Prenant acte des révélations d’écoutes téléphoniques réalisées par les services secrets gabonais, sur ses collègues, lors de la présidentielle 2016, le chef de la mission d’observation de l’Union européenne au Gabon, Mariya Gabriel, a qualifié cette opération «d’inacceptable».

Mariya Gabriel, chef de la MOE-UE. © gerb-epp.info

Mariya Gabriel, chef de la MOE-UE. © gerb-epp.info

 

Convié à l’émission «Invité Afrique» de  Radio France internationale (RFI), le 4 octobre 2016, le chef de la mission d’observation de l’Union européenne au Gabon, Mariya Gabriel, a marqué son indignation au micro de Christophe Boisbouvier, par rapport, à l’écoute par les services secrets gabonais des conversations des membres de la mission d’observation de l’Union européenne. «Il n’y avait aucun besoin de procéder à une écoute vu que nous avons respecté notre mandat, le principe de neutralité et d’interférence. Et nous avons travaillé du début à la fin dans la pleine transparence», a-t-elle affirmé.

De l’avis Mariya Gabriel, tous les membres de la mission électorale qu’elle conduisait ont respecté scrupuleusement les clauses de l’accord signé, le 26 juillet 2016, entre le gouvernement gabonais et l’UE. Il est ici question du Code de bonne conduite et des éléments du protocole d’entente stipulant que «la mission est là pour se baser sur des observations factuelles et respecter le principe de neutralité et de non interférence».

«Nous n’avons rien à cacher et c’est ce que nous faisons aujourd’hui en travaillant sur le rapport final, qui sera une analyse complète du processus électoral. Dans les communiqués de la mission que nous avons déjà sortis, on indique clairement l’analyse du processus que nous faisons y compris ces défaillances. Notre force est que lorsqu’on parle de défaillance et d’anomalie, c’est basé sur nos observations directes et le rapport final fournira des éléments en supplémentaires à cette analyse», a-t-elle affirmé.

Intimidation, exfiltration

Outre l’écoute téléphonique dont certains membres de la mission d’observation de l’Union européenne au Gabon ont été victime, ces derniers ont également été l’objet de plusieurs campagnes d’intimidation, les contraignant à écourter leur séjour au Gabon. «Aucun membre de la mission n’a été exfiltré. En revanche, certains membres de la mission ont quitté le Gabon quelques jours plutôt que prévu car, effectivement, ils avaient fait l’objet de menaces par des individus non identifiés. L’intimidation a dépassé certaines limites», a souligné Mariya Gabriel.

La mission d’observation de l’UE déplore qu’il n’y ait pas eu la possibilité de confrontation des procès-verbaux des différents camps, lors du contentieux électoral. «Ce qui est important a noter est que d’une part nos observateurs n’ont pas eu accès à toutes les provinces, à toutes les commissions électorales provinciales y compris la province du Haut-Ogooué et, ensuite, il y a le taux de participation dans la province du Haut-Ogooué qui lui n’est pas cohérent avec les chiffres que nous disposons pour les bulletins blancs ou nuls. La procédure telle qu’elle a été suivie dans le cadre du contentieux électoral par la Cour constitutionnelle n’a pas permis de lever les doutes sur ces résultats», a indiqué le chef de la mission.

 

 
 

6 Commentaires

  1. tara dit :

    S’il vous plait garder vos émotions pour vous on a tourner la page votre jeux à été identifié.

  2. yann dit :

    Sa NE fait que commencer

  3. Tuyen dit :

    Tu as tourné la page et non on a tourné la page. Tu ne parles pas au non du plus grand nombre des gabonais. Personne n’est représentant des Gabonais ici pour parler en leur nom. L’avenir de cette élection nous en dira mieux. Les morts ne resteront pas oublié ou encore la page facilement tournée

    • Stan dit :

      Merci Tuyen, je valide tes propos.

      @ Tara:
      Tourner la page?!!! OMG!!!
      Dans un pays où il existe des crimes rituels, où la démocratie est bafouée, où aussi bien le système scolaire que sanitaire sont pitoyables, où l’économie s’effondre, où dame seeg se permet à présent de faire des factures surélevées, etc… Tu oses parler de tourner la page?!!! Fais tu partie de ceux qui détournent la tête à la vue des rats qui pullulent la ville, des photos d’enfants innocents mutilés, de notre Gabon qui tombe en ruine dans l’insalubrité, de nos institutions qui conjugue le verbe “se prostituer” au présent, passé et futur?? Si tel est le cas je peux juste te dire: Honte à toi!

    • FINE BOUCHE dit :

      Bien dis Tuyen

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW