En prélude à la quinzaine du développement durable au Gabon que va organiser l’Organisation des Nations unies, du 27 novembre au 21 décembre à Libreville, le coordonnateur résident du système des Nations unies au Gabon, Stephen Jackson, a décliné les contours de l’évènement, lors d’une conférence de presse le 27 novembre à Libreville.

Le coordonnateur résident du système des Nations Unies, Stephen Jackson et les responsables des agences des Nations Unies au Gabon à la présentation de la quinzaine du développement durable au Gabon, le 27 novembre 2018. © Gabonreview

 

Du 27 novembre au 21 décembre se tiendra à Libreville, la quinzaine du développement durable au Gabon organisée par l’Organisation des Nations unies. Un jour avant le démarrage de l’évènement, le coordonnateur du système des Nations unies au Gabon a décliné, au cours d’une conférence de presse, les contours et l’ensemble des activités prévues dans le cadre de cette manifestation.

La quinzaine du développement durable au Gabon vise, selon Jackson Stephen, «à mettre en lumière les objectifs du développement durables (ODD) adoptés par les Etats membres de l’Onu en 2015. Elle vise surtout à monter les efforts des agences des Nations unies au Gabon dans la mobilisation des parties prenantes sur l’accélération de l’atteinte de ces ODD».

À cet effet, 12 grandes activités sont prévues dans le cadre de cet évènement. La quinzaine démarrera, du 28 au 29 novembre, avec un atelier de réflexion sur l’accès des mineurs aux services de santé sexuelle et reproductive et dépistage. Elle sera également marquée par une session de plaidoyer de haut niveau pour l’enregistrement des naissances auprès du Senat, ainsi que par une journée de lutte contre le VIH Sida.

Il est également prévu un atelier de sensibilisation à la déontologie dans les administrations financières, une journée internationale du volontariat, une journée internationale des sols et une journée internationale consacrée aux droits de l’homme. Celle-ci sera marquée par une activité de sensibilisation sur la promotion du développement communautaire et des droits humains.

La quinzaine célébrera également le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme et la journée des Nations unies. Une cérémonie de remise des jugements supplétifs à des enfants y est également prévue. Elle s’achèvera avec la cérémonie de remise des certificats aux lauréats de la formation en développement et un atelier de formation sur la maitrise des risques d’audit et de contrôle au Gabon.

Selon Stephen Jackson, l’ambition de cette manifestation est de «vulgariser les activités des agences des Nations unies, s’orienter avec le gouvernement gabonais vers l’accélération de l’atteinte des ODD et s’orienter avec les partenaires non étatiques gabonais, vers un dialogue et une approche participative».

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Je ne suis pas sot au point de ne pas voir le lien entre santé et développement. Mais pourquoi est ce le sida qui tient le devant de la scène alors que le paludisme est bien plus mortel et plus simple à éradiquer ?
    L’argent qui alimente l’ONU vient des pays riches et doit servir leurs intérêts uniquement.
    Par contre il y a un lien direct entre capitalisme et destruction des hommes et des écosystèmes. Silence.
    Les dictatures qui ne respectent rien par essence, font de leur nation des mouroirs, des poubelles à ciel ouvert. Silence.
    Les sociétés géantes qui manipulent économies, finances et lois mettent leur argent pollué dans des paradis fiscaux (qu’ils ont créé de toutes pièces )pour ne jamais contribuer au bien commun. Silence.
    La liste est longue des sujets qui animent (donne une âme)et qui sont à aborder mais comme d’habitude aucun ne sera évoqué.
    Des pansements sur des jambes de bois…Qui couteront la peau de fesses aux pays pauvres.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW