«Vous publiez des libres propos, mais vous ne le ferez pas pour celui-ci», écrit à Gabonreview un certain Roger Mendome (que voici contredit), auteur prétendu du texte ci-après, à travers lequel il livre sa lecture de la controverse autour du directeur de cabinet du président de la République.

Maixent Accrombessi. © D.R.

Maixent Accrombessi. © D.R.

 

Depuis sa nomination en janvier 2011 au poste de directeur de Cabinet du Président de la République, l’homme suscite de la désaffection, de l’animosité d’une frange de la presse gabonaise acquise à une opposition difficilement visible. Tout ce qui va mal au pays est mis « sur son dos » dans le seul but de le débusquer de son poste, qui selon ses détracteurs lui donne la « haute main » sur divers dossiers tels que les renseignements, le pétrole, les finances etc.

La dernière accusation gratuite en date, est celle du fameux journaliste écrivain français, Pierre Péan qui dans son récent livre « mensonger » a fabriqué de fausses histoires contre Maixent Accrombessi. Mais en réalité, l’homme n’est qu’un réformiste « sévère » pour dé-cliquer selon la vision du président Ali Bongo l’émergence d’un Gabon victime des « grandes magouilles économiques ». Lecture !

A peine la cinquantaine entamée, il est le troisième directeur de cabinet du président de la République, après Jean-Pierre Oyiba (octobre – novembre 2009) et Patrice Otha (novembre 2009 – janvier 2011). Maixent Accrombessi, gabonais, d’origine béninoise, il est bien assis dans les grandes sphères de l’Etat gabonais depuis plusieurs années. De nombreux articles de presse, chroniques, commentaires et analyses sur lui, le considèrent comme « l’homme le plus puissant de la République».

Ce qu’il lit souvent avec un sourire « ridicule », en concluant « le président Ali Bongo est le seul et unique homme, tout puissant de la République, moi je suis à son service, mieux au service de sa vision pour le Gabon ». Même si son entourage lui reconnait une certaine rigueur professionnelle « sévère », toute la haine nourrie contre le brillant « valet » de la politique d’émergence d’Ali Bongo pour son pays, n’est qu’un « montage commandé » de la part de ses détracteurs aussi bien du pouvoir que de l’opposition.

Deux contre un… l’étranger, le mal

Au pouvoir, il est vu comme un étranger qui vient usurper leur place. Pour l’opposition, il est le commandant du pouvoir. Un homme à « abattre », dans les deux camps. Et la presse ne cesse de créer dans l’opinion par un « matraquage psychomédiatique» l’image de « l’homme le plus détesté du Gabon !». Ainsi dans certains cercles d’Etat, Maixent Accrombessi est accusé de prendre «le pouvoir que les Gabonais ont donné à Ali Bongo». Même au palais du Bord de mer « le palais de l’indiscrétion » que de faits reprochés au directeur de cabinet pour ses exigences liées au respect scrupuleux du pouvoir public et de la transparence dans la gestion des affaires.

Au sein de l’intelligentsia gabonaise, il est tenu en aversion. Le directeur de cabinet d’Ali Bongosuscite, plus d’animosité qu’aucun autre occupant de ce poste depuis l’indépendance du Gabon. Ces hommes du pouvoir qui jouaient le « tout permis », et les anciens du régime de Bongo le père, aujourd’hui dans une opposition « impopulaire » l’accusent d’isoler son patron des vraies réalités du Gabon. Ils estiment qu’il bénéficie d’«un périmètre d’intervention exorbitant, très éloigné de sa fonction, une délégation de pouvoir et un droit de regard sur tous les domaines stratégiques (pétrole, sécurité, business, renseignement, médias…)».

Tout est la faute de l’« étranger » : un pont s’est brisé quelque part, c’est de sa faute, quelqu’un n’a pas su planifier son salaire de fin de mois au point de se retrouver en rade, c’est encoreAccrombessi. Il s’agit en fait d’une ivresse obsessionnelle de la haine de l’étranger. Des fantasmes xénophobes nourris par un repli de bassement identitaires et des calculs égoïstes constituent, selon un important leader d’opinion du pays, les raisons essentielles de cet acharnement contre le dircab.

Pour lui le rêve d’une Afrique unie doit être gravé dans l’inconscient collectif. « Qui sait si dans un demi-siècle le Gabon n’existera plus en tant que Nation pour devenir une partie d’un tout africain ? », se demande cette personnalité. Il y a un sentiment anti-étrangers qui pollue désormais les colonnes des journaux gabonais qui deviennent le réceptacle de la haine raciale mieux, des instruments d’incitation à la guerre contre l’étranger devenu le mal du pays. Et pourtant l’histoire contemporaine du Gabon fait bien mention des noms comme   Diop, Moctar, Ping, Ibrahim,Alassan, Keita, qui avaient contribué à bâtir ce pays.

La très récente fourberie de ses adversaires est que le dircab aurait « vaudouisé » le pays à la suite d’un documentaire sur « les pratiques   vaudou et leurs intérêts » diffusé sur Gabon télévision. Que d’accusations fallacieuses ! Ça va loin. Et entre temps des diplomates occidentaux avaient discrètement œuvré pour que l’intéressé fasse un «geste d’apaisement : démissionner. Sans doute l’objectif visé par ses adversaires.

Mais l’homme reste stoïque, et comme qualifié d’insensible aux articles de presse qui le dépeignent négativement, il poursuit sa ligne selon les instructions de son président, Ali Bongo.

Un pionnier de l’émergence au Gabon…

«Les informations dont je dispose sont en contradiction avec ce que disent les médias, Accrombessi est tout juste rigoureux et méthodique», laisse entendre un conseiller politique qui s’insurge contre la façon dont ses collègues entretiennent des rumeurs, qui visent à nuire à leur patron. L’homme pour ceux qui le connaissent, est un « bosseur », très attaché aux valeurs du travail bien fait. « Je travaille dix-huit heures par jour » confie-t-il- à un journaliste de Financialafrik.com lors d’un entretien.

En effet, depuis son arrivé à la présidence, interdiction de faire encore les choses comme dans « une famille ». Fini les arrangements et les facilités. Un Conseiller spécial qui voulait, chaque fois, déposer directement son parapheur au secrétariat particulier du président sans passer par le bureau du dircab pour y prendre son accord en aura pour son compte. «Rien ne va au bureau du président de la République sans passer par ici», l’a ouvertement recadré Maixent Accrombessi.

Aussi, est-il sollicité de partout par les partenaires de l’Etat sur demande du Chef de l’Etat. « Une visite à son bureau, et vous saurez que l’homme n’est pas hautain », nous confie un partenaire qui lui a rendu visite. « L’homme est hyper chargé. Il est au téléphone sur son portable, et au même moment le fixe du bureau sonne. Il décroche le second, et met le premier en attente avec une modeste excuse », révèle le visiteur. « A la salle d’attente, du monde…et au même moment, une réunion l’attend, ce n’est pas facile pour lui. Il se bat sur tous les fronts pour honorer ses engagements envers son patron. « L’accuser, serait lui être ingrat », conclut ce partenaire important de l’Etat gabonais.

Il y a lieu de prendre du recul et de regarder froidement la marche de ceux dont l’ambition est de porter le pays vers le sommet de l’émergence. « Cet homme est un simple soldat qui exécute les missions conformément à la vision de celui dont il est le collaborateur », laisse entendre, une source proche de la présidence. Et par conséquent donc, Accrombessi ne peut prendre des décisions sans l’onction de son chef qui l’a nommé et qui, à tout moment, peut le destituer.

Une grande vigilance est désormais de mise dans le milieu des finances publiques sous le regard bienveillant du directeur de cabinet. Le robinet financier continuellement ouvert comme au bon vieux temps du père Omar, est fermé. En fait, Accrombessi énerve, parce qu’il devient le verrou. Les nostalgiques des 10% sur chaque marché passé avec l’Etat gabonais ; des sociétés écrans et autres prébendes voient en lui, l’empêcheur de « bouffer tranquille ».

Ils auraient aimé perpétuer le système mafieux dont ils tiraient d’énormes profits au détriment du pays et du peuple. Et quand les audits du milieu des finances, du pétrole, des mines, sont lancés (espace portuaire sous peu), l’on se rend bien compte que des concessions avec des multinationales, voire des contrats ont été passés au détriment de l’Etat. Certains citoyens avaient des pourcentages dans la production pétrolière sans justification aucune, d’où leur position de petits « nababs » effrontés et aujourd’hui opposants ; d’autres ont empoché 7 mille milliards de fonds destinés aux fêtes tournantes.

Fallait-il oui ou non les laisser « tuer » le pays? Maixent Accrombessi est ce verrou qui devient le cauchemar de tous les magouilleurs qui croyaient que les choses resteraient en l’état. Depuis que le président Bongo a démocratisé et reformé ce secteur en connivence avec son directeur de cabinet, les acharnements ont commencé. Seulement en 4 ans plus de 1400 Km de routes ont été bitumées. Et pourtant plus de 42 ans de règne, 900Km de routes bitumées à peine. Pourquoi alors faire de Maixant un bouc émissaire alors qu’il ne fait qu’obéir à une feuille de route tracée par son patron. Qui dit mieux ?

Il appartient au peuple de donner sa sanction en 2016 si le pouvoir de Libreville ne tient pas les engagements pris devant le peuple en 2009.

Auteur : Roger Mendome

 

 

 
 

81 Commentaires

  1. Minko dit :

    Le faussaire et imposteur n’a trouvé aucun Gabonais rigoureux et compétent …???!!!!
    Rira bien qui rira le dernier …..

  2. le nganga dit :

    Monsieur l’auteur de cet article, peux-tu te faire nommer a un poste aussi stratégique au Bénin. Il n’a rien n’ faire dans la gestion de la politique du Gabon.QU’il prenne exemple sur Monsieur Dossou qui a géré le pétrole du Gabon mais qui ne s’est jamais implique dans le choix des hommes avec qui le Président doit travailler dans l’administration.

    Quel est son véritable cursus ?
    Quels sont ses états de services dans une administration ici ou au Bénin?
    Quelle est sa base électoral pour 2016, peut-il tenir ou organiser un meeting au Gabon, dans quelle province ?

    Bref j”ai des amis et frère du Dahomet, cependant ici il est question de mettre chacun a sa place:Laissons la politique et la gestion administrative aux nationaux. Partageons le monde des affaires avec nos frères étrangers car dans le monde des affaires ni les origines, ni la race ni la couleur de peau ne constitue en aucun cas un critère de productivité.
    Le règne des hommes au dessus des institutions doit être complètement éradiquer du Gabon.On veut des institutions fortes et non des hommes fort.

  3. jean-jacques dit :

    Toi tu dois retourner au Benin et nous resituer notre argent….

  4. bantou dit :

    et pourtant les détournements sont toujours massifs au palais présidentiel avec l’onction du dircab qui ponctionne son % et je parle avec preuve l’appui

  5. ojuonhio dit :

    Merci encore grand frère pour ce que tu fais pour ce pays gabon..ils ne sont reconnaissant gabonais. toi travailler dur pour emergence labas, eux parler toi movais partout. tout les journaux. ne t’occupe pas eux. ecoute président gabon et travaille c’est l afrique.olibachio owè

  6. sabs dit :

    Que Dieu pardonne l’auteur de cet article.

  7. Dommage dit :

    on veut laver son image à lui!! Avant Péan, les nouvelles sur Acrombressi circulait à Libreville!!! du grand n’importe quoi cet article que j’ai déjà lu sur Gabon libre!
    qu’il aille faire cela au Benin!!

  8. Le fond du problème c’est l’imixion du personnel d’origine étrangère dans l’intimité des Hommes publics. On sait jusqu’où ce genre de rapport peut aller. Il serait souhaitable etppréférable que les postes publics, pis les postes strategiques du pouvoir ne relève lus du seul on vouloir du prince, mais que cela passe par le Parlement. Par ailleurs, il ne saurait plus admisible que le personnel des Hommes publics et ceux ayant des postes stratégiques dans la République soit de nationalité (ou d’origine) étrangères. Ce que représente ce Monsieur aujourd’hui à pour cause l’ouverture et le laissé faire de nos Hommes publics. Aujourd’hui, le Gabon qu’on le veuille ou non, est aux mains des communautés étrangères. C’est un triste constat! Ami, il nous faut nous reapproprier notre pays; c’est un principe fndamental.Arretons un peu d’être passif parce que d’ici 10ans faut pas s’ étonner que ces communautés investissent de plus en plus le terrain politique. GABON AUX GABONAIS ne doit pas être un simple slogan.

  9. Kulu Mefack dit :

    Cet article a déjà été publié dans Koaci, il ya plusieurs jours. L’auteur a écrit d’autres articles sur le même site…et sur le même sujet. Sa ligne éditoriale était identique. Je pense que Gabon Review devrait nous dire qui est Roger Mendome, l’auteur de l’article publié sur votre site. Est-il politicien, journaliste, lobbyiste, romancier ? travaille-t-il à la Presidence de la République du Gabon ? Peut être que tout le monde connaît Roger Mendome. Sauf moi !

  10. le patriote dit :

    Très cher je me rends compte avec beaucoup de douleurs morales que vous êtes en plein délire.Vous êtes une honte pour la République.
    LE PATRIOTE

  11. LaForce dit :

    Si l’Acro-Imbécile faisait dans la rigueur, pourquoi serait-on dans le K.O. aujourd’hui? Et les postes organiques doivent-ils revenir aux individus à double ou triple nationalité? De plus il a été le premier à combattre les gabonais qu’il trouvait gênants.

    “Acro” car amoureux de l’argent donc cupide.
    “Imbécile” car il pense nous voler sans réprésailles.

    De près ou de loin, je ne serai jamais victime du vodou ou de la cupidité, au point où je fuis la vérité pour le défendre.

    Aucun gabonais ne peut avoir le boulot au Bénin de ce genre.

  12. keller dit :

    Je commencerais par dire que la route s’apprecie dans le temps il est donc premature de s’en felicite maintenant. preuve l’axe pk9 passant par le lycee jusqu’a la cite sportive vous aurez a redire.

    Au sujet de la competence de l’actuel Direcab, implicitement les anciens Dirsont indexes dans le pillage du pays suivant votre analyse. A eux de prendre les plumes pour nous dire peut etre qu’ils n’etaient que de simples figurant.

    Bonne journnee

  13. ALLEZLESBURKINABE dit :

    1400 km de routes en 4 ans ? Et pourquoi on ne se soucie pas des routes en décomposition ? (Oloumi face à tractafric , LALALA -IAI ? Et bien d’autres encore) On veut encore des travaux de milliards ? Non… Arrêtez cela. On ne peut prétendre faire le bonheur d’un peuple contre sa volonté. Acrombessi risque de trainer ses frères béninois dans des problèmes. Qu’il démissionne, c’est simple. Il n’est pas TPG pour décider des sorties de fonds ou autres.

  14. guidouma dit :

    je suis desolé la route LAMBARENE – MOUILA avait été financée et receptionnée avant 2009. les routes LALARA-MAKOKOU releve d’un finanacement qui date de BONGO Père ainsi que celle du HAUT OGOOUE. de quelle route parle-t-on? les deux voies de pk12- NTOUM ne sont pas terminées depuis 2009 que les travaux ont demmarée. de quelle route parle-t-on?

    • Orlando dit :

      J’ajoute que ceux qui ont construit le pont de Mayumba et refaient le pont de kango, sont aux abois, plus de 600 milliards investis pour le fumeux projet qui est l’émergence, au finish aucun radis encaissé de la part du gouvernement Gabonais. Monsieur Roger Mendome, qui gère l’hôtel qui avait été acheté pour les services de l’Ambassade du Gabon en France? que fait les TPE (Terminaux de Payements Électroniques)du Trésor public dans le bureau du Dircab? Pourquoi Léon Paul NGOULAKIA est-il parti du Conseil National de Sécurité (les Renseignements Généraux)? Que faisait le Dircab avec l’avion Presidentiel Gabonais au Benin et quel cargaison transportait-il? Je tiens à vous rappeler que les Gabonais ne sont pas xénophobes, les exemples sont légions comme Noël c’est en Décembre, il n y a pas un seul Village, un Campement, une Ville etc…où nous ne trouvons pas un étranger et pourtant ces frères sont parfaitement intégrés dans notre société et beaucoup d’ailleurs malheureusement décédés chez nous sont enterrés décemment par nous sur nos terres, finalement de quoi parles tu? Pour des petits intérêts sordides vous perdez votre dignité jusqu’à vendre votre pays, héritage de vos ancêtres. Tout simplement malheureux.

  15. tout les opossant la haine de l’etranger et du pouvoir est elle que sa vous aveugle sachez que la haine n’a rien arranger et qu’elle est incompatible avec la paix votre leitmotiv montre le peu de distance par rapport au evenements vous avez des envie de meurtre et vous parlez de Democratie en oubliant juste que ceux que vous soutenez ont participer a la degradation de Gabon. Quand on parle de l’Etat des routes si il y a bien quelqu ‘un qui devrait aller au cachot c’est votre etendard Myboto 30 ans au TP pour quel resultats ? Ping 20 ans avec ya Omar pendant que son frere mourrait et son fils etait mit en taule par ya Omar a L’epoque vous etiez ou, vous qui bralliez maintenant et les soutenez vous avez une memoire bien selective tout d’un coup ?mais ces bon monsieur ce pavanais avec leur voiture dernier cri en vous narguant dite moi un peu que Marc Ona disent un peu qui a vraiment detourner dans le dossier Belinga et qui avait les plus grosses participations et qui a suivit Omar jusqu’en Asie pour faire signer le Dossier pour avoir son Bonnus? arreter vos portes drapeau ne sont pas des gens tres frequentables l’argent et leur premier motivation donc arreter de rever en passant qu’ils veulent votre bien vous leur servez juste de faire valoir si vous voulez etre des moutons prete a se faire tondre allez y en passant vous qui etes si proche de ses pseudo oposants une info avant meme de prendre le pouvoir ils discute deja au quartier le retour au affaires et des juteux contrat qu’ils vont prendre mais ils ne parle pas de democratie.

    • moukouambo dit :

      toi c’est du n’importe quoi. savez vous au moins que en dehors de myboto ,il ya eu assélé et ngari au tp? quand vous parlez de 30 ans , c’est qu’elle période?savez- vous qui(ministre) a fait l’axe nsilé-bifoun-lambaréné;bifoun Ndjolé?

      laissons le passé , avez vous vu dans quel état se trouve les voiries de Libreville?même en bordure de l’assemblée?

    • gabon tchouoooo dit :

      Quand je vois le Gabon, je pense d’abord à mes enfants, à nos pauvres enfants…
      Les secteurs stratégiques sont tombés entre les mains des communautés étrangères et çà ne s’arrête pas : pétrole, BTP, immobilier, transport, télécommunications, eau et électricité, alimentation, commerce et même…la Présidence…! Comme disent les Ivoiriens : “on aiment bien les étrangers, mais à la fin on se préfère”. Nous, nous disons: “Gabon d’abord !”, l’UA ensuite

  16. le puant dit :

    C’est vraiment triste ,que ce genre de situation n’est possible qu’au GABON !
    Svp , vous qui avez vecu dans certains pays africains , dites nous dans quels pays l’administration de la presidence est occupée par les étrangers !?
    Le cas du Gabon est vraiment spécial ! Faut-il comprendre le gabon n’a pas des femmes et hommes capables d’assumer ces fonctions ?
    Nous avons dans ce pays des femmes et des hommes bien formés !
    J’ ai envie de dire que tous ceux qui entouraient BONGO PERE étaient des ignares , des incompetants,des incapables; n’ayant aucun profil .
    Que l’on me dise si le DIRECTEUR de CABINET du Président BENINOIS est GABONAIS ?
    En tout cas , BEGONE NSI , PIERRE PEAN , KAMA JOSEPHINE ; ont donné aux GABONAIS la possibilité de liberer leur pays .
    Ces imposteurs, ces faussaires , ces urpateurs doivent quitter le gabon , qu’ils n’attendent pas 2016 .

  17. ikk dit :

    quoi que l’on pense et l’on dise le noir, l’africain et surtout l’homme gabonais n’est pas prêt à avaler cette pilule…citez moi un seul état au monde ou les étrangers ne participent a l’épanouissement de l’économie nationale… chez nous la récompense c’est ennuie ou la prison .

  18. le volontaire dit :

    les gars vous emmerdez les gens avec vos affaires d’étrangers au gabon, notre débat n’est pas au niveau de la nationalité des gens. je suis de la génération internet, celle de la globalisation. je m’en fout complètement des origines des gens. je veux qu’on juge les gens sur leurs compétences. accrombessi a été nommé depuis peu de temps, avant ça, tout allait bien pour vous? vous étiez riches et c’est seulement quand il est arrivé en dircab que vous avez perdu votre fortune? arrêtez ce débat merdique. Ali sait pourquoi il le laisse là. personne n’aura une augmentation de salaire parce qu’on aura enlevé accrombessi. il n’ y a qu’un seul général au gabon c’est Ali Bongo, le reste là ce sont des soldats. Bruno Ben moubamba est candidat en 2016, mike jocktane aussi, les retraités du FUO certainement. Ali sera surement investit par le PDG et on verra qui représente quelque chose.

  19. Math dit :

    Je suis atterré par les réactions de mes chers compatriotes à l article de Roger Mendome. J’ai l ‘impression que nous sommes actuellement dans un tourbillon de haine et que la raison nous a quittée. Sachons raison gardée que Accrombessi n’est pas à l’origine des maux du Gabon. Quand Ecuele Manga qui est camerounais d’origine défend brillamment les panthères vous êtes contents et quand on confie des responsabilités à une personne gabonaise d’origine étrangère vous vous plaignez. Dites moi quel article de la Constitution interdit de nommer un gabonais d’adoption Directeur de Cabinet du Président. Qui aujourd’hui peut affirmer avoir été malmené par Mr Accrombessi? Alors que Dieu seul sait le nombre de méchancetés que nous avions subies de nos frères gabonais ayant occupés ou occupant des hautes fonctions. Pour moi c’est un faux procès Accrombessi doit être par rapport à son travail et non par ses origines béninoises.

    • Yves dit :

      En lisant ce passage :” Même si son entourage lui reconnait une certaine rigueur professionnelle « sévère », toute la haine nourrie contre le brillant « valet » de la politique d’émergence d’Ali Bongo pour son pays, n’est qu’un « montage commandé » de la part de ses détracteurs aussi bien du pouvoir que de l’opposition”.
      Il est “sévère” et “brillant”. Qu’on publie son CV, qu’elle entreprise ou administration il a par le passé brillamment faite émergée!
      Aujourd’hui, le Gabon est au fond du trou! RUINE! ENDETTE!Le peuple n’a jamais autant détesté ses dirigeants… Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard!

    • imagine56 dit :

      Math,

      La mère biologique, je dis bien la mère biologique de Ecuele Manga est gabonaise, elle est du village Assok Nye dans le canton Nye. Actuellement, elle est chargée de mission du PM.
      Si tu veux , tu peux vérifier auprès des conseillers de la primature.

      Le père de l’international gabonais n’est pas camerounais mais equato….Je sais de quoi je parle Math, Mengue m’Ovono est essangui, son pere s’appelait OVONO AKUE sa mère Héléne était d’ADJOUGOU.

      je sais que vous les émergents avez réponse à tout, mais de temps en temps marquez une pause avant de dérouler vos connaissances.
      Sur ce je te quitte, continue à encenser Accrombessi
      à cette allure je ne serai pas étonnée que l’on fasse des marches pour qu’il se présente à la magistrature suprême

      J-Jacques , tu m’étonnes agréablement quant à ton refus de voir Accrombessi s’incruster à la présidence…Je ne désespère pas pour toi, nous aimons ce pays.

    • Surprise dit :

      et les béninois qui sont nommés à des postes de responsabilité, c’est quoi ça, il les place par compétence ou par affinité de nationalité?

      il a montré ses limites, le Gabon est toujours ce pays de verre où l’on voit ce qui se passe dedans comme à l’extérieur!!
      il n’y a pas de fumée sans feu

  20. Martin Luther NZOUBA dit :

    Vérifiez vos chiffres avant de les publier. A moins que ce soit dans le but d’intoxiquer.
    Sur quoi tu t’appuies pour affirmer que les leaders de l’Opposition sont impopulaires? C’est donc ton champion, tellement populaire qu’il se fait huer en plein stade! Quant à l’apatride que tu défends, accrombessi, son avion a été arrêté à plusieurs reprises avec des dizaines de milliards dans ses souttes: où trouve-t-il autant d’argent si ce n’est le vol? Contininuez à détrousser le pays au détriment du Peuple lui-même, vous verrez jusqu’où votre cupidité vous conduira.

  21. Bouka Rabenkogo dit :

    Chassons Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides. Un point, c’est trait. Il n’y a plus de 2016. Le vide constitutionnel est constaté depuis mercredi 29 octobre 2014 date de la publication en France du livre “Les nouvelles affaires africaines”, du journaliste d’investigation français Pierre Péan. Les institutions chargées de faire appliquer l’Article 13 de la constitution en sont incapables et complices du biafrais et sa légion de mafieux apatrides. Allez jusqu’en 2016 revient à dire qu’Ali Bongo a été légalement élu en 2009 et que les dispositions de l’Article 10 ne s’appliquent pas au faussaire Ali Bongo.
    Nous considérons comme complice de haute trahison toute personnalité politique qui envisage encore l’élection de 2016. Le Gabon ne plus souffrir d’être un pays “hors la lois” et présenter à l’international l’image d’un peuple complice d’un parjure. Les différents meeting organisée ça et là n’ont qu’une valeur égocentrique. Ils ne conduisent pas à l’essentiel: faire partir Ali ou le chasser du pouvoir.
    Mesdames et messieurs les leader politiques, la comédie à assez durer. Si Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides ne sont pas chassés avant la Noel, c’est à dire le 24 décembre 2014, alors le Mouvement “Les Patriotes” retirera toutes les réserves qu’il accorde aux actions du Front uni de l’opposition et a tout autre mouvement politique de l’opposition.
    “C’est fini, les combines politico-politiciennes”.
    Le meeting du 20 décembre doit être celui du départ sans conditions d’Ali le biafrais et de sa légion de mafieux apatrides.
    A bon entendeur…

  22. La Fille de la Veuve dit :

    http://www.gabonreview.com,

    Je vous félicite d’avoir publié ce libre propos. D’aucun pourrait penser que c’est du courage. Mois je dirais que vous êtes ainsi fidèle à ce que vous êtes : Une publication qui revendique, défend et donne du sens à l’éthique de son métier.

    Il revient à chaque lecteur de se faire son Opinion et à tous les “Roger Mendome” du Cocom de voir ce que veut dire le pluralisme, la liberté d’expression la démocratie.

    J’invite Ali Bongo, Maixant Accrombessi, Fauston Boukoubi, Daniel Ona Ondo, Alain Claude Billié Bi Nzé, Raphael Ntoutome NKOGHE, la RTPDG, le CNC et tous les “Roger Mendome” à avoir honte de ce qu’ils sont devenus et de ce à quoi ils réduisent le Gabon notre pays.

    Encore Bravo, Merci et tout mon respect à votre Média.

    • #akébé vite !!!! dit :

      @https://www.gabonreview.com en effet bravo voilà de quoi fermer la bouche aux imbéciles qui parlent de partialité à votre endroit.
      Concernant le ramassis d’idiots cités plus haut qui pensent réellement qu’ils vont travestir l’histoire comme ils tentent de le faire avec la vérité vues leurs gesticulations qu’ils déploient actuellement il ya fort à parier qu’ils sont parfaitement conscients que l’impunité ne fait pas partie de leur futur.Les GRIOTSsont une catégorie de metiers qui comporte très peu de retraités allez savoir pourquoi…

    • imagine56 dit :

      La fille de la veuve
      j’ai eu peur à un moment donné, je me suis dit
      qu’elle aussi ne va pas s’y mettre
      fiévreusement, j’ai parcouru le contenu de ton message
      et j’ai compris que tu étais tjrs à nos côtés
      je comprends tes remerciements à GABONREVIEW
      oui c’est cela le pluralisme, si RTpdg
      pouvait suivre l’exemple l’exemple se serait formidable
      hélas

  23. mano mano dit :

    Ce n’est pas un discours politique …

    Il y a vraiment un climat de haine vis-à-vis des étrangers qui prend de plus en plus de l’ampleur au Gabon et c’est malheureux. Aujourd’hui au Gabon, quand on constate qu’un étranger, ou même un Gabon d’origine étrangère, vit dans de bonnes conditions, il ne suscite pas seulement le soupçon ou l’envie mais aussi la haine de certains autochtones. Comme si nos compatriotes gabonais autochtones ne réunissaient pas à l’étranger. Alors, que peut-on reprocher quoi aux discours radicaux en France qui exigent la priorité aux autochtones français ?

    Si aujourd’hui le Gabonais ressent du mépris, voir de la haine vis-à-vis de l’étranger, demain le Gabonais Tsogo, ndoumou, punu ou fang ressentira de la haine vis-à-vis de du Gabonais de l’autre ethnie. Attention !

    Si aujourd’hui au Gabon le discours de la haine vis-à-vis de l’étranger se développent, demain la haine se portera sur le Gabonais qui a parmi ses parents un étranger.

    Et Dieu seul sait qu’ils sont nombreux…Nous avons tous dans nos familles et figures publiques gabonaises ayant une origine étrangères, nous en connaissons tous.

    Et Dieu seul sait jusqu’où cela peut mener. Finalement, qui est un vrai Gabonais et qui est un faux Gabonais ?? Jusqu’à quel génération est un pure source Gabonais ou pur race Gabonais ??

    Je suis seulement un Gabonais préocuppé par la tournure que prend les choses et qui hait la xenophobie.

  24. La Fille de la Veuve dit :

    MENSONGE.

    Un Mensonge, 1000 fois répétés ne devient pas une vérité, il reste un mensonge.

    Roger Mendome reprend ici le Mensonge d’Ali Bongo aux Gabonais le 16 août 2014 à 20h nous citons :

    “En effet, nous avons réalisé, réhabilité et achevé, ces cinq dernières années, plus de routes et de ponts que durant les vingt années antérieures.
    Le tronçon Ndjolé-Médoumane, l’axe Lalara-Ovan-Makokou, l’axe Akiéni-Okondja, l’aménagement du tronçon Tchibanga-Mayumba et le pont sur la Banio, les tronçons PK12-Nsilé, Mikouyi-Carrefour Leroy, Mouila-Ndendé pour ne citer que ces exemples.
    Certains de ses axes routiers avaient été si souvent annoncés et jamais réalisés que plus personne n’y croyait, à l’image de l’axe Port-Gentil-Omboué.” Fin de citation

    Aucune route n’a été réalisée, ni réhabilité sur l’initiative d’Ali Bongo depuis 5 ans. Les travaux routiers initiés par Omar Bongo et dont les financements avaient déjà été bouclés avant 2009 et les contrats signés avec l’AFD (Ndjolé-Medoumane) et la BID….

    Par ailleurs, en terme de nombre de kilomètres, il vous suffit de prendre la carte du Gabon et de voir ce qui a été fait de 1989 à 2009, pour vous rendre compte par vous-même… Depuis Eboro jusqu’à Medoumane, cela fait combien de km ?

    Voici la liste non exhaustive des travaux routier qui étaient déjà en cours en 2008 et dont on espère qu’ils iront tous à leur terme :

    • Travaux route Lastourville- Leyou (BAD),
    • Travaux route pont Octra-Owendo (AFD),
    • Route Cap- Estérias,
    • Route Akiéni-Okondja (BID),
    • Route Franceville-Léconi-Kabala (BID),
    • Route Moanda-Bakoumba,
    • Route Ndjolé¬Medoumane (AFD),
    • Route PK 55-Fougamou (Espagne),
    • Route Fougamou-Mouila (BAD),
    • Route Ndendé-Lebamba (BAD),
    • Route Lalara¬Koumameyong (BID),
    • Route Koumameyong¬Ovan (BID),
    • Route Ovan-Makokou (BID),
    • Route Lastourville- Koula-moutou….

    http://www.afd.fr/home/pays/afrique/geo-afr/gabon/projets-gabon/Projets-Infrastructures-Gabon/developper-le-reseau-routier-national

    MENSONGE !

  25. le puant dit :

    JEAN JACQUES est un polemiste . Loin de le vexé , il est comme une chauve souris ( ni oiseau ,ni animal ).

    AMICALEMENT .

  26. le puant dit :

    JEAN JACQUES ; loin de te vexer , es tu chauve souris ?

  27. Bassomba dit :

    Mendome a parfaitement raison, la haine d’Accrombessi a pour origine le fait que ce dernier empêche aux prédateurs des finances publiques de continuer à prélever comme à l’époque d’OBO. Par ailleurs, pourquoi faire un drame du fait qu’il soit DC d’Ali? Ali est libre de nommer son DC, même si celui ci est martien. Existe t il un texte qui contraint le Chef de l’Etat a avoir comme DC un Gabonais de naissance? Passe t on un concours pour devenir DC du Président? NON! Mais enfin, occupez de vos situations socio-professionnelles au lieu de reluquer le poste d’Accrombessi qui est un poste nominatif. En quoi l’arrivée d’Accrombessi comme DC du Président vous a lésé? Je vous prie de répondre à cette question avec des exemples précis, Merci! Par ailleurs, je trouve malhonnête le fait de s’en prendre aujourd’hui à l’étranger (sélectionné); regardons nous, si tant est il que les affaires de l’Etat doivent rester entre Gabonais de naissance, tout est faussé, car beaucoup d’entre nous, de tous bords, ont des époux ou épouses étrangères qui impactent sur nos décisions et choix. Voila des gens qui détestent l’étranger, mais qui partagent leur couche avec des étrangers, allez comprendre!

    • mano mano dit :

      @Bassomba

      Tu as tout dit. Il semble qu’il y ait une véritable hypocrisie chez les xénophobes qui condamnent les étrangers et les Gabonais d’origine étrangère. Il y a toujours eu des étrangers au Gabon et il y a du métissages au Gabon.

      Il y a un refus d’admettre la réalité. Le Gabon est à l’instar de beaucoup d’autres pays africain, un pays de métissage et il ne fait pas figure d’exception sur ce point. Bien malin celui qui pourrait prouver qu’il est Gabonais de plus de 4 générations. D’ailleurs, comment pourrait-il le prouver ??? sur la base de quelle preuve documentée ??? A partir de combien de génération est-on Gabonais de souche ???

      Dans tous les cas, on l’observe partout où il y a des ressentiments vis-à-vis des étrangers et de la xénophobie. “Si ça va mal, c’est toujours de la faute des étrangers”.

      A bon entendeur …

      Parole de patriote.

    • ouvre tes yeux dit :

      @BASSOMBA

      lit ce relevé d’information jusqu’au bout, tu verras que accrombessi risque une dilapidation sous peu :
      Maixent Accrombessi, le ciel comme limite…

      Les choses du pays acte 5
      Maixent Accrombessi le ciel comme limite…

      Le dernier livre de Pierre Péan nous apprend que le directeur de cabinet d’Ali Bongo et figure de proue de la légion étrangère ( entendez par-là l’équipe d’étrangers fraîchement naturalisés qui encadre le président Ali Bongo: Éric Chesnel conseiller à la présidence; Charles Bobbit, son conseiller américain pour le funk; Park Sangchul, plus connu sous le surnom de «Monsieur Park», qui dirige sa sécurité personnelle ; sans oublier les deux plus importants : Liban Soleman, chef de cabinet gabono-somalien, et Maixent Accrombessi, tout-puissant directeur de cabinet, d’origine béninoise…), est le véritable homme fort du pays.
      En dehors, de son passage comme conseiller d’Ali Bongo au ministère de La Défense nationale, de ses fonctions actuelles, on ne sait presque rien sur sa vie. On dit qu’il a occupé dans le passé des travaux informels dont celui de démarcheur en immobilier.
      Il est dit, qu’il croise André Mba Aubame (AMO) dans ses escapades libertines, il est le frère ou le cousin (?) de la meilleure amie de la “femme” béninoise de ce dernier. Nous sommes bien en Afrique, l’Afrique de la famille élargie, les amis des amis de nos amis sont nos amis.

      “Ambianceur”, jovial, toujours disponible même pour aller acheter des cigarettes chez le ” Malien” d’en face Maixent devient très vite utile à AMO… Ã partir de là, dans une amitié intéressée, il commence ses débuts comme conseiller en “maraboutage” d’AMO, rabatteur de “nanas”, porteur de valises, opportuniste en tout genre…

      Ce qui est sûr, il arrive au Gabon avec les mallettes d’AMO qui le présente à son ami Ali. Au même titre que le griot vie aux dépens de celui qui l’écoute, il trouve chez Ali Bongo une oreille facile et un fort potentiel d’opportunités, Ali Bongo n’est-il pas le fils d’un Président.
      Les mêmes prestations qu’il proposait à AMO, il les vend à Ali son nouveau “boss”. Malin comme un Sioux, Maixent Accrombessi remarque très vite que ce nouveau “boss” à un gros penchant pour la superstition et les choses occultes, une aubaine… Une vraie aubaine, pour ce fils de Ouidah, ville du Bénin, Mecque du vaudou.

      La suite vous la connaissez, avec un brin d’humour disons-le: en une décennie Maixent Accrombessi gravi tous les hauts échelons “de l’administration gabonaise”: De démarcheur immobilier à chauffeur; De chauffeur à convoyeur de gri-gri; De convoyeur de gri-gri à maître vaudou; De maître vaudou à chef de cabinet; De chef de cabinet à directeur de cabinet; De directeur de cabinet à patron de l’État Gabonais.
      Lorsqu’en 2009 Ali Bongo accède à la magistrature suprême, face à une assistance ébahie, il s’extasie ” Ã nous les milliards. Je le tiens, il est là dans ma main».
      Incroyable! Mais bon! Nous sommes au Gabon…..

      Assis comme directeur de cabinet du président de la République Maixent Accrombessi s’empresse de s’accaparer tous les pouvoirs. Il comprend très vite que celui qui gère “les caisses” contrôle l’administration, celui qui gère les “services” contrôle les Gabonais. En très peu de temps, il met l’administration à genoux et les généraux de l’armée aux gardes à vous. Les Gabonais sont tétanisés.
      Les rôles sont distribués : le président Ali Bongo touriste devant l’éternel jouit de ses voyages, Maixent mène le pays à la baguette. “Maixent Accrombessi, gère les services secrets, les nominations dans la haute administration, les caisses de l’État, les agences rattachées à la présidence et le gouvernement.”

      Sa puissance, émane surtout de la mise sous sa tutelle des finances publiques de l’État, bien évidemment, l’argent nerfs de la guerre mère des batailles, est le point fort de la dictature des Bongo. Maixent Accrombessi s’en accapare au grand dam des ayants droits du régime et autre rapaces.

      ” (…) excédé par les manipulations auxquelles se livraient ceux qu’on appelle à Libreville la « Garde émergente» ou la « Légion étrangère » lors du vote de la loi de finances rectificative, Guy Nzouba Ndama, président de l’Assemblée nationale, sen est plaint lors d’un tête-à-tête avec Ali Bongof!. Il lui a révélé l’ampleur des ponctions sur les fonds publics auxquelles se livraient les « jeunes émergents », détaillant les lignes budgétaires fictives destinées, in fine, à remplir leurs poches, insistant sur les « détournements massifs » qui n’échappent pas à la connaissance du peuple. Il lui a signalé les manigances d’Yves-Fernand Manfoumbi, directeur du Budget, pour mettre à la disposition de son ami le « pôpô Maixent Accrombessi” des moyens exorbitants.
      Ce système de prédation des finances publiques, décrit par Guy Nzouba Ndama, est on ne peut plus sophistiqué. Les visiteurs du bureau du « dircab II », au cinquième étage du palais du Bord de mer, peuvent appréhender concrètement comment se déroule ce pillage. Accrombessi dispose en effet d’un terminal informatique qui lui permet de gérer personnellement toutes les recettes et dépenses de l’État gabonais, notamment l’ensemble du budget d’investissement et les subventions publiques. Les ministères ne jouissent d’aucune liberté de manœuvre. Dans ce système, la pompe à fric la plus avide est greffée sur une ligne budgétaire de la présidence intitulée (‘ Projets transversaux II, gérée exclusivement par Accrombessi. Les détournements se font notamment par le biais d’investissements fictifs. La toute-puissance du “dircab” est telle qu’il peut convoquer le TPG (le trésorier du Gabon) afin qu’il lui amène séance tenante des milliards de francs CFA en liquide, qu’il pourra ensuite faire filer vers l’étranger. La traque internationale du blanchiment est devenue si intense que les pilotes du système politico-mafieux gabonais utiliseraient également la banque centrale comme ” lessiveuse”.”

      Ainsi, le tout-puissant Maixent Accrombessi a installé dans son bureau à la présidence de la République un terminal informatique (avec toutes les habilitations) qui est directement relié à la trésorière générale du Gabon. Dans le tréfonds de son bureau, à son aise et peu importe l’heure, il transfert, se fait livrer des CFA, il ajuste en toute solitude, les plus et les moins du budget de la nation d’un pays pétrolier…

      Le Gouvernement et le parlement assistent impuissant à cette entreprise de pillage systématique des finances publiques. L’opposition démocratique, la société civile, malgré les dénonciations, les condamnations de ces détournements sans précédent des caisses de l’État sont dans l’impuissance d’y mettre fin. Quant au peuple Gabonais, assommé par sa misère et préoccupé par la quête quotidienne de sa maigre pitance il s’en remet à Dieu à travers les églises dites du “réveil”.

      Le système de prédation, est bien huilé, Maixent Accrombessi s’appuie de très peu d’intermédiaires dont : “Yves-Fernand Manfoumbi directeur du budget; Sosthene Ossoungoû Ndibangoye trésorier payeur général; de Seydou Kane pour les sorties du territoire d’argent liquide. Aussi, quand les sorties d’argent sont de l’ordre de l’irrationnel, le système Accrombessi fait appel aux avions de Vincent Miclet, un français qui a fait fortune en Angola.”

      Le système de prédation des finances publiques de l’état Gabonais est tellement sophistiqué d’opacité, qu’on ose parier sans se tromper que sa mise en place à fait appel à des experts du grand banditisme et de la criminalité financière internationale.
      En effet, le livre de Pierre Péan nous apprends que
      ” Les paravents utilisés par Accrombessi rendent difficile, voire impossible, une estimation de sa fortune. Une bonne partie a été acheminée en liquide au Bénin, à l’ile Maurice, entre autres paradis fiscaux. Mais il aime la pierre, qui laisse des traces, en dépit des écrans dressés pour se dissimuler. Il avait ainsi acheté pour sa femme une somptueuse résidence en Virginie pour quelque 70 millions de dollars, qu’il a revendue pour un très luxueux appartement à Georgetown. Il s’y rend tous les mois à bord d’un Global Express appartenant à Vincent Miclet, si ce n’est à lui. A Paris, il possède des appartements rue Marbeau, boulevard Lannes et rue Lalo, une maison en Bretagne, des parkings, il a des comptes à Singapour, au Crédit lyonnais et à la HSBC de Hong Kong, des sociétés au Bénin et à Monaco…
      Mais Maixent Accrombessi est pénétré d’un tel sentiment d’impunité qu’il ne se sert pas toujours de « petites mains » pour ses opérations, notamment pour le transport de caisses de billets de banque. Ainsi, le 13 novembre 2011, Ali Bongo étant en voyage officiel à Abu Dhabi, Accrombessi a utilisé un avion officiel pour se rendre à Cotonou. Intrigué par de si fréquents voyages, l’homme de la police des frontières en service ce jour-là a pris sur lui de fouiller l’avion sans en référer à ses supérieurs. Là, surprise : l’appareil ressemblait à la caverne d’Ali Baba! Le « dircab » était escorté de trois «jeunes filles » complètement shootées. Les policiers trouvèrent à bord de la drogue et quelques 5 milliards de Fcfa …”

      Les estimations selon le Journal, ÉCHOS DU NORD, n° 222, du lundi 03 Mars 2014 :

      “En quatre années de pouvoir, Ali Bongo Ondimba et les siens, selon un haut cadre du Trésor public sous couvert d’anonymat, ont eu entre les mains près de 15 000 milliards de FCFA. A cela s’ajoutent des excédents budgétaires de plusieurs milliards dont près de 850 pour la seule année 2013 ; des ressources d’emprunt sur les marchés internationaux de 1 250 milliards de FCFA et 40 milliards sur le marché domestique au mois de janvier 2014 ; un redressement fiscal de 400 milliards infligé à Addax Petroleum, sans parvenir à réduire la pauvreté.”

    • Surprise dit :

      les gens le déteste parce qu’il va au delà de ces prérogatives!!! il doit décider de ce qui doit ou ne as être payé, en cela, il laisse celui qui devait décidé!! il se balade avec des grosses sommes d’argent qui ne peuvent être ses économies, il achète des immeubles à l’étranger, il est gabonais d’adoption depuis quand? marié à une étrangère, ce qui fait que qu’il a des attaches sur 3 pays, êtes vous sur que ceux qui prédominent sont ceux du Gabon…? la haine de l’étranger n’est attisé que par l’étranger lui même!! on dit faites comme chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez moi, hors on n’observe qu’ils sont plus gabonais que vous…

  28. lepatriote dit :

    J’espère que le Grand Directeur de Cabinet du pays va te récompenser pour sa défense. Nous savons tous qu’il est le grand financier du pays et s’est récompensé ses amis ou ses supporters. Dis moi toi qui met pieds dans son bureau: tu sais au moins qu’il arrive à ce dernier de mettre ses deux pieds sur son bureau en présence d’invités? Chose que notre PR ne peut faire pour le respect de la première institution du pays. Et que dire des avions arraisonnés au bénin à cause de lui ? Et qui vient le défendre devant la presse: Ali Bongo Ondimba. Mon cher votre casting est passé à côté car empressé d’attendre le pognon du DICAB pour votre récompense vous êtes passé à côté. Savez vous au moins que votre idole est propriétaire d’un groupe de presse au Gabon? Et pourquoi faire ? J’estime que pour sa personne c’était le vice de trop. il n’a pas besoin de ça pour se défendre. Autres questions: connais tu un DIRCAB aussi puissant que lui? Et que dis tu d’Oyima qui devrait être normalement rétabli à ce poste après avoir été blanchi? Je suis sûre que toi qui a écris ça, tu n’es pas gabonais de souche…..ou tes origines sont à revoir

  29. ZAGORBOR dit :

    Accrombessi t’a donné combien pour que tu lui lèches les pieds?
    Il faut bien parler!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  30. mack.fi dit :

    De toutes les façons, le valet du roi n’execute que ce que le roi lui demande de faire !!

  31. Yiduka dit :

    Acrombessi? un homme compétent? un stratège? un pionnier de l’émergence?… Tout cela est ridicule concernant un démarcheur et un imposteur de première classe. Très franchement, sa vraie compétence et utilité se résume à la fourniture de prestations vaudou et autres magie noire dont monsieur bongo ali est friand…

  32. jean-jacques dit :

    @ Mano mano, je suis émergent mais je suis pas d’accord avec le comportement des nos frères qui nous apportent leur force de travail. Ces derniers prennent des gabonais pour des moins que rien..Les politiques misent en place par le système les favorisent à tel enseigne que ces derniers se croient plus gabonais que nous…Je me dis aussi que c’est de notre faute. Actuellement dans nos familles nous les prenons pour les taches suivantes Nounou, technicienne de surface, vigile. Nous les faisons plus confiance par rapport à nos propres frères. Dans les 3/4 des stations total ce sont eux les gérants.. Le cas Acrominbécil doit repartir chez lui avec le cas souleyman Liban ,ils ont trop pillé le pays ..

  33. egg dit :

    Pr votre gouverne il fut un temps dans les années la présidente de la cour constitutionnelle du Benin était d’origine haïtienne. Béninoise par le lien du mariage. C’est cette dernière qui s’est opposée a SOGLO quand il ne voulait pas reconnaitre les résultats des urnes. Le plus important il faut des institutions fortes capables de faire respecter les lois.
    De plus comment mesurer vous un vrai patriote. Juste a ces papiers

  34. le messager dit :

    On ne peut pas mettre un non gabonais aux autes sphere de l’administration Gabonaise.Je n connais pas dans un pays etranger,un gabonais qui occupe ce genre de poste.ca n’arrivera jamais.il y a des competences jeunes et fortes.pourquoi Ali l’a t il prit?on sait tous que cest AMO ki l’a fait venir ici…Les poste d l’etat apprtiennent aux Gabonais.je dis dis gabomais,tout ceux la qui pensent au bien etre des gabonais et non ceux qui remplissent leurs poches et construisent chez eux,ou vont chez eux kan le Gabon va mal…

  35. le puant dit :

    N’ayons pas la memoir courte , il y’a un ou deux ans l’avion présidentiel avait été immobilisé à COTONOU avec à son bord Accrombécil , la drogue , des milliards de francs plus des filles de joie !
    Quelle image ! Est ce celà travailler pour le GABON ? En tout cas , moi j’en doute . Selon moi , cet ACCROMBECIL est entrain de venger ses frères et soeurs BENINOIS ,souvenez-vous des emeutes gabon – benin .
    Et comme il ne veut pas quitter la présidence , en 2016 on va remettre ça .

  36. vraiment jean jacques est changeant hein!

  37. le 9 dit :

    le DIRCAB réformiste??? qu’est ce qu’il a réformé à la défence? aujourd’hui à la présidence? il mène quelle réforme SVP?

  38. ROGER MEDOME dit :

    Vous n’êtes qu’une bande d’aigris, vos reflexion frise le rédicule. Le guide Libyen que tout le continent prend pour modèle aujourd’hui avais bien pour directeur de cabinet un Tchadien d’origine. Cela a t il empêcher le développement de la LIBYE, c’est cette bêtise que je vois a travers vos commentaire qui ont détruit ce beau pays.

    • #akébé vite !!!! dit :

      @Vous enfilez les contre-vérités aussi vite que les insultes que vous envoyez aux Gabonais comme si appartenir à la caste à laquelle vous croyez appartenir en insultant vos compatriotes fait de vous un etre à part. Vous faites semblant de combattre le sport que vous meme pratiquez allègrement vous affirmez d’un ton péromptoire que Bachir Saleh était d’origine Tchadienne ce qui est complètement faux (né en 1946 à Traghan dans le district de Mourzouq sud ouest de la Lybie) mais le pire est que vous le fassiez sur une seule base érronée : il est noir donc pas Lybien cet homme est bien vivant et je vous laisse le loisir d’aller lui dire qu’il n’est pas Lybien. Quand à la bétise que vous nous accusez de détenir en exclusivité dans votre morgue qui n’a d’égale que la langue que vous tendez à vos maitres qui n’ont d’autre mérite que de vous donner les moyens pour mieux insulter vos compatriotes dites nous en quoi notre bétise à pu mettre ce pays ou il est puisque nous ne l’avons jamais gouverné? Car assurément c’est grace aux gens comme vous dont l’estomac est devenu la boussole qu’aujourd’hui notre société est gangrénée par la corruption,les malversations et les passe droits en étouffant dans l’oeuf toute entreprise honnète au profit d’un ramassis d’escrocs qui vous nourrissent pour votre basse besogne.Qui consiste à dénigrer les Gabonais parce qu’ils ne comprenent pas quelles sont les compétences et aptitudes qui leur manquent pour pouvoir diriger leur propre pays? Au point qu’on doive leur imposer une bande mafieuse qui après les avoir pillé allègrement avec les dégats que nous déplorons tous aujourd’hui veut leur retirer le droit de se plaindre et faisant de la diversion et les accusant de xenophobie maintenant ces gens sont des voleurs et nulle part dans les traditions Africaines la place du voleur n’a été à la tete de la communauté.Les Gabonais ne demandent pas qu’on change une seule virgule aux lois juste qu’on les respecte et vos amis les foullent aux pieds à cause des gens comme vous qui leur donnent le faux sentiment d’immunité narcissique.
      Mais qui tentez-vous exactement d’enfumer?les Gabonais c’est raté des observateurs étrangers?Aussi il ya bien longtemps que par leurs representants au Gabon ils se sont fait leur opinions de la situation et vos clauses de style n’arrivent plus à convaincre personne.Vous vous etes mis avec vos maitres au fond du trou et rien ni votre armée,ni la fortune que vous ammassez au détriment du peuple Gabonais ne vous en sortira.Il n’existe pas de conte ou un mythomane gagne à la fin. Ayez moins d’arrogance et plus de respect pour nos frères et soeurs que vos nullissimes amis font vivre dans des conditions pénibles inutilement heureusement tout ceci va prendre fin bientot car dans TOUS les cas similaires le peuple gagne et ce sera vrai aussi au Gabon.

    • Surprise dit :

      lorsque quelqu’un est bon, courtois poli … on n’a pas besoin d’article pour laver son noms, la rumeur, les témoignages des uns et des autres suffisent!!!
      nous avons bien accepté maman Edith qui était congolaise!!! pourquoi lui, pose problème? c’est qu’il y en a!!

      ce qui lui arrive aujourd’hui est surement le résultat de ce qu’il a semé, il doit s’en prendre à lui même!!

  39. Léon-Paul BOUNOMBAR-MOUNGONGO dit :

    La République a ses Instititions et ses lois. Le Gabon a besion de ses fils et filles “intègres” pour le bon fonctionnement des Institutions et l’application des lois. “Ce n’est pas la loi qu’il faut craindre, mais le juge.”

  40. Léon-Paul BOUNOMBAR-MOUNGONGO dit :

    *Touches hypersensibles, lire (Institutions) merci.

  41. Tanko dit :

    Accrombessi c ‘est un peu comme ce francais nommé Rocancourt qui sur une période courte est arrivé aux USA comme aventurier et très peu de temps après , grâce à sa malice a multiplié les arnaques auprès des grandes personnalités de Hollywood.
    Très vite on s’est rendu compte que sa vie entière était consacrée à l’arnaque.
    Accrombessi n’ a jamais eu une carrière sérieuse d’ agent immobiler.
    C’était probablement un petit démarcheur comme il en existe en France et qui proposent des affaires un peu pourries surtout aux immigrés d’où qu’ils viennent. On ne vit pas très bien avec cela. On comprend mieux pourquoi il lui fallait rebondir quelque part. Ça été malheureusement le Gabon.
    Interrogez son profil. Ce gars est une arnaque vivante. D’ où sa violence perceptible et sa méfiance à l’ égard de quiconque voudrait s’interesser à son passé bien loin de l histoire romancée servie à ses victimes.
    Mais là! là! c est trop tard. Vaudou ou pas vous allez dégager.
    C’est un ESCROC c ‘est la triste réalité pour notre pays.
    Lui et sa prise Ali Bongo sont cuits sans oublier d’autres émergents.

  42. georges dit :

    Un beninois… Je crois que si il pouvait nommer des ministre étrangers il aurait remplacé tous les gabonais de la primature jusqu’au ministere de PME/PMI. ça montre à quel point il n’aime pas ce peuple, il ne lui fait pas confiance. Pour lui c’est juste un rêve qui se réalise. Juste avoir le pouvoir et c’est tout.

  43. Novice dit :

    est ce que tout cela est vrai ? A-t-on sorti autant d’argent du Gabon ?

  44. Orlando dit :

    Maixant ACROMBESSI, occupait un petit local derrière le TIVOLI à Glass et Ali BONGO lui rendait visite constamment et tout le monde le reconnaissait dans le secteur comme un marabout, et après il s’est retrouvé au Ministère de la Défense comme conseillé financier d’Ali BONGO. Voilà son CV.

  45. BEKALE BITEGUE dit :

    Jean Jeacques, merci parce que Dieu a touché ton cœur pour que tu penses enfin que tu es Gabonais. Nous pouvons maintenant compter avec toi pour libérer notre pays

  46. cbienbo dit :

    Roger, vous êtes très intelligent donc n’essayez de présenter un Gabon xénophobe au monde entier: les Gabonais ne sont pas xénophobes. Au moins par égard pour vous-même.

    Il me semble que vous présentez fièrement les 1400km de routes bitumées, pensez-vous que cela soit digne de notre pays, de ce gouvernement? pourquoi comparer la situation actuelle à celle produite par des dirigeants passés que vous qualifiés de roitelets, il faut comparer au pays de l’Afrique de l’Ouest, par exemple. Ces pays, pour la plupart, sont moins riches que nous, mais ont un réseau routier meilleur que le notre.

    Roger, à votre avis, quel sera le pourcentage de réalisation des promesses faites par Ali Bongo en 2009? Ali Ben Bongo a-t-il prévu de faire un bilan de son mandat avant de se lancer en 2016?

    Parlons de mister Accrombessi.

    Si mister Accrombessi a réellement fermé les vannes fuyardes, pourquoi la manne sauvée ne sert-elle pas à bitumer tout le réseau routier du Gabon (réseau d’ailleurs pas très important)? à mettre de l’eau dans les hôpitaux? À ouvrir des bibliothèques dans les collèges et lycées? à ouvrir des centres culturelles? À construire plus de logements sociaux?…

    Si mister Accrombessi aime tellement le Gabon, a-t-il une femme gabonaise (ne serait-ce qu’un compagne illégitime)? A-t-il des amis gabonais? A-t-il des maisons ou une cité au Gabon? Est-il un élu? Parle-t-il un dialecte du Gabon? Ses enfants connaissent-ils le Gabon (ne fut-ce que Libreville)?…

    Autant de questions…

    Otep

  47. Etrange cet article ! J espére que le PDG n est pas derriére. Quelle idée de faire le Plaidoyer d Accrombessi !
    Mais je tiens á dire ici que les gabonais sont fatigué de voir l argent du pays aller dans les poches des étrangers. L histoire des valises qui quittaient la présidence pour l exterieur avec Bongo pére pendant que les gabonais vivent dans des conditions misérables a beaucoup touché les gabonais.
    Et ce Monsieur occupe un poste que aucun Gabonais ne pourrai occupé chez lui. Pas par manque de matiére grise mais tout simplement par ses origines.

  48. chris dit :

    C’est desolant ces commentaires de personnes presque incultes .
    Quand les francais disent aux africains dorigine de retourner chez eux on crie au racismr et que fait on en Afrique.
    Quand une congolaise dorigine a ete nommé ministre en Italie et que les italiens netairnt pas daccord on a crié au scandal.
    Pour celui qui demande des exemple detranger qui ont occupé de hautes fonctions dans d’autres pays il y en a beaucoup surtout s’ils ont prid la nationalites il y aucun siucis.
    Il y a un senegalais dorigine qui est conseiller de Barack OBAMA.
    Rachida DATI , Mannuel VALLS , Najat BELKACEM sont pas francais dorigine mais iccupent ou ont occupés des hautes fonctions .
    Alassane OUATTARA est burkinabé dorigine et pourtant …

  49. SANKARA dit :

    J’aurai bien voulu vous donner raison, mais les cas de figure que vous citez se passent tous dans des démocraties.

    Ce n’est pas un hasard, car les nominations ne relèvent pas( en général)de magouilles ethniques ou de loges, mais de la compétence (en général).

    Ce que les gabonais reprochent à leur président, ce n’est pas le fait que son directeur de cabinet soit d’origine étrangère (ce pays a connu bien des ministres d’origine étrangère, et de très haut rang), mais plutôt la gestion opaque du pouvoir, et le mélange des genres. M. Accrombessi passe son temps à faire des affaires. C’est un secret de polichinelle, qu’il est un homme d’affaires très très prospère. Les scandales financiers le concernant sont légion. Dans un pays qui traverse une crise économique et sociale, consécutive à la baisse des prix du pétrole et la mauvaise gouvernance, le peuple ne peut plus supporter l’arrogance des gouvernants qu’ils soient gabonais de souche ou d’origine étrangère.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW