Alors que son administration est accusée de n’œuvrer qu’au profit du pouvoir, le ministre de la Défense nationale a appelé les responsables politiques au respect de la neutralité politique des militaires, tout en dénonçant «l’utilisation abusive des militaires». 

Mathias Otounga Ossibadjouo, ministre de la Défense nationale. © gabonexpression.com

Mathias Otounga Ossibadjouo, ministre de la Défense nationale. © gabonexpression.com

 

Profitant de la deuxième phase du ravitaillement en matériel des éléments de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations-unies en République centrafricaine (Minusca), intervenue le 25 avril dernier au camp Baraka à Libreville, le ministre de la Défense nationale est sorti de sa réserve. Si son administration est accusée de ne s’exécuter que lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts du régime, livrant parfois la population à l’insécurité, Mathias Otounga Ossibadjouo a vivement nié ce jugement, estimant que les militaires sont tenus à la neutralité politique, parce qu’au service de la nation et non d’un quelconque idéal politique.

Le ministre de la Défense nationale en a profité pour rappeler leur engagement aux troupes, invitant les responsables politiques à ne pas instrumentaliser la force publique dont «le professionnalisme» fait l’honneur et la fierté du pays, notamment en Centrafrique où le bataillon gabonais a été choisi pour assurer la sécurité de la ville de Bangui lors de l’investiture du nouveau président. «Nous n’avons aucun lien avec les problèmes électoraux et nous souhaitons ne pas en avoir», a lancé Mathias Otounga Ossibadjouo, disant ne faire intervenir la force publique que lorsque des exactions sont constatées. «Je voudrais dire aux citoyens gabonais que nous n’avons rien à voir avec le processus électoral, et si j’ai une supplique à faire, c’est de demander que les militaires soient préservés des petites discussions politiciennes, parce que ces derniers temps, je constate l’utilisation abusive des militaires dans des considérations politiques. Autant nous disons aux militaires qu’ils doivent rester en dehors de la politique, autant nous disons aux politiciens qu’ils doivent laisser les militaires travailler tranquillement», a-t-il lancé, avant d’assurer que les récents achats et livraisons d’armes de guerre étaient destinés au contingent en partance pour la RCA dans le cadre de la Minusca.

 

 
 

8 Commentaires

  1. mone fame dit :

    Mathias, bien que désigné ministre de la défense par akro’mbessi, tu es gabonais né de père et mère eux même nés gabonais. Ceci n’est ni le cas d’akro’mbessi, ni celui d’ali l’usurpateur. Essayons par conséquent de considérer, au delà de toute chose, que tu serais à ta place, même si…
    Bon, ce qu’il y a surtout lieu d’intégrer est que l’armée est au service et à la disposition du peuple souverain, tout autant que toi investi en ta qualité de ministre de la défense comme second soldat, derrière, chose qui sera corrigée, ali l’usurpateur supposé être le premier des soldats.
    Vous êtes donc au service du peuple et non de cette cause obsessionnelle de perpétuation d’une imposture et régime inique et immonde…

    • bassomba dit :

      Je dis hein, autant vous vous égosillez à demander à Ali certains documents, autant certains gabonais comme moi aimeraient que vous produisiez des documents qui attestent qu’Ali est biafrai, donc Nigérian? Mais enfin, voila quelqu’un qui serait né au biafra et dont la naissance n’a aucune trace, sauf dans les esprits tordus

  2. Le citoyen libre dit :

    neutralité de l’armée gabonaise et partialité des mercenaires au sein de notre armée et de GR on le sait déjà.
    Question notre armée va t’elle laisser les mercenaires tuer les gabonais ?

  3. seerh l'anticonformiste dit :

    Mathias Otounga ne peut pas parlé de neutralité de l’armée lorsqu’on voit tous ce qu’ils font subir aux population et aux opposants aux profit du régime actuel.

    j’appelle pas à la violence mais quand le peuple en aura marre les plus exposé seront ces flics qui vivent avec nous dans les quartiers .

  4. guidouma dit :

    de qui se moque t-on? OTOUNGA et sa femme visite les casernes font des dons invitent celles-ci a voter le candidat ALI et aujourd’hui il veut nous parler de neutralité. c’est quoi cette imposture , ce manque de nationaliste et de surpassement de notre dignité de gabonais…

  5. IPANDY dit :

    Je pense que cet homme veut animer la galerie. Il n’a pas réfléchis avant de sortir tous ce qu’il vient de débiter. L’armé, au Gabon, a choisit son camp. Les militaires ont choisit de défendre leurs statuts de fonctionnaire au lieu de défendre le peuple. Tout va de la manière ils sont recruter. On entre dans l’armé, au Gabon, quand on a pas pu apprendre ou quand on a envie de trouver de quoi nourrir sa famille.L majorité de nos soldats ne sont pas à l’armé par conviction. Cela explique le fait qu’ils exécutent les ordres mêmes si ces ordres ne sont pas donner en faveur de la sécurité du peuple. L’armé a démissionné de ses missions régalienne: elle tue des innocents comme à portgentil, comme MBOULOU BEKA, elle agresse des lycéens, des honnête citoyens, pourchasse des leaders politique etc. Au GABON nous n’avons pas d’armé gabonaise mais par plus tot une armé du pouvoir BONGO/PDG.

  6. Ndong franc dit :

    Armé combien? Le peuple combien. .. Ils ont des parents ds le peuple non? Qu ils tirent sur la foule et on verra quelle famille de militaires vivra. . Ces ductateurs doivent assurer a ces militaires jusqu’au petit soldat une protection intégrale pendant 100 ans avt de leur dire de tirer sur ka foule odt k leur parent a eux seront a l abris en France

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW