Prévue du 27 novembre au 21 décembre à Libreville, la quinzaine du développement durable au Gabon a démarré le 28 novembre avec un atelier de réflexion sur l’accès des mineurs aux services de la Santé sexuelle et reproductive (SSR) et au dépistage du VIH.

Christian Tshimbalanga, à l’atelier de réflexion sur l’accès des mineurs aux services de la santé sexuelle et reproductive et dépistage du VIH, le 28 novembre 2018. © Gabonreview

 

Initiée par l’Organisation des Nations unies, la quinzaine du développement durable au Gabon a démarré le 28 novembre. Les activités ont débuté par un atelier de réflexion sur l’accès des mineurs aux services de la Santé sexuelle et reproductive et dépistage du VIH.

Cet atelier regroupe les partenaires au développement, les confessions religieuses, les juristes, la société civile et les agents du ministère de la Santé. Selon le directeur de la prévention du Sida «l’atelier vise à emmener les acteurs à une réflexion collective, visant à mettre en place des politiques pouvant permettre aux jeunes d’accéder à la santé sexuelle et reproductive et au dépistage du Sida», a expliqué Amissa Briana Bongo Ondimba.

Les participants sont regroupés en 4 groupes de réflexion par thème. Le premier groupe se chargera de réfléchir sur le VIH sida. Le deuxième se penchera quant sur la santé sexuelle de la reproduction (SSR). Le troisième groupe mènera sa réflexion sur les comportements sexuels actuels des jeunes. Quant au dernier groupe, il se chargera de proposer des lois devant encadrer l’accès de mineurs aux SSR et au dépistage du VIH.

Sous la supervision générale de Christian Tshimbalanga, consultant international en Santé et droits humains, toutes ces réflexions devraient permettre d’atteindre les objectifs de l’atelier. Le premier objectif sera de définir les grandes lignes d’une nouvelle politique sur le dépistage du VIH chez les mineurs, en intégrant les questions de SSR.

L’autre objectif sera de convenir avec les différentes parties prenantes sur les thématiques connexes à intégrer dans la nouvelle politique. Il sera également question de susciter l’implication des parties prenantes, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, pour l’élaboration de la nouvelle politique sur le dépistage du VIH chez les mineurs.

Auteur: Jean-Thimothé Kanganga

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW