Le 16 octobre, à l’occasion de la célébration du 8e anniversaire d’Ali Bongo au pouvoir, le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC), Guy-Christian Mavioga, avait tenu des propos peu amènes à l’endroit du PDG. Il avait notamment appelé Ali Bongo à créer son propre parti. Une sortie qui lui a valu une cinglante réplique de Clémence Mezui, l’un des porte-paroles du PDG.

Le porte-parole du PDG, Clémence Mezui. © Gabonreview

 

Guy-Christian Mavioga a-t-il eu tort de profiter de « sa proximité » avec Ali Bongo pour critiquer le Parti démocratique gabonais(PDG), et surtout demander au distingué camarade de s’en défaire ?

Au sein du PDG, beaucoup pensent que c’est une grosse maladresse. En effet, lors de la célébration du 8e anniversaire d’Ali Bongo au pouvoir, le porte-parole de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence a estimé que le problème actuel du Gabon c’est le PDG. Un parti qui ne peut, selon lui, permettre à Ali Bongo d’assurer aux Gabonais, ni l’avenir en confiance, ni l’émergence promis depuis 2009. La réplique du PDG ne s’est fait attendre.

Le 18 octobre, Clémence Mezui, l’un des porte-paroles du PDG, a tenu à recadrer Guy Cristian Mavioga. Tout en s’indignant des propos tenus par ce dernier, elle lui a rappelé qu’il doit sa position actuelle au PDG. «M. Mavioga, malgré tous les avantages et privilèges qu’il tire de sa proximité avec le PDG et ses instances dirigeantes dont le distingué camarade président Ali Bongo Ondimba, s’est cru obligé de cracher dans la soupe qui le nourrit et le fait connaître».

Pour Clémence Mezui, le leader du BDC fait preuve d’ingratitude et trahit la Charte de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence. Mavioga fait allègrement abstraction du principe de «respect mutuel» régissant les rapports au sein de la majorité.

A travers les « propos désobligeants » de Guy-Christian Mavioga, le porte-parole du PDG perçoit une « tentative maladroite de livrer le PDG à la vindicte populaire». Cette posture «dissimule mal les vaines tentatives de certains compatriotes à s’ériger en véritables hommes politiques», a dénoncé Clémence Mezui.

Face à cette sortie «mal à propos», le porte-parole du PDG a appelé les militants à «ne pas répondre aux provocations malveillantes, mais à demeurer vigilants, en attendant de se retrouver pour travailler efficacement à l’œuvre de construction nationale en vue de l’émergence du Gabon, au cours des conseils provinciaux et lors de la grande rencontre studieuse que sera le prochain congrès du PDG».

 
 

14 Commentaire

  1. espoir dit :

    Mavioga devient aujourdh’ui une peste pour avoir oser dire rien que la verite. mais comme il est nourri par vous coupez lui les vivres alors et on verra s’il n’existera plus.vous n’avez pas honte de tenir de tels propos madame.c’est vraiment la preuve que nous vivons dans un etat voyou.

  2. espoir dit :

    Mavioga devient aujourdh’ui une peste pour avoir oser dire rien que la verite. mais comme il est nourri par vous coupez lui les vivres alors et on verra s’il n’existera plus.vous n’avez pas honte de tenir de tels propos madame.c’est vraiment la preuve que nous vivons dans un etat voyou.jusqu’en quand comptez vous faire sa.

  3. L’illettré du Littré dit :

    Mam Mezui n’y va pas avec le dos de la cuillère. Au PDG, tout est affaire de “soupe, avantages et privilèges” y compris la renommée.. Bon appétit à vous.

  4. Moubouloukou dit :

    Moi de ma part, je crois que les pédégistes ont créés une machine disant un système dans une désordre total et aujourd’hui le même système se retourne contre eux mêmes.Les cassics qui ont quittés le bateau ou se sont mis à l’écart des responsabilités au Pédégé n’avaient peut-être tors vue le risque d’implosion de la machine.

  5. Moubouloukou dit :

    Le Pédégé est un four tout car au sein de cette formation politique nous retrouvons tous les cas sociaux les plus dangereux on n’y retrouve : les gars les plus bêtes du pays,les maboules, les voleurs,les violeurs,les tricheurs, les braqueurs, les maudis,les sorciers,les assassins,les anciens prisonniers, les pédophiles, les Homosexuelles, les tribalistes,des malades mentaux,les flic pourris,les menteurs,les hypocrites,les dénégateurs, les bandits. Alors comment ne pas donner raison à Christian Mavioga quand bien même il fait partir du systèmes mais en mode bête, en tout cas chaqu’un se retrouvera.

  6. LE VRAI dit :

    «Mezui Clémence, malgré tous les avantages et privilèges qu’elle a tiré de sa proximité avec l’Union Nationale et ses instances dirigeantes dont le feu président André Mba Obame, s’est cru obligée de cracher dans la soupe qui l’avait nourrit et l’avait fait connaître».

    Pour le vrai Gabonais, celle qui aujourd’hui devenu porte parole du PDG avait fait preuve d’ingratitude et trahit la Charte de l’Union Nationale. Mezui avait fait allègrement abstraction du principe de «respect mutuel» régissant les rapports au sein d’un parti politique.

    Ce qui me laisse croire aujourd’hui, qu’elle fut plutôt par l’odeur alléchée. Maintenant qu’elle bénéficie de ses privilèges et qu’en plus elle est connue, elle nous donne des leçons. Triste réalité!

  7. Christian dit :

    Pour ma part MAVIOGA a chier du coté où vient le vent. Sa place ne devrait plus être dans la majorité. C’est un traitre

  8. MBIRE dit :

    Honnêtement, est ce que les hommes politiques gabonais ont mm des convictions? je me demande pourquoi ils font de la politique???Cette clémence, la façon qu’elle insultait Bongo et le PDG, seigneur, je me disais que cette femme avait du caractère…du cran…finalement qui croire dans ce pays? je suis déçu de cette femme, je ne ressens que du mépris et de la désolation..

  9. BEYEME dit :

    Ah ! clémence laisse nous bavardage façon façon. Le pasteur a eu le mérite de dire ce que toi tu penses plus bas. Ne trouves-tu pas que le PDG ne propose plus rien?

  10. Efong dit :

    Mme MEZUI si u es vraiment au PDG va te présenter aux élections. On ne sait même pas où est ton fief électoral. pitié tu fais du vagabondage politique.

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW