Le président du Rassemblement héritage et modernité (RHM) a condamné, le 31 juillet, les arrestations et détentions arbitraires, les enlèvements et disparitions forcées ainsi que la recrudescence des crimes rituels au Gabon, exigeant la libération immédiate et sans condition de toutes ces victimes du pouvoir.

Le président du RHM, Alexandre Barro chambrier, le 31 juillet 2018. © Gabonreview

 

Les cadres du RHM. © Gabonreview

Le Rassemblement héritage et modernité (RHM) est préoccupé par le sort de Bertrand Zibi Abeghe, Landry Washington Amiang, Pascal Oyougou, Fréderic Massavala, Hervé Mombo Kinga, détenus pour des motifs politiques à la prison centrale de Libreville, sans jugement jusqu’à ce jour.

A la faveur d’une conférence le 31 juillet à Libreville, le président du RHM appelle à la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques qui «paient de la sorte leur refus de se soumettre aux dérives d’un régime autoritaire».

Selon Alexandre Barro Chambrier ces prisonniers «subissent quotidiennement les pires sévices corporels, des humiliations de toute nature, des traitements dégradants et inhumains. Au regard de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme et du Citoyen consacrée par l’ONU en 1948 et de notre bloc de constitutionnalité, le Gabon à travers ce régime, est bel et bien en situation de violation des droits de l’Homme»

Le président du RHM affirme que le pouvoir userait des manœuvres sordides pour maintenir ces prisonniers politiques dans l’isolement et pour retarder leurs procès. Il en veut pour preuve sa propre expérience vécue le 27 juillet dernier, alors qu’il tentait en vain de rendre visite à Bertrand Zibi Abeghe et Pascal Oyougou, en compagnie de leur avocat, Maitre Jean Paul Moubembe, pourtant en possession d’un permis de communiquer, signé par le substitut du procureur de la République.

«En effet, depuis bientôt deux ans plusieurs militants de l’opposition, illégalement détenus, croupissent dans des conditions épouvantables, dans les geôles du pouvoir. Leur seul tort est d’avoir exprimé des idées contraires à celles du régime établi, alors que nous sommes dans un Etat soi-disant de droit, dans lequel la Constitution garantit à chaque citoyen la liberté d’opinion et d’expression», a regretté Alexandre Barro Chambrier, assurant être «mobilisés à leurs côtés pour défendre leur cause jusqu’au triomphe de celle-ci».

 
 

5 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Un peu tard, Mr Barro Chambrier, pour dénoncer ces arrestations arbitraires. On ne sait même pas s’ils sont en vie… Le Gabon est gouverné, non seulement par un usurpateur, mais aussi par un psychopathe. A cause d’un tel malade, tout le peuple Gabonais est en danger de mort.

  2. Eyeghe olame dit :

    Si ta question est de savoir s’ils sont en vie :la réponse est affirmative, je ne vois donc pas en quoi il serait tard.
    Pr MR barro.chambrier de dénoncer les dérives d’un régime mal élu, la dénonciation devra tjrs se faire aussi longtemps qu’ils seront maintenus arbitrairement en détention par ce régime en perte de vitesse. À titre d’info l’opposition fait bien plus que nous ne le sachions. Tt ne se dit pas÷

    • Le Villageois dit :

      @ Eyeghe olame
      Vous nous dites que l’opposition fait “bien plus” que nous ne le sachions. Enfin, ne prenez surtout pas les citoyens comme des gens aveugles. Le résultat est patent car ces prisonniers croupissent toujours en prison. On ne peut pas affirmer que l’opposition fait “plus” avec un tel résultat en 2 ans. L’opposition fait ce qu’on appelle “service minimum”. Personne n’est dupe, ces petites sorties sont dictées par l’agenda des législatives en préparation. En réalité l’opposition (celle dont vous faites référence) ne fait rien pour les prisonniers politiques.

  3. Michel Bouka Rabenkogo dit :

    “LA DYNAMIQUE BWETE”
    * “DEUX CENT VINGT ET UNIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD” *
    « ” LA RESTITUTION EST AMORCÉE ” »
    L’Organisation de La Dynamique BWETE.
    En français facile :
    « * QUAND ON VAUT RIEN, ON NE VAUT RIEN… * ».
    Il faut d’abord rappeler que La Démocratie et l’État de Droit sont génétiquement africains. L’organisation microscopique de nos villages en est l’illustration. Un Noyau (Chef du village) autour duquel gravitent en harmonie des électrons (habitants du village). Quelle est cette démocratie ou cet état de droit multipartite avec des prisionniers politique ? Et au vu et au su de tout le monde. Surtout au vu et au su de la Communauté dite Internationnale, puis de la France garante des valeurs universelles de la supposée démocratie et état de droit !!!
    L’occident dans sa démocratie et dans son État de droit s’est dévoyé de lui-même. Incapable de Liberté, de Respect et d’Amour pour ses propres valeurs plagiées. Résultats : Glaives, fusils, revolvers, bazooka, bombardiers et armes à destruction massive. MAIS POUR TUER QUI ? Si ce n’est lui-même : L’HUMAIN.
    La franc-maçonnerie a vraiment échoué. MUANGA (DIEU) a eu raison de détruire définitivement la médiocre et moribonde franc-maçonnerie. ON NE DÉFIE L’INTELLIGENCE SUPRÊME BWETE, MUANGA (DIEU).
    Nous peuple souverain d’IBOGA (Gabon) attendons simplement le, 15 aout 2018 à Midi Pile, de la part de votre inculte inconstitutionnel, La Déclaration d’Acceptation de LA VOLONTÉ 2016 : JEAN PING EST LE GUIDE, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, CHEF DE L’ÉTAT. C’EST TOUT. / BWETE.
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION #
    “GABON D’ABORD”

  4. Serge Makaya dit :

    Alexandre Barro Chambrier, si cet article à été fait à but électoral, pitié pour toi, tu finiras comme BBM.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW