Smaïl Chergui, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine (UA), déjà à Libreville pour préparer la mission avortée de médiation panafricaine dans la crise postélectorale gabonaise, a indiqué que le recomptage des voix est une orientation saine assurant le respect des voix du peuple.

Smaïl Chergui

Smaïl Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine (Archive). © D.R.

 

Répondant aux questions de BBC Afrique, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine est revenu, entre autres, sur le recomptage des voix demandé par le camp de Jean Ping et sur le report de la mission de bons offices des chefs d’Etat et de gouvernement préalablement annoncée à Libreville pour le 9 septembre. Une mission qui, selon Emmanuel Issozet Ngondet, ministre gabonais des Affaires étrangères, de la Francophonie et de l’Intégration régionale a été «reportée sine die».

L’issue du scrutin présidentiel du 27 août dernier, donnant Ali Bongo Ondimba vainqueur, avait en effet été l’objet de protestations et des violences dans l’ensemble du pays. Le camp de Jean Ping, comme une bonne partie de la communauté internationale a demandé le recomptage des voix.

Commentant cette demande, Smaïl Chergui relève qu’il y a eu «des situations pénibles par le passé». Dans le contexte actuel, le recomptage est «un exercice, une orientation saine», afin que «les voix souveraines du peuple gabonais soient réellement respectées et que force reste à la loi». Indubitablement, avec cette sortie de Smaïl Chergui, l’UA est également favorable au recomptage de voix comme l’a préconisé, dès le début, la Mission des observateurs électoraux de l’Union européenne et plusieurs capitales occidentales.

Commentant la déclaration du ministre gabonais des Affaires étrangères à propos du report de la mission de médiation, Smaïl Chergui a indiqué être au Gabon pour la préparer. «Nous avons d’abord voulu nous assurer d’un certain nombre de conditions fondamentales avant que nos chefs d’Etat n’arrivent», a-t-il déclaré.

«Je vous confirme que j’ai bien avancé pour la préparation de cette délégation qui, le moment venu, fera le déplacement à Libreville. Je pense que le qualificatif de sine die a été peut-être très largement interprété comme quoi la mission est remise en cause. La mission n’est pas remise en cause», a –t-il précisé.

 

 
 

13 Commentaires

  1. Jean -jacques dit :

    Oui vous recompte les voix que ali a obtenue et Ali sera confirmer élu?et ce bandit ping verra bien la confirmation qu’il a été bien batu.

  2. Tounguy dit :

    C’est la moindre des choses le recomptage des voix. Pourquoi le camps d Ali s y refuse t il s il était sûr de sa victoire ? On apprends même qu on serait en train d inonder les membres de la cour des millions de cfa pour que notre bb doc gabonais soit confirmé. Mborantsuo il serait temps de laver ton honneur souillée en t inscrivant dans le histoire. Lit et dit le droit. Ali a fraudé. Recompte les voix du haut ogooue et tout le monde le réclame. Aucun président n a félicité Ali . C’est un signe qui ne trompe personne. Son régime ne sera pas reconnu par la communauté internationale si tu bidouilles encore le droit.

  3. Adorateur Didier Tsamba dit :

    L’union Africaine se prononce enfin! Il était quand même temps!

  4. Michel Bouka Rabenkogo dit :

    # AMBIANCE POST ÉLECTORALE 2016 #
    “N’EST PIRE AVEUGLE QUE CELUI QUI NE VEUT PAS VOIR”
    Peuple gabonais, questions simples: avez-vous vu un occidental prendre une position ferme vis à vis d’Ali BONGO depuis son parjure de 2009? La démocratie est elle à géométrie variable, quand il s’agit du Gabon et de l’Afrique? Avec quel nouvel acte de naissance Ali BONGO a t’il concouru? Qui l’a dénoncé? Pourquoi faire des élections présidentielles avec un fraudeur et les mêmes institutions organisatrices de 2009? Peuple gabonais, “N’EST PIRE AVEUGLE QUE CELUI QUI NE VEUT PAS VOIR”. Pour ma part, “un bwiti ne vaut que par la qualité de son utilisateur”. Ali Bongo est un médiocre franc-macon. Le peuple gabonais s’est largement exprimé et même avec violence sur le choix de celui qui doit assumer LA TRANSITION: Jean PING. QUE LES FRANC-MAÇONS SE DÉBROUILLENT A TROUVER UN EXILE POUR LEUR MÉDIOCRE, NIGAUD PANTIN ALI BONGO. C’est FINI. FIN. NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS EN CE DÉBUT DE MILLÉNAIRE AFRICAIN. BWETE.
    *L’Esprit Saint illumine le GABON*
    # NOP 2016 #
    “Gabon d’Abord”

  5. Tagro Dominque Cote d'Ivoire dit :

    dc on peut recompter les voix alors, la France elle agit selon ses interets alors ke gbagbo avait demandé cela ici Mr Ping a refusé

  6. merci beaucoup dit :

    Il faut procéder au recomptage bureau par bureau et surtout dans la province litigieuse.
    En ce qui concerne la côte d’ivoire, le recomptage avait été refusé puisque c’est l’ONU (donc la communauté internationale) qui avait organisé les élections dans ce pays. Ce qui n’est nullement le cas du Gabon.

  7. jean bille dit :

    enfin! voilà une excellente appréciation qui discrédite les missions africaines d’observation qui ont prétendu, contre l’évidence, le bon déroulement des opérations électorales!

  8. mayombo dit :

    ping était secretaire de L’UA.secretaire des chefs d’était.Que peut faire un secreatire davant ses chefs?????

  9. Mengué Mba dit :

    Ce niakouet de Jean Jacques vit dans quelle monde ? Meme le monde entier sait que PING est l’elu de la Republique. Vraiment !!

  10. Papa vetcho dit :

    Pour votre gouverne l’ONU n’a jamais organisé les elections en Cote d’Ivoire. C’est plutot la CEI(Commission Electorale Independante). Que le peuple africain apprenne à respecter les decisions de ses institutions qu’il s’est doté.

  11. Vive le gabon dit :

    Bonne decision.esperons que l’UA assumera jusqu’a la fin et surtout que le recomptage aboutisse afin de garder le Gabon toujours dans la paix.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW