Un mois après son appel à la réconciliation nationale pour en finir avec la crise politique qui perdure ; Me Louis Gaston Mayila et ses compagnons sont allés édifier le chef du Bureau régional des Nations-Unies pour l’Afrique centrale (Unoca), sur le bien-fondé de leur approche.

Scène de la rencontre entre la délégation conduite par Me Mayila et François Louncény Fall. © Twitter/Unoca

 

Me Louis Gaston Mayila et ses compagnons de l’opposition dite «modérée», ayant appelé à la réconciliation nationale en décembre dernier, sont toujours à pied d’œuvre pour tenter de faire aboutir leur idée. Le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR) s’est lancé ces derniers jours dans la quête d’appuis censés l’aider à convaincre les autorités pour la matérialisation de son idée. Sa quête l’a conduit, lundi 5 février, au cabinet de François Louncény Fall.

La délégation conduite par l’ancien soutien de Jean Ping est allée partager avec le chef de l’Unoca ses points de vue sur la situation sociopolitique actuelle du Gabon. Me Louis Gaston Mayila a expliqué au représentant d’António Guterres le bien-fondé de leur approche, qui vise à sortir le pays de la crise politique issue de la présidentielle d’août 2016. Pour les chantres de la réconciliation nationale, cette initiative permettra également d’éviter au Gabon une guerre civile, d’autant que, selon Me Mayila, un «mur de haine» s’est désormais érigé entre les Gabonais. A l’Unoca, le président de l’UPNR et sa suite sont allés aussi recueillir l’expertise de François Louncény Fall et celle de ses collaborateurs dans la prévention des conflits sur le continent.

Un mois après l’appel à la réconciliation nationale, peu de partis ou de personnalités politiques de la majorité et de l’opposition proche de Jean Ping se sont exprimés en sa faveur. Me Mayila et les siens restent tout de même convaincus du bien-fondé de cette initiative. «Pour le moment, le processus est en place (et) nous nous battons pour mettre en place un comité» censé préparer et organiser cette réconciliation, a indiqué le président de l’UPNR.

 

 
 

16 Commentaires

  1. Olsen dit :

    L’unique condition de sortie de crise est le départ de BOA continuez d’ironiser on verra à quoi servira votre médiation.

  2. Olsen dit :

    Parler pas de réconciliation lorsque plusieurs familles sont toujours à la recherche des leurs. Un peu de déscence svp.

  3. BSerge Okogo dit :

    Mais de quelle réconciliation parle t-on ? Certains crient haut et fort que Ali Bongo a sifflé la fin de la récréation, pour d’autres, Ali Bongo a fait exploser la galaxie Ping.Ali Bongo lui même fait croire à la communauté internationale que le calme règne au Gabon il n’y a que la minorité des Gabonais de l’étranger pour amuser la galerie… Aux dernières nouvelles, deux poids lourds de la coalition Ping sont rentrés dans les rangs, tout compte fait, tout risque de guerre civile n’est plus d’actualité donc Maître Mayila ferait de s’activer à autre chose au lieu de s’engager vers une voie sans issue.

  4. Nguema dit :

    Toujours à faire la girouette…quelle honte pour l’avenir de notre pays le gabon

  5. Nguema dit :

    Je propose que touts ceux qui était avec Ping qui participeront à ces élections soient sanctionnés par le peuple partout où ils seront candidat

  6. L' éclat danger dit :

    Ces vieux ne sont ils pas fatigués de faire le con ? Ils ne sont pas objectifs, mayila espere quel poste? , ils n’ont plus de source d’entrée voilà pourquoi ce cinéma, il n’aura rien,c’est de la traîtrise, cela prouve qu’il gigote pour son intérêt personnel. .pitié, ils ont oublié les jeunes qu’ils ont embarqué dans cette tourmente, et ceux qui se sont exilé de par leur faute.mais mister mayila ce sont ces jeunes qui vont arrêter le cercle vicieux que vous avez conçu, ils vous passerons l’envie de faire politique prochainement

  7. Eternite dit :

    La réconciliation nationale passe par un référendum national et non la décision unilatérale de certains à vouloir imposer au peuple un « idée des plus inconvenantes » !!
    La galaxie Ping devrait en faire de même y compris les pseudo opposants; le peuple voulait un candidat unique à la présidentielle et vous l’avez entendu ; alors cessez de nous fatiguer avec le slogan «  on ne va pas aux élections législatives » !!! Vous êtes républicain, organisez un référendum et demandez aux peuple si l’opposition doit présenter des candidats ? Après les résultats, chacun prendra ses responsabilités selon la volonté populaire !!

    Opposition, cessez de jouer le jeu du PDG, demandez aux peuple la marche à tenir mais ne vous érigez pas en détenteur absolu de sa légitimité.

    Je ne suis ni du PDG, ni pro Ping.. je suis gabonais et citoyen d’un pays dont les hommes politique de tous bords ont oublié qui ils devaient servir

  8. espoir dit :

    Myila a toujours montré ses limites en politique.pour une personne qui est surdiplomé comme toi n’a montré aucun sens commun pour ce que le gabonais revendique,tes volte faces troublent le paysage politique de l’opposition gabonaise.ce serait mieux de retourner avec celui qui est incapable de gérer une population de 1million d’habitant avec un taux de chômage de plus 40% avec un sous sol riche.si c’est juste pour toi comme ça Me Mayila tant mieux.

  9. makaya dit :

    Vous êtes toujours dans les chimères! Trop parler, c’est maladie. Le résultat c’est qu’ABO est en place. Continuez dans vos jérémiades.

    • BSerge Okogo dit :

      Certes, Ali Bongo est toujours en place mais toujours en quête de reconnaissance.Observez son attitude rétrograde quand il est en face des autres chefs d’État élus démocratiquement. Il ne suffit pas d’être en place mais il faut gouverner au sens propre du terme et non envoyer les opposants en prison et piller les fonds publics. Une chose est sûre et certaine, l’homme ne dort plus sans somnifères et cherche une voie de sortie. Au lieu de l’encourager dans sa bêtise, Montrez lui la sortie.

    • Ramses dit :

      Loin d’être des jérémiades comme tu dis mon cher, ce sont des coups de gueule! Ras le bol! d’un ABO qui est en place non pas par casting du plus grand nombre des gabonais mais par son entêtement et son obsession au pouvoir.En plus vue le déclin de ce pays (précarité, chômage, grèves, voiries toutes pourries, problème d’eau potable, détournements etc.) même ceux qui ont voté pour ABO en 2016 devrait être déçus de leur choix. Petite anecdote pour tous les fans d’ABO: les fans de michael Jordan ( moi y/c) ont continué à le supporter même quand il avais quitté la NBA pour jouer au baseball en MLB. Donc fais pareil, encourage ton idole dans une autre discipline (musique; course de F1; show-case, par exemple) et dis lui de laisser “chef d’état là!” c’est plus fort que lui!

  10. jean- jacques dit :

    Pas de dialogue, laisons les gens AVANCER, MAYILA arrête de faire du banditisme malgré la prison tu as pas compris?? Le dialçogue avait été organisé c’est fini.

  11. on doit sanctionné ces vieux là mayila nzouba oyé mba pfffffffffffff

  12. diogene dit :

    Encore une girouette… On devrait le mettre sur batterie pour produire du courant ! Avec les éoliennes politocardes plus besoin de barrages…

    Malheureusement pour nous, ce genre de gyroscope brasse le vent pour rien du tout…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW