L’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), a déclenché une grève illimitée le 11 janvier à Libreville, Port-Gentil, Rabi, Gamba, Koula et Toucan.

Des employés de Shell au piquet de grève. © DR

 

Estimant n’avoir pas jusqu’à ce jour obtenu satisfaction à leurs revendications inscrites dans le cahier de charges porté à la connaissance de la direction générale de Shell Gabon, le 30 décembre, l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) a déclenché une grève illimitée le 11 janvier.

Dans sa correspondance, l’organisation syndicale a invité les employés du pétrole à cesser toute activité professionnelle dans les différents sites de l’entreprise : Libreville, Port-Gentil, Rabi, Gamba, Koula et Toucan. Une grève que l’Onep justifie par la non satisfaction des revendications sur la dégradation climat social qui prévaut au sein de la société, suite  à l’échec des discussions tenues en interne entre les représentants du personnel et ceux du groupe Shell, du 9 au 19 décembre 2016.

Estimant avoir a dépassé la date à laquelle ces revendications auraient dû trouver satisfaction, l’Onep n’a trouvé d’autre choix que de demander aux employés de cesser toute activité, à travers une grève illimitée. Les grévistes précisent par ailleurs qu’ils n’entendent pas assurer un service minimum en raison de l’absence d’un procès -verbal établi sur ce point.

Très remonté, l’Onep dit « tenir l’employeur pour responsable de tout débordement liée à sa  tentative de faire remplacer un travailleur gréviste au moment où la loi le lui interdit », et a demandé à tous les employés de « rester mobilisées,  disciplinés et de se conformer  aux consignes dans  aux différents piquets de grève ».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga (stagiaire)

 
 

10 Commentaires

  1. Nkembo dit :

    Continiuez à multiplier vos grèves politisée mais malheureusement pour vous,votre champion ne sera jamais Président.

    • OBAGOME dit :

      Monsieur,
      Bonjour, simplement pour vous dire que vous êtes hors sujet.
      Se taire, quand on ne maitrise pas la question, est une sagesse.
      Merci

    • Obaka dit :

      Certains ne s’en passent plus de la politique, qui devient leur nourriture quotidienne. Les revendications sont légitimes et surtout que le gouvernement ne communique pas du tout, cas de l’enseignement. Les examens de l’an dernier 2015-2016 ont vu l’implication des enseignants et l’année a été validée. On commence à payer une partie du CEP, depuis septembre 2016, et maintenant à c’est le silence total pour le BEPC, le Bac, les examens professionnels et de l’enseignement normal. Aucune explication n’est donnée, ni raison,aucune information du gouvernement à fournir aux enseignants, ni une éventuelle esquisse de période de paiement. Pourtant ces commissions sont budgétisées. Les préavis de grève sont annoncés aussi bien par des syndicats que par des groupes isolés dans certains grands lycées de la place. Mais hélas, top secret sur l’évolution de ce dossier, aucune clarification des autorités pour rassurer les uns et les autres. Mais que voilà, les esprits tordus parlent de grève politisée et comme quoi le gouvernement est toujours parfait dans toutes ses démarches. Communiquer ou pas, payer les vacations ou pas, c’est tout à fait normal ce sont les travailleurs qui dérangent et plus grave c’est l’opposition de PING qui nous manipule. Nkembo, Nkembo, Nkembo, c’est vous qui organisez les examens, c’est vous qui gérez les finances publiques, c’est vous qui devrez payer les enseignants et non PING. On a travaillé et vous nous devez, n’est ce pas?. Que vient faire la politique entre vous et nous? On ne voit pas en quoi PING est cité dans notre deal. Depuis septembre, nous travaillons malgré pour tout et 5 mois après, vous nous sortez des inepties incroyables. Venez nous payer les vacations au lycée lundi et vous verrez que les cours vont reprendre c’est aussi simple. Arrêtez de semer le trouble avec vos histoires ridicules de PING, soyez un peu sérieux Mr Nkembo.

  2. Harvy dit :

    Merci à toi mon frère OBAGOME ce recadre-ment était NÉCESSAIRE.
    Parce que, lorsque le géant Shell décide de partir ou du moins de vendre ses parts, c’est aussi Ping qui influence cette décision…?
    J’ai le sentiment que certains compatriotes refusent de voir, enfin ne réalisent pas encore que la situation actuelle nous conduira irréversiblement vers le vrai K.O si rien n’est courageusement fait..
    Wait and see

  3. kaky du mapane dit :

    n’est aveugle que celui qui refuse de voir, vraiment toi OBAGOME tu es sérieux quand tu raconte des choses que même un nouveau né ne peut dire tu crois que le gabon appartient à Jean Ping seul ou encore Jean Ping à lui seul fait toutes ses voix qui se sont exprimées? lors qu’on n’est nul on se tai

  4. kaky du mapane dit :

    c’est plutôt à nkembo que s’adresse ce message merci

  5. Nkembo dit :

    Messieurs de grâce,je ne fais que reprendre les paroles sorties de la bouche du sieur Ping himself. Donc je crois que votre recadrement lui est destiné.
    Maintenant entre lui et vous qui dit la vérité

  6. CHARY dit :

    Tout ce qui sera fait ne servira a rien. la crise politique, social et économique au Gabon ne s’arrêtera qu’avec le départ de ali bongo; si les Gabonais ne le comprennent pas, eh bien, qu’ils continuent du subir et de souffrir.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW