Lancée le 1er août dans la province de l’Estuaire, l’opération de pointage des fonctionnaires est jugée nécessaire pour la Confédération syndicale des agents de l’administration publique, parapublique et privée (Cosynap), qui appelle les Gabonais à l’honnêteté.

Joël Ondo Ella, le président de la Cosynap (écharpe). © Gabonreview

 

Moquée par certains, quand d’autres y voient une initiative précipitée du gouvernement vouée à l’échec, l’opération de pointage des fonctionnaires de la province de l’Estuaire est plutôt bien accueillie par la Cosynap. Lancée le 1er août, celle-ci fait suite à l’opération de mise sous bon de caisse effectuée en juillet, et vise à débusquer les fonctionnaires fantômes. Invité à l’émission «Décryptage», Joël Ondo Ella estime ce vendredi 3 août sur Radio Gabon que c’est une bonne chose. D’autant que, explique-t-il, «le statut général de la fonction publique veut que tout agent justifie de sa présence au poste».

Le président de la Cosynap en est convaincu, la fiche de présence au poste pourrait devenir bien plus utile aux fonctionnaires que d’autres documents administratifs. «Vous verrez, prédit-il, lorsqu’il sera question de solliciter un crédit ou pour d’autres raisons, on vous demandera de justifier de votre présence au poste, parce que c’est un élément indispensable.»

Si la Cosynap salue «le courage et l’audace du chef de l’Etat», c’est d’autant plus parce que, selon elle, le Gabon n’est pas le premier en la matière. «Ce qui est en train de se passer, c’est exactement ce qui se passe ailleurs. Si nous regardons à côté de nous, nous verrons bien qu’il y a des Etats qui ont plutôt décidé de réduire les salaires (pour faire face à la crise)», justifie Joël Ondo Ella, tout en appelant les travailleurs gabonais à être «au minimum honnêtes».

Le président de la Consynap a d’ailleurs présenté Ali Bongo comme «un pilote qui, au lieu d’engager l’avion à exploser, a forcé l’atterrissage pour que beaucoup de choses soient préservées».

 
 

7 Commentaires

  1. Mimbo dit :

    Pourquoi ceux qui composent l’essentiel des courtisans d’Ali Bongo ont un goût prononcé pour la bêtise ?

  2. Ikobey dit :

    Qui peut être contre ? hormis les escrocs de longue date qui touche un salaires sans travailler !
    Il est dur d’être courageux, de ne pas être démagogue , c’est la voie qu’a désormais décidé de suivre notre Gouvernement! Notre pays le mérite, combattons ceux qui sabordent le redressement !

  3. Serge Makaya dit :

    “salue le courage et l’audace du chef de l’état”… D’abord il n’est pas le chef de l’état. C’est un USURPATEUR -ASSASSIN – VOLEUR – TYRAN -ETC…Il faut cesser de jouer à ce jeu hypocrite qui consiste à vouloir faire de l’usurpateur un homme “intègre” et du vrai président élu un fauteur de troubles. C’est malheureusement ce que ous vivons au Gabon depuis plus de 50 ans. Et le “père” n’était pas meilleur que le “fils”. Tous 2 des bandits installés par la francafrique.La France ne veut pas le bonhzdes Gabonais, puisqu’elle nous impose des présidents non élus depuis plus de 50 ans. Si nous voulons VRAIMENT libérer le Gabon, prenons l’exemple du Burkina Faso ou de la Tunisie : il faut manifester pacifiquement dans les rues. Mais le nombre De manifestants doit atteindre au moins 100000 personnes. Je vous jure qu’ avec ce nombre, BOA s’en ira. Essayons et vous verrez. Tous à la grande marche organisée par Dynamique Unitaire. L’heure de la VICTOIRE approche…

  4. Axelle MBALLA dit :

    @Ikobey utilise des mots dont (à mon avis) il est loin d’en mesurer la portée. Des mots tels que “Dérives”, ” Redressement “, ont leur préalable. Un réel diagnostic qui situe administrativement, techniquement et financièrement l’ampleur des dégâts, puis indique les responsables. La loi gabonaise ” s’il en reste un tour petit peu” sera dite. Mais oserait soulever le couvercle! Le séisme ferait exploser huit fois la manne sur kaquelle est assis un système parental destructeur qui guette et détruit la moindre innovation électorale portée par la volonté de la transparence. Quelques milliers de gabonais tués ou à tuer prochainement, ne signifie rien aux yeux de ce système sanguinaire. Donc @ikovey. C’est bien essayé, votre plaisanterie. Mais un jour, les vrais gabonais finiront par restaurer tout ce que ce système a détruit… Croyez-moi.

  5. Okoss dit :

    Montrer le bon exemple.
    On ne peut pas en même temps demander au peuple de faire des efforts pour des crimes non commis et continuer à s acheter des bagnoles à hauteur de 650.000.000 CFA.ou bien faire du tourisme a Malaga et claquer autant de M/jour. N est ce frère Ikobe?????.

  6. PEMBE dit :

    Vue dans cette optique,nous ne pouvons que saluer le courage Et l’audace du chef de l’État pour cette decision qui toutes fois à parrue risquée au premier abord.

  7. Mimbo dit :

    M.ou Mme Ikobey où est passé votre jumeau Jean Jacques ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW