24 heures après son occupation par des personnes se réclamant de l’opposition, l’hôtel particulier Pozzo di Borgo, dans le 7e arrondissement de Paris, a été visité par l’ambassadeur du Gabon en France le 14 janvier. Ci-après, publié in extenso, le communiqué faisant le point de la visite de Flavien Enongoué, qui était accompagné du responsable de la Société civile immobilière (SCI).

L’ambassadeur du Gabon en France, a effectué le 14 janvier 2018, sous la conduite du responsable de la SCI, Georges Michel Rocoffort de Vivivière, une visite de l’hôtel particulier Pozzo di Borgo, sis au 49-51 rue de l’Université, Paris 7ème arrondissement. © D.R.

 

Communiqué

L’Ambassadeur Haut Représentant du Gabon en France, Représentant permanent du Gabon auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a effectué ce dimanche 14 janvier 2018, sous la conduite de Monsieur Georges Michel Rocoffort de Vivivière, responsable de la SCI, une visite de l’hôtel particulier Pozzo di Borgo, sis au 49-51 rue de l’Université, Paris 7ème arrondissement.

Cette visite avait pour objet de s’enquérir de l’état des locaux à la suite de leur occupation momentanée, dans la nuit du samedi 13 janvier 2018, par un groupe de compatriotes se réclamant de l’opposition gabonaise, et de faire le point de l’état d’avancement des travaux de restauration en cours.

Flavien Enongoué accompagné du responsable de la Société civile immobilière (SCI). © D.R.

S’agissant du premier point, il a été constaté quelques dégradations à l’entrée comme à l’intérieur du bâtiment. La visite d’une équipe technique est prévue dès lundi pour en déterminer précisément l’ampleur. De même, une information judiciaire a été immédiatement ouverte pour identifier les auteurs des actes incriminés.

Au sujet des travaux de restauration, Monsieur Georges Michel Rocoffort de Vivivière a fait à l’Ambassadeur un point complet de la situation. Il en résulte que ces travaux évoluent convenablement, sont exécutés dans les normes et selon le calendrier convenu. On peut en mesurer l’envergure par le nombre de contrats d’interventions dans le chantier : une soixantaine.

Cet hôtel particulier, acquis en 2010 par l’Etat gabonais, qui en est par conséquent le propriétaire, a vocation à abriter en partie, certains services de la Mission diplomatique, dont le Bureau économique.

 
 

9 Commentaires

  1. Jean Gaspard Ntoutoume Ayi dit :

    DES QUESTIONS AU SUJET DE L’HÔTEL PARTICULIER DÉNOMMÉ “POZZO DI BORGO” ?

    Dans un communiqué de l’Ambassade du Gabon à Paris en date du 14 janvier 2018, il est indiqué entre autre que :

    – “L’Ambassadeur Haut Représentant du Gabon en France, Représentant permanent du Gabon auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a effectué ce dimanche 14 janvier 2018, sous la conduite de Monsieur Georges Michel Rocoffort de Vivivière, responsable de la SCI , une visite de l’hôtel particulier Pozzo di Borgo, sis au 49-51 rue de l’Université, Paris 7ème arrondissement.”

    – “Cet hôtel particulier, acquis en 2010 par l’Etat gabonais, qui en est par conséquent le propriétaire, a vocation à abriter en partie, certains services de la Mission diplomatique, dont le Bureau économique.”

    Ainsi donc, l’hôtel particulier a été acquis en 2010 par l’Etat Gabonais, qui en est par conséquent le propriétaire. Mais un certain Monsieur Michel Rocoffort de Vivivière, “responsable de la SCI” comme le précise dans son communiqué l’Ambassade du Gabon en France, conduit la visite de l’Ambassadeur du Gabon.

    Pour rappel, en droit civil français, une société civile immobilière (SCI) est une société civile, donc de droit privé, qui a un objet immobilier. Le recours à une SCI permet la détention d’un bien immobilier par plusieurs personnes et peut faciliter la transmission du bien. Cette forme de société exige deux associés minimum au moment de la création.
    Au vu de cela, de nombreusent questions se posent :

    1. De quelle SCI, Monsieur Michel Rocoffort de Vivivière est-il responsable ?

    2. Pourquoi l’Ambassadeur du Gabon a-t-il besoin d’être conduit à l’hôtel particulier Pozzo Di Borgo par Monsieur Michel Rocoffort de Vivivière, présenté comme responsable de la SCI ?

    3. Est-il possible que l’hôtel particulier Pozzo Di Borgo, acquis par l’Etat Gabonais soit détenu en patrimoine par cette SCI dont Monsieur Michel Rocoffort de Vivivière est le responsable ?

    4. Qui sont les associés de cette SCI ?
    5. Serions-nous en face d’un détournement de biens publics ?

    6. Le procureur de la République n’est-il pas qualifié pour connaitre de cette question ?

    Jean Gaspard Ntoutoume Ayi

  2. ThNerd dit :

    ”Responsable de la sci” lol
    Quelle sci ?

  3. Hermann O. dit :

    “Soixante (60)contrats d’intervention pour les travaux de réhabilitation”..GR vous serez bien inspirés à creuser un peu plus..Quel est exactement le montant global des ces contrats?

  4. Patrick ANTCHOUET dit :

    Oui, pourquoi une SCI dans un bâtiment appartenant en principe à l’Etat ? Le Procureur Steeve Ndong Essame Ndong va-t-il monter au créneau pour en savoir plus ? Pas si sûr… Il agit sur commande.

  5. Serge Moundounga dit :

    Si c’est un bien de l’Etat gabonais, il devrait être immatriculé au nom de la République gabonaise.

    Que fait la Cour des Comptes quand elle apprend qu’un supposé bien public est immatriculé au nom d’une SCI dont on ignore l’identité des associés.

    Selon des sources dignes de foi, le prix d’achat réel serait de 150 millions d’euros auxquels il faut ajouter 100 millions pour des travaux pharaoniques.

    En sept ans, les investissements productifs, parce que personnels d’Ali:

    1 hotel particulier de près 170 Md FCFA à Paris,

    1 hôtel particulier à Londres pour 70 Md,

    1 palais a Marrakech pour 200 Md et une propriété mitoyenne pour 20 Md,

    1 palais à la Sabliere pour 130 Md,

    1 palais à la cité de la démocratie dont les travaux sont arrêtés,

    1 école à Batterie IV pour 30 Md,

    1 Boeing 737 pour 20 Md…

    Qu’en sera-t-il si par malheur, 7 années de plus venaient à lui être accordées.

  6. BSerge Okogo dit :

    Opération réussie.Les masques vont tomber,les détournements massifs et scandaleux des fonds publics Gabonais vus au grand jour. Accrombessi n’a pas fini avec la justice Française.

  7. Airborne dit :

    Si ce batiment est la proprieté de Gabon, pourquoi ne porte t’il pas un nom de chez nous au lieu que l’appelation soit de consonnance hispanique. Ensuite, c’est géré par une SCI donc, privé appartenant à Ali et ses associés Accombressi et les autres merdiers.

  8. La Prise du “Pozzo di BORGO” est un avertissement solennelle à Ali Bongo et sa camarilla . L’envahissement du “Palais du Bord” de la mer est sur orbite. Il ne reste plus qu’actionner le brûleur pour faire décoller le mouvement populaire …. Avis à tous et toutes qui sous-estiment la Résistance. Un SIMPLE MOUVEMENT spontané suffira . A l’heure actuelle, le peuple Gabonais ressemble à un volcan endormi… vous connaissez la suite.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW