En vue de conserver et de pérenniser à jamais la mémoire de l’artiste musicien gabonais Pierre Claver Zeng Ebome, une convention a été signée le 6 novembre 2018 entre la famille et le ministre de la Communication, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Marie Constance Zeng Ebome, la veuve de l’artiste, et le ministre d’Etat en charge de la
Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze, le 6 novembre 2018. © D.R.

 

La famille Zeng Ebome et les responsables du ministère de la Culture. © D.R.

A la suite de nombreux autres hommages qui lui ont déjà été rendus, Pierre Claver Zeng Ebome entrera au panthéon de la musique gabonaise. Cette entrée se fera à travers un coffret récapitulatif de son répertoire. C’est le sens de la convention qui a été signée le 6 novembre 2018 par le ministre en charge de la Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze et Marie Constance Zeng Ebome, la veuve de l’artiste.

Près de huit ans après son décès, Pierre Claver Zeng Ebome a reçu l’hommage de la part de plusieurs artistes gabonais. Un hommage diffusé à la télévision nationale et suivi par des milliers de téléspectateurs. C’est dans la continuité de cette initiative que le ministère de la Culture et la famille ont signé une convention pour exhumer et sauvegarder l’ensemble de son œuvre.

«Tel qu’il est écrit, ceux qui meurent sont ceux dont on ne se souvient plus. La problématique qui se pose à nous aujourd’hui est celle de la mémoire et de l’oubli. Nous ne souhaitons pas que personne ne tombe dans l’oubli. Nous ne souhaitons pas que l’art gabonais tombe dans l’oubli. Ce que nous faisons aujourd’hui c’est l’acte premier d’une série que nous allons mettre en place», a déclaré Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Pour le ministre en charge de la Culture, le choix qui a été fait de débuter par Pierre Claver Zeng, pour ce qui est du coffret, correspond à une attente et à un projet. «C’est celui que portait déjà la famille et qui cherchait comment le mener à terme. Et l’attente, c’est celle du public gabonais qui veut actuellement renouer avec une mémoire et avec des identités».

Très émue par cette marque de reconnaissance de l’œuvre et de l’action de son époux, Marie Constance Zeng Ebome a remercié les parties prenantes à ce projet. «Nous sommes également fiers parce que c’est une reconnaissance de l’œuvre accomplie par mon défunt époux. Aujourd’hui, c’est une manière de le faire revivre et de le faire revivre éternellement», a-t-elle déclaré.

Ce nouvel hommage à Zeng Ebome est la meilleure façon de le rendre immortel. «Il n’y a aucun doute que l’artiste qui nous réunit aujourd’hui a marqué son temps. Il a marqué des générations entières, qu’elles soient de culture fang ou non», a indiqué Bilie-By-Nze, en espérant que d’ici avant les fêtes de fin d’année, le coffret sera sur le marché.

Pierre Claver Zeng Ebome, né en 1953, compte parmi les grandes figures de la musique gabonaise du XXe siècle. Il est décédé dans la nuit du 18 au 19 mai 2010 à l’hôpital Saint-Louis de Paris. Il restera pour les Gabonais comme un des pionniers de la musique gabonaise et un acteur politique.

 
 

2 Commentaires

  1. John Médiapart dit :

    Une avarie me fait revenir…car j’ai expédié un post qui me semble n’est pas parti. Je disais en substance que tous ces hommages à Pierre-Claver Nzeng Ebome (PCNE) de la part du (voyou ministre) ont de quoi nourrir des interrogations :pour le concert d’Angondjé, il y a quelques mois,dont la salle ne faisait pas comble,combien on a déboursé? Et qui a déboursé? Pour le coffret, combien cela coutera ? Qui va débourser ? Combien d’artiste vivants mériteront eux-aussi autant d’hommages, quand on sait que le BUGADA, lancé en trompettes et si silencieux, alors qu’il est sensé recueillir des fonds ? Ces hommages à PCNE paraissent une fragrance ethnopolitique (permettez le néologisme) pulvérisable aux moments venus ! Ah le Billye le kid a une idée (politique) dans sa petite cervelle d’oisea, toujours visible sans microscope ni lunettes. Qu’est-ce qu’il es b…ce mec qui se fabrique actuellement un look à la moustache de Ping…scruter les images. Resté prostré aux souvenirs d’un castrisme de faculté, sa barbichette en est la preuve…Pôvre bougre. BWETE. AYEE…

  2. Cyberattaquant dit :

    Ce type Billie bi Nze,comme vous je ne le porte pas dans mon cœur mais il y’a d’autre tribunes pour le descendre au lance-flammes comme vous le faites,là mon ami on parle de culture qui comme le sport et les religions sont un ciment pour l’entente entre les humains tout le contraire de la politique qui divise.Tout ceci pour dire qu’il faut parfois ranger ses armes lorsque leur usage n’est guère nécessaire et reconnaître au delà de nos différences que cet acte est louable sans omettre que l’idée part de la famille de l’artiste,ok il y aura toujours un peu de récupération ,comme souvent, car en politique rien n’est gratuit,ça c’est pour Billie mais sur le fond, donc sur l’oeuvre d’un artiste parmi les plus grands unanimement connu et reconnu il faut avoir l’humilité de s’incliner et se faire tout petit il a bien fallu commencé quelque part et prier pour que tous les autres aient bénéficient des mêmes honneurs . L’artiste choisi n’est pas le dernier de la classe bien au contraire.Sur les fonds,et leur usage,on ne saura peut être jamais, comme souvent, l’élément a peut être vu là une occasion de manger visiblement c’est un sport national.Pour conclure je dirais que l’un de nos problèmes dans ce pays est de ne pas souvent reconnaître la valeur des autres et de ne les juger ainsi que leurs actes sous le prisme de leurs origines ethno-linguistiques ne rien comprendre à l’oeuvre de PCZ ne vous donne pas le droit de tenter de la discréditer; après tout, la musique est un langage universel qui parfois parle à notre sensibilité au delà du moyen utilisé par l’artiste pour se faire entendre car dans une oeuvre musicale il y’a le fond le message véhiculé et la forme qui peut être verbale le sonore ou écrite scuptée ou peinte… combien sommes nous à aimer l’oeuvre musicale de Michael Jackson ou de Julio IGLESIAS alors que nous ne sommes pas capable de comprendre une phrase en anglais ou en espagnol?PCZ est une valeur reconnue au delà de son cercle linguistique et des frontières du Gabon et cette reconnaissance qu’elle vienne du régime en place qui a toujours combattu à travers son oeuvre musicale est plutôt un motif de fierté pour tous ses fans du Gabon et d’ailleurs ,quant bien même je reconnais que sa musique n’était pas faite pour être dansée mais écouter elle n’était donc pas commerciale mais destinée à conscientiser .Avons nous le droit de faire ce que nous reprochons aux autres ?Non,nous avons le devoir d’exemplarité.De tous temps il y’au eu et il y’aura toujours des Gabonais exceptionnels et notre devoir est de ne pas les ramener au même niveau que le commun des Gabonais comme le fait parfois le pouvoir en place surtout pour ceux qui ne partagent pas ses idées…Nous avons le devoir de faire mieux c’est en cela que nous allons nous démarquer de lui.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW