Non partant pour un 3e dialogue national comme voulu par certains au sein de l’opposition, le président du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Jean-Boniface Assélé promet toutefois de «se battre pour qu’Ali Bongo reçoive tout le monde», y compris Jean Ping.

Jean-Boniface Assélé. © Gabonews/capture d’écran

 

Sur la réconciliation nationale proposée en décembre 2017 par le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR) et d’autres opposants, Jean-Boniface Assélé a estimé, samedi 20 janvier, que Louis-Gaston Mayila «a raison dans une certaine mesure», d’autant que son appel permettra d’en finir avec le climat de tension politique hérité de la présidentielle d’août 2016. Pour le président du CLR, il est nécessaire que les principaux antagonistes se parlent. Son parti et lui-même entendent s’investir dans cet objectif.

«Nous devons nous battre pour dire au président de recevoir tout le monde», a exhorté Jean-Boniface Assélé, tout en mettant en garde «ceux qui sont autour (d’Ali Bongo)» de «ne pas faire barrage». Si le président du CLR n’est pas pour l’organisation d’un 3e dialogue comme réclamé par certains au sein de l’opposition, il a dit être «sûr et certain que Mayila, Ping, Myboto, Oye Mba et d’autres sont prêts à discuter avec le président Ali Bongo».

S’exprimant sur le sujet de la convocation du premier juge d’instruction à laquelle Jean Ping, dont il a loué le courage, n’a pas souhaité déférer, Jean-Boniface Assélé a estimé que le président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) «donne un mauvais exemple», alors qu’«il aurait pu être chef de l’Etat». Le président du CLR a notamment dit avoir «des relations formidables» avec celui qui continue de contester la réélection d’Ali Bongo, son neveu.

 
 

32 Commentaires

  1. RG dit :

    Il me semble que Mr Ping a toujours dit etre pret a discuter avec Mr Ali Bongo pour organiser son départ !!

  2. dako dit :

    ALI BONGO a déjà vidé le Gabon de ses dons et de ses richesses :
    -Faux actes de naissance
    -Article 10 non rempli
    -Vols électoraux
    -Tueries macabres
    -Bénéficie du soutien tacite de la France
    -Détourne à lui tout seul la moitié du budget de l’état.
    – Ali Bongo est le responsable des crimes de sang au Gabon à travers la franç-maçonnerie barbare et retrograde qu’ils ont utilisé pour demeurer 50 ans au sommet de la première république du gabon.

  3. Patrick ANTCHOUET dit :

    Le problème d’Assélé, c’est qu’il n’est pas assez crédible. Quand il dit “nous devons nous battre pour dire à Ali Bongo de recevoir tout le monde”. Pourquoi “se battre” pour parler à Ali Bongo ? Cela montre, à mon avis, qu’Assélé n’y croit pas lui-même. D’ailleurs, il dit qu’il espère que l’entourage d’Ali Bongo ne fera pas barrage. Quand un oncle parle ainsi, c’est qu’il a du avaler des couleuvres depuis 8 ans…

  4. Ari dit :

    Assele, mon Dieu! Ca C’est une veritable cacophonie pour embrouiller les naifs. Le perdant devient le gagnant, et vice versa. C’est de ca que Jean Ping doit aller negocier avec ton “neveu” sanguinaire, usurpateur Ali Bongo.
    Ali Bongo a ete battu a plate couture par Jean Ping en 2016. Alors qu’il passe le pouvoir au president elu par les gabonais. C’est tout!
    Une reconciliation de dupes!!!

  5. Ari dit :

    Cette situation met a nu beaucoup de gens, surtout ceux-la qui n’aiment veritablent pas le pays. Ceux-la qui ne veulent pas que le pays avance, ceux qui sont soucieux de conserver leurs privileges acquis au detriment du bien-etre de tous les gabonais. Ce sont eux qui maintenant sont conscients que le jugemnt de l’histoire ne va pas les epargner, et c’est la raison pour laquelle ils veulent qu’on continue avec le meme systeme cinquantenaire, mafieux Bongo-PDG.
    Vous tous ces viellards-la allez vous reposer, laissez la place aux nouvelles generations. Et arretez de prendre les gabonais pour des imbeciles avec vos pseudo solutions.
    La seule solution qui vaille est que le perdant aux elections presidentielles de 2016 (Ali Bongo Ondimba) laisse la place a celui qui a ete democratiquement choisi par le peuple, en l’occurence Jean Ping.

  6. Triste dit :

    Le cas PING dévient très chaud, pour eux, d’où un appel direct du pieid pour la négociation, à croire que sont neveux est derrière tout ça,car depuis 2016,il était ou?

    • Nkembo dit :

      Non le cas Ping est un non événement. Lâché par les puissants soutiens sur lesquels il comptait, Ping est de nos jours sans poids majeur. Tous ses amis(hormis les 3 ou 4 euro députés ) lui recommandent à discuter avec Ali qui est le seul président de la république reconnu.
      Ping lui même sait qu’il a perdu la bataille mais veut croire à quelques naïfs qui lui sont restés fidèles qu’ il (Ping) existe encore. Arrêtez de rêver, Ping a seulement honte de vous dire la vérité. Il souhaiterait également qu’ on rembourse l’argent qu’ il a dépensé pendant la période électorale mais c’est mal connaître l’enfant qu’ on appelle Ali Bongo.

  7. Le peuple Gabonais a donné la possibilité à Ali Bongo de quitter le pouvoir avec élégance comme le fit Mathieu Kérékou. Mais malheureusement, tous les conseillers occultes et les vautours qui squattent le palais présidentiel en ont décidé autrement, poussant Ali Bongo à commettre l’irréparable : TIRER A BALLES RÉELS SUR LE PEUPLE GABONAIS.
    Maintenant que vous êtes surpris par la détermination du peuple, vous osez proposer de réconciliation….Mr Assélé, la réponse vous la connaissez : ALLEZ AU DIABLE.

  8. Olivia dit :

    Ali est reconnu planetairement comme un homme sans parole, un véritable assassin et usurpateur.
    Qu’a t’on a s’asseoir avec un tel homme ? Jean Ping discutera avec Ali sous la houlette de l’U.A pour qu’Ali parte dans l’imediat mais certainement pas en tête a tête….. Un fey-man n’a aucune parole !

  9. Antoine dit :

    A discuter avec le “président”…Le monde est à l’envers.Ce cinéma dure depuis plus de 50 ans.Les vaincus se comportent comme les vainqueurs. Moi je reconnais uniquement Jean Ping comme le preprésident élu du Gabon.

  10. louetsy dit :

    Bien dit,RG!
    Normalement l’ordre du jour devrait tourner autour du départ d’Ali et rien d’autre!

  11. fulo dit :

    Assele pour quelqu’ un de ton age tu fais honte a toi et a toute ta famille tu veux faire croire aux Gabonais et à la face du monde que tu maîtrises Mr…….Alors que lui s’en tape de toi et ne te reconnait même pas comme étant un des siens d ailleurs si tu étais réellement un sage tu aurais pesé de tout ton poids pour que Mr……. ne tue pas les Gabonais au motif qu’ ils auraient revendiqué leur vote tu aurais du lui dire que c est bon neveu on a été battu c est bon…….Laisse JEAN PING tranquille la seule chose que tu pourrais réussir alors la cette fois dans ta vie c est de convaincre Mr…. de quitter le pouvoir pour qu’il y ait accalmie dans le pays pour que les Gabonais retrouvent la joie de vivre d’ entant sinon je répète que tu es un Faux Type

  12. M. JBA soyez un peu serieux et surtout parlez de notre président avec beaucoup de respect, votre soit disant neveu a perdu les élections donc arretez de prendre les gabonais pour des mois que rien, d’ailleurs vous même avez reconnu quelque part que votre soeur n’avait jamais enfanté donc vous ferez mieux de continuer à manger du caviard et à arracher des terrains aux gabonais comme vous l’avez toujours fais mais sachez que Jaen PING notre président n’a jamais dit qu’il ne veut pas dialoguer avec votre neveu; la seule condition pour qu’il se retrouve c’est la discussion des conditions de son départ point.

  13. howard dit :

    on retient discussion au tour des conditions de depart stop et fin

  14. ça c est de la sorcelerie, mais le temps est passé plus de négociation

  15. Olsen dit :

    Mr Assélé comencez d’abord par aller dialogué avec les familles des gabonais assassinés par la millice de votre neveu.

  16. jean- jacques dit :

    Ooh toton associé, quel dialogue parlez vous? ping a perdu l’election il ya 2 ans, Ali n’a pas que les dialogues à faire. Comment dialoguer avec un individu comme Ping qui atraité les gens des rats, dans tout ça on ne sait plus qui est le vrai rat?
    Pas de dialogue si ping veut le dialogue qu’il aille dialogue avec sa population dans sa ville pour savoir s’il pourra gagner les elections legislatives.

  17. Gilbert dit :

    A l’approche des les législatives on a toujours droit aux élucubrations de ce vieux serpent à sonnette.

  18. dydy dit :

    un sage disait le temps est un grand maître mais le malheur, s’est qu’il tue ses élèves. Nous sommes rendu 2 ans après les élections. Beau frère de l’autre sait qu’il ne sera plus président. Hire soir ils étaient ensemble chez ton ton associé, et le vin de palme a coulé à flow comme au beau vieux temps. Le white hors était au menu…quelle soirée!

  19. dydy dit :

    hier Ali et Ping. Je n’en revenais pas!

  20. dydy dit :

    Ne soyez donc pas naifs

  21. dydy dit :

    ils se parlent déjà. Inspirer de bongo et père nba abesolo.

  22. dydy dit :

    On a volé la victoire du peuple. Et qui après se retrouve dans les maille de la corruption….Tous ont péché et aucun est juste….

  23. dydy dit :

    quand tonton associé dis j’ai des bonnes relations avec Ping, ce n’est pas pour rien!

  24. beka dit :

    @Dydy, Bjr. ça ne me surprendrait guère, que Ping et Ali se soient retrouvés autour d’une bonne bouteille. Car, ainsi va la politique au Gabon. Les politiciens gabonais, malgré le fait qu’ils s’étripent à longueur de journées sur la place publique, se retrouvent toujours le soir et signent souvent à ce moment-là, ce que l’un des praticiens de cette méthode a appelé à son époque “la paix des braves”. Je m’étonne seulement que tu ne nous dises pas qui d’autre de la famille, en dehors de Tonton Associé, était là : Andjoua ? La Mama ? Ou qui encore ? Allons, Dydy ! Ne nous fait pas prendre des vessies pour des lanternes, car il très gros, ton hameçon… Mais ce qu’il faut dire, c’est que ces deux “adversaires du 27 août 2016” peuvent bien se rencontrer incognito, ce n’est pas gênant. Ce qui le serait, c’est qu’ils viennent dire sur la place publique, le contraire de ce qu’ils proclament depuis une vingtaine de mois, au risque de perdre la face. Et aucun d’eux ne voudrait s’aventurer sur cette voie car ce serait un suicide politique. Espérons seulement que SI une telle rencontre a eu lieu (on peut se déjà féliciter qu’il y eût du vin de palme, un produit made in Gabon !), que des décisions utiles pour le Gabon et les Gabonais peuvent avoir été prises… Wait and see.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW