L’examen du contexte pré-électoral dans la perspective de la prochaine présidentielle est au cœur du récent séjour d’une délégation de l’Union européenne.

Experts de l’Union européenne en séance de travail au ministère de l’Intérieur, le 25 avril 2016 à Libreville. © Gabonreview

Experts de l’Union européenne en séance de travail au ministère de l’Intérieur, le 25 avril 2016 à Libreville. © Gabonreview

 

A la demande du gouvernement, une mission de l’Union européenne (UE) séjourne à Libreville depuis le 25 avril dernier. Objectif : examiner le contexte pré-électoral dans la perspective de la prochaine présidentielle. Conduite par le chef de délégation de l’UE au Gabon, cette mission entend se familiariser avec le cadre électoral national pour, le cas échéant, pouvoir observer les élections au Gabon en toute connaissance de cause. Elle a ainsi été reçue par le ministre  de l’Intérieur, qui lui a recommandé de s’appesantir sur la confection de la liste électorale. «Les élections présidentielle et législatives se tiendront dans la transparence et la sérénité», a lancé Pacôme Moubelet-Boubeya.

La mission conduite par Helmut Kulitz s’est, tour à tour, rendue à la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), au Conseil national de la démocratie (CND), à l’Assemblée nationale et au Conseil national de la communication (CNC). Les experts de l’UE ont pu évoquer  le rôle des médias en période électorale. «Nous apporterons notre contribution utile dans la formation  des journalistes, notamment en sollicitant une approche très responsable de la part des médias, en vue des élections», a confié le chef de délégation de l’UE au Gabon. «Dans la phase aigüe des élections, il s’agira notamment d’accompagner l’accès de tous aux médias publics», a-t-il poursuivi.

Toutefois, il faudra un peu patienter avant que les retombées de la présente mission ne soient perceptibles. «La suite sera décidée une fois que la mission exploratoire sera de retour à Bruxelles. De là, une décision sera prise au très haut niveau par la représentante pour la politique extérieure de l’UE», a expliqué Helmut Kulitz.

Accrédité au Gabon en novembre 2015, en remplacement de Cristina Martins Barreira, Helmut Kulitz a pour mission de veiller à l’engagement de l’UE au niveau national dans le cadre de l’accord de Cotonou et d’assurer les axes stratégiques de la coopération avec le Gabon.

 

 
 

7 Commentaires

  1. Ensemble chassons le SPF dit :

    Quand nous serons dans le feu de l’action, l’Union européenne se fera dribbler par le ministre de l’intérieur. En somme c’est du cinéma!

  2. bassomba dit :

    L’UE va empêcher quoi? L’UE n’était pas récemment au Congo? Au contraire sa présence ne fera que valider ce qui se passera.
    Par ailleurs, présentez nous l’acte de naissance biafrai d’ali et son certificat d’adoption!

    • Fille dit :

      Tout à fait vrai Bassomba. Depuis des décennies ces gens là viennent en Afrique adouber et valider par leur présence les coups d’état electoraux de leurs obligés. Ces mêmes personnes qui n’ont que le mot démocratie a la bouche, valident depuis toujours la misère des peuples africains selon leurs intérêts. Il suffit de s’emmitoufler de l’étiquette “observateurs internationaux”, ils sont loges et nourris dans de grands hotels aux frais de la princesse et leur décisions iront bien sur adouber la princesse ! Peut-on espérer que les choses soient différentes cette fois-ci ? J’en doute. En tout cas, ils auront du mal a valider des procès verbaux différents de ceux qui seront détenus par les gabonais au sortir des urnes si élection il y a et compte tenu du contexte de 2016 au Gabon.

  3. imagine2016 dit :

    Nous sommes fatigués de ce tourisme africain.
    Laissez nous tranquilles, laissez nous mourir sous la dictature de Ali
    nous sommes fatigués excédés par cette diplomatie de bonnes intentions, de mise en garde et de et de et de Rien au final!

  4. IPANDY dit :

    Je loue ce initiative. Ce n’est pas parce que nous souhaitons la transparence qu’il ne faut pas louer les bonnes actions. Il sera maintenant interressant de nous communiquer le rapport de cette mission de l’UE suite à cette visite.

  5. Yan dit :

    Gabonreviews , je trouve surprenant que vous n’ayez pas repris lss documents scandaleux publies par vos confrères de la loupe sur l’attribution des marchés au gabon suite au propos injurieux de bille bi nez envers Ndong Sima . Est dc volontaire de votre part ou est en conception l’analyse de ce dossier . Pour une fois que des documents sont claires

  6. Lecridugabon dit :

    Les occidentaux devraient arrêter d’infantiliser les africains et les gabonais en particulier. Leur seule présence ici prouve à suffisance que des soupçons de fraude savamment orchestrée planent dans les institutions visitées. Nous savons que l’administrateur colonial qu’est la Belgique a dépêché cette délégation pour venir s’assurer que leurs valets respecteront bien leurs consignes. Alors je vais dire ceci :

    A vous dirigeants occidentaux qui encourager l’oppression des peuples africains pour des intérêts économiques égoïstes et diaboliques, l’histoire et les peuples africains vous en demanderont les comptes un jour. On peut tromper le peuple tout le temps mais jamais on ne trompera tout le peuple tout le temps. Vous devez comprendre qu’il est temps pour vous d’œuvrer pour une réelle indépendance des pays africains avant que cela ne se fasse par la force… Le vent de la Renaissance africaine est en train de souffler, si vous êtes sourds et muets, vous le sentirez vous toucher, si vous êtes aveugles idem, alors pensez-vous avoir le choix. L’Histoire enseigne qu’aucun système quel qu’il est été bâti n’a résisté à la pression de la libération des peuples.

    A vous cupides dirigeants africains, sachez que trop opprimer le peuple conduit à la révolte, à la rébellion, à l’insurrection, optez pour la voie de la sagesse et écoutez le cri de vos peuples, qui ne demandent rien d’autre qu’un mieux-être.
    A tous, il me semble plus sensé que: le mémorandum d’entente soit signé d’une part entre les institutions gabonaises en place et toutes les sensibilités politiques nationales (regroupements de partis, société civile, associations religieuses …) et d’autre part entre les représentants du peuple gabonais et l’UE ? On parle ici de souveraineté nationale et de transparence, seul le peuple est garant de celle-ci… car lors d’une élection, le peuple se choisit un président pour conduire son destin pour les années à venir. Agir autrement ne peut que conforter l’idée que les dirigeants occidentaux se moquent du peuple gabonais, ce qui justifiera sa mise à l’écart lors de cette signature.
    Enfin, je suis étonné par cette démarche, l’UE européenne a-t-elle envoyé des observateurs lors de l’élection présidentielle en France ? Vous m’excuserez mais vous ne connaissez rien du Gabon chers dirigeants occidentaux. Et nous savons tous que vos indépendances des années 60 étaient une mascarade…Mais l’indépendance se négocie-t-elle ?
    Vous avez recueilli le point de vue des dirigeants du Gabon, ayez de la suite dans les idées, écoutez aussi le point de vous du peuple gabonais. Merci.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW