L’étude sur l’économie verte inclusive et la transformation structurelle au Gabon fait l’objet d’un atelier, dont les travaux se sont ouverts ce 18 novembre à Libreville.

Clément Sima, Basile Mboumba et Ghitu-I-Mundunge. © Gabonreview
Clément Sima, Basile Mboumba et Ghitu-I-Mundunge. © Gabonreview

A l’initiative du ministère en charge des Forêts et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), l’atelier de validation de l’étude sur l’économie verte inclusive et la transformation structurelle au Gabon s’est ouvert le 18 novembre dernier à Libreville. Près de 70 participants nationaux et une dizaine de représentants d’organismes internationaux prennent part à ces travaux prévus pour s’étaler sur 48 heures.

Une vue des participants. © Gabonreview
Une vue des participants. © Gabonreview

Ouvrant les travaux, le ministre délégué chargé de l’économie forestière, Basile Mboumba, a rappelé que le rapport soumis à l’examen et validation de cet atelier traite de problématiques telles que le développement durable, la gouvernance, les infrastructures et le capital humain. «Au vu de l’exercice auquel vous allez vous livrer, je vous exhorte à doubler d’ardeur afin que vos propositions soient retenues et prises en compte dans le rapport final à transmettre à la CEA», a-t-il déclaré, apportant de l’eau au moulin du secrétaire général de la Commission nationale pour le développement durable (CNDD) pour qui cette rencontre, qui fait suite à une étude conduite par un consultant, vise à «fournir une plateforme pour améliorer la compréhension, le dialogue multi-acteurs, la mise en réseau et la coordination des politiques d’économie verte inclusive et la transformation structurelle du Gabon».

Les participants vont identifier les éléments clés qui devront faire partie des messages forts à intégrer dans le rapport de synthèse de l’Afrique dans l’optique de la mise en œuvre des recommandations de la conférence des Nations unies sur le développement durable Rio+ 20. L’objectif à terme est de disposer d’une base de données pour les planificateurs africains tout en améliorant la connaissance sur les liens entre les politiques d’économie verte inclusive et la transformation structurelle en Afrique. Autrement dit, comme l’a affirmé le chargé des affaires économiques de la CEA en Afrique centrale, cette rencontre «vise à améliorer la compréhension et promouvoir l’adoption de politiques d’économie verte inclusive qui contribuent à la réalisation des objectifs de transformation structurelle». «Ce rapport constitue à n’en point douter un outil important pour identifier et définir clairement les domaines dans lesquels le Gabon peut bénéficier de l’appui de la CEA en matière d’économie verte inclusive pour la transformation structurelle», a indiqué Ghitu-I-Mundunge.

 

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW