Prévu ce vendredi 18 mai, le procès opposant le président exécutif de l’Union & Solidarité (US) et la présidente du Mouvement des jeunes Upégistes (MJU) a été renvoyé au mardi 22 mai prochain.

Elza-Ritchuelle Boukandou (chemisier rouge), en compagnie de ses conseils, le 18 mai 2018, au palais de justice de Libreville. © Gabonreview

 

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou ne s’est pas rendu au palais de justice de Libreville ce vendredi 18 mai. Représenté par ses avocats, le président exécutif de l’US a bénéficié d’un renvoi de l’audience prévue ce jour. Celle-ci devrait se tenir le mardi 22 mai prochain à la chambre civile du tribunal de première instance de Libreville.

Bien que regrettant cette décision de renvoi de l’audience, la présidente du MJU et ses conseils n’ont pas caché leur détermination à aller jusqu’au bout de leur démarche. Pour la jeune leadeur politique, il en va du respect des textes et de l’image du parti.

«Cette situation, qui manifestement déteint sur la cohésion au sein de notre structure politique, pose un problème : celui de la responsabilité de chaque militant face au respect des textes du parti. En effet, tout militant, fut-il le président, est obligé de respecter les statuts et règlement intérieur. Cette obligation a pour corollaire l’obligation qui pèse sur chacun des militants de veiller à ce que les statuts soient respectés par tous», s’est-elle exprimée ce 18 mai.

Soutenant que sa démarche «n’a rien de personnelle», parce que fondée sur «les principes et les valeurs» régissant leur formation politique, Elza-Ritchuelle Boukandou dit avoir été à la bonne école : «J’ai la conviction que le président Moukagni est fier de ma démarche parce que c’est ce que nous avons toujours fait ensemble. C’est inscrit dans notre ADN politique. A notre place, je suis convaincue qu’il aurait fait la même chose.» La présidente du MJU a également assuré avoir le soutien de certains vice-présidents de l’US.

Le 15 mai dernier, Elza-Ritchuelle Boukandou a assigné l’actuel ministre d’Etat à l’Enseignement supérieur à comparaître pour le contraindre à tirer les conséquences de son entrée au gouvernement, conformément à l’article 48 bis du règlement intérieur de leur parti qui dispose que «toute participation d’un militant dans un gouvernement, une instance parlementaire ou un camp politique opposé à la position du Parti, expose ce dernier à la radiation».

 
 

22 Commentaires

  1. Ali Asselé dit :

    Personne n’est au dessus de la loi !!!!!

  2. BSerge Okogo dit :

    Quelque soit l’issue de ce procès, notre magistrat hors catégorie, perdra sa crédibilité tant au niveau national qu’international…

  3. l'ombre qui marche dit :

    Cela ne souffre d’aucune contestation il n’y a pas de démarche personnelle de la part de cette jeune femme IL FAUT APPLIQUER A MOUKAGNI IWANGOU LES TEXTES DU PARTI U&S sinon pourquoi crier contre la CC lorsque celle-ci bafoue LA LOI?

  4. Day T. dit :

    On ne fait pas n’ importe quoi devant n importe qui et, surtout, à n importe quel moment peu importe quand n’importe où. L’ Union du Peuple Gabonais, parti politique, dirigé jadis par un érudit à point de la connaissance, de l’organisation, Pierre Mamboundou Mamboundou, à formée politiquement un certain nombre de gabonais. Pour ces Gabonais, les principes, les valeurs sont la colonne vertébrale de tout homme politique qui se veut sérieux. Tous les fidèles de feu Pierre Mamboundou Mamboundou devraient fiers de la démarche de Mlle Elza qui nous rappelle que le militantisme est un engagement sérieux sur lequel se reposent un tas d espoirs, peut être déchus, mais formateur des hommes et des femmes d une certaine Intégritée. Le Gabon a besoin des hommes et des femmes de qualité qui pourraient chasser à jamais le pdgisme qui sommeille en chaque gabonais. Oui, au regard de l affront faits aux lois, à la constitution, aux statuts et règlements intérieurs propres sans état d âme, on peut dire que l esprit du PDG est partout et en chacun. Le pdgisme est une gangrène à éradiquer, à commencer dans les rangs de l’opposition.

  5. Philibert dit :

    Voici une etoile qui brille de mille eclats dans le paysage politque du Goabon: Elza-Ritchuelle Boukandou.

  6. Okoss dit :

    Félicitations petite.
    Moukagni doit comprendre qu il ne suffit pas d’ être beau parleur ,il faut aussi avoir foi a ses prises de positions.
    Je suis par ailleurs très déçu, car ce type m avait bcp impressionne
    On fait ce n est qu un predateur

  7. OZORY dit :

    Bravo chère dame nous félicitons votre démarche ne vous laissez pas intimidée, étayée votre argumentaire, demandée conseil le peuple souffre trop de ces leaders qui sont toujours à l’origine du non aboutissement du combat que les gabonais menent depuis six décennies à cause des personnages perfides comme ce Monsieur

  8. Nkembo dit :

    Attention, Attention lisez bien vos textes. Il y’a des vides par rapport à l’ interprétation de cet article. Il faut d’abord définir un camp politique opposé à la position du parti. Mr Iwangou n’est pas allé dans gouvernement pdg mais un gouvernement d’union nationale. La présence des autres membres de l’opposition au sein de ce gouvernement, est un argument de taille. Autre chose l’assemblée n’a jamais appartenu à un camp, elle est nationale avec un camp majoritaire. C’est le cas du présent gouvernement. Donc je crois à mon humble avis que c’est un tort de se réjouir maintenant, Mr Iwangou gagnera le procès.

    • Nkembo dit :

      Lire: beaucoup de vide dans l’application de cet article.

    • l'ombre qui marche dit :

      Si peux me permettre ce qu’on demande à MOUKAGNI IWANGOU c’est de se conformer aux textes de son parti même si c’est le fondateur car je ne doute pas un seul instant que si c’était un autre militant de son parti qui avait été nommé au gouvernement il l’aurait exclu en s’appuyant JUSTEMENT SUR LES DITS TEXTES! si MANDELA avait accepté les monts et merveille que l’Afrique du Sud raciste lui promettait où serait l’ANC aujourd’hui?

      • Nkembo dit :

        L’article sur lequel on veut s’appuyer n’est explicite. De quel gouvernement parle t-on? De quelle instance parlementaire? Qu’est ce qu’on attend par: un camp dont la position est opposée au parti? A chacun son interprétation.

        • l'ombre qui marche dit :

          Les articles cités sont clairs! il n’y a pas à biaiser! JE PERSISTE ET JE SIGNE si c’était un autre militant de son parti qui aurait été appelé au gouvernement c’est sur la base de ces textes qui ne sont pas explicites que Moukagni Iwangou serait venu parler le gros français pour justifier l’exclusion du dit militant!

  9. Mwane Dibu dit :

    j’ai juste une question à poser à Nkembo.Le President actuel appartient à quel bord politique?

    • Okoss dit :

      Tu perds ton temps en répondant a Nkembo.
      Meme l injustifiable, il veut justifier.
      Il est clair aux yeux du grand nombre que Moukagni a viole les règles de son parti
      Il a prête serment devant quelqu un qui n a jamais été élu (ce sont ses propres mots)
      et qu il a assigne en justice ( CPI)
      pour crimes contre l humanité.
      Pour un type aussi brillant???ou éloquent seulement, c est très regrettable

      • Nkembo dit :

        Okoss,j’ai décidé de ne jamais répondre à tes posts quelque soit la provocation où le type d’injures.Retiens au moins que mes posts n’ont rien avoir avec les différentes déclarations ou les actes posés de monsieur Iwangou mais sur l’article 48 bis qui fait tant de bruit. Et sur lequel les plaignants posent leur espoir.

        • Okoss dit :

          Nkembo
          Je ne pense pas t avoir insulte. Nous débattons, rien de plus
          Par contre, je persiste et signe Mr Moukagni a t il eu l onction de son parti pour accepter le poste ministériel qui lui a été propose??mr Menga a t il réuni RH&M pour accepter le poste de ministre
          Dans les 2 cas c est non.
          En quoi votre gouvernement est 1 gouvernement d’ union nationale
          La pêche a la ligne a été le mode de désignation de la bande des 3.
          Comme conséquences Moukagni et Menga doivent être exclus.
          Vous voulez interpréter quoi.tout est clair et qu ils assument
          Bientôt les législatives ils ne seront meme pas élus députes
          Ils ne garderont pas non plus leur poste de ministre

    • Nkembo dit :

      Le président est pdgiste, une fois élu, il est placé au dessus de tous les partis. Mais le gouvernement actuel peut-être dit: d’union nationale(majorité et opposition) sur ce fait, le tribunal pourrait avoir des difficultés à trancher.

  10. AIR dit :

    Le President de la République est au dessus des partis politiques. En outre, il n’y a pas d’élus à l’assemblée nationale, donc pas de majorité.
    Au fond, la position de M.Moukagni est frustrante et décevante. Mais, si on s’en tient aux statuts et règlement intérieur du parti, ça va être difficile qu’il perde ce procès.

  11. serge obiang obame dit :

    Moukagni fait maintenant confiance a la justice gabonaise. Etonnant! Quant on se rappelle a ses anciennes declarations envers cette justice apres tous ses proces perdus face a cet regime. Meme s’il pert le proces il demeura ministre. Nous sommes tous decus de cet intellectuel.

  12. Olsen dit :

    Ne soyons pas distrait par Moukagni et Menga etc… Notre combat est la reconnaissance de la victoire de Jean PING.

  13. mapane dit :

    Nkembo ,
    “l’article 48 bis du règlement intérieur dispose que «toute participation d’un militant dans un gouvernement, une instance parlementaire ou un camp politique opposé à la position du Parti, expose ce dernier à la radiation»”
    Qu’est ce qui n’est pas explicite en cet article ?
    US fait parti de la majorité ?
    Non , monsieur Nkembo ,c’est aussi clair que l’eau de la dougni à moabi.Arrêtons de parler ou d’écrire et même de lire quand nous ne pouvons pas édifier …bref écoutons , et faites nous assister quand nous ne savons pas lire et sachons que l’art d’écouter est plus important que de parler .MOUKAGNI a violé la loi comme plusieurs dans ce pays et il doit l’assumer

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW