placés sous la juridiction administrative de la Délégation régionale de l’Ogooué Maritime (Droma). Dépitée, Nicole Assélé a affirmé qu’au-delà de la correspondance administrative, elle a réellement pris «toute la mesure des difficultés» qui sont les siennes depuis sa prise de fonction à la tête de la CNSS.

Des difficultés, notamment, pour faire la lumière et pointer les responsabilités sur ces investissements immobiliers colossaux, réalisés sur fonds propres, tantôt abandonnés aux squatters, tantôt concédés à des occupants sans entretien et sans loyers ; lorsqu’ils n’ont pas simplement servi de gouffre à sous pour des éléphants blancs.

Parmi ce patrimoine immobilier bâti et non bâti, abandonné, non entretenu, squatté ou irrégulièrement occupé, figurent la cité située non loin du stade de Ntchengué, où logeaient certaines familles d’anciens personnels des hôpitaux de la CNSS, tout le bâti autour de l’ancien hôpital Paul Igamba. Non loin de là, l’immeuble R+6 racheté depuis trois ans à la Poste S.A, ainsi que les 121 logements de la Cité municipale OMCE, où de nombreux occupants y ont fait de vieux os, sans verser de loyer à la CNSS.

Mais le projet ayant le plus laissé pantoise Nicole Assélé est le site de Ntchengué. Un bâtiment de trois étages prévu pour abriter le siège de la Droma. Sur ce chantier commencé en 2014, et qui devait normalement être livré après 24 mois de travaux par l’entreprise Sogaco BTP, seuls le soubassement, une dalle et quelques poutres sont visibles ; pour plus de deux milliards de francs CFA déjà décaissés par la CNSS.

Entre temps, les 63 agents de la CNSS dépendant de la Droma continuent de travailler dans la promiscuité dans les bâtiments obsolètes du siège, en plein centre-ville de Port-Gentil.

 
 

3 Commentaires

  1. l'ombre qui marche dit :

    Tant que l’état ne comprendra pas que la CNSS est une mutuelle, une coopérative et qu’il faut associer étroitement les employés et employeurs dans la gestion de LEUR ARGENT on ne s’en sortira pas! et à ce rythme cet organisme va mourir et avec elle des milliers de personnes ayant versé leurs cotisations 20 30 35 ou 40 ans! quand je pense que le premier commandement de DIEU c’est”TU MANGERAS A LA SUEUR DE TON FRONT” DIEU POURQUOI PERMETS TU QUE LA SUEUR DE MON FRONT SOIT MANGER PAR D’AUTRES?

  2. RG dit :

    C’est le résultat d’une mauvaise gouvernance des Bongos
    Le pays en ruine et en faillite

  3. abdelkurt dit :

    Triste Afrique qui fait lui même une partie se son malheur…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW