Réitérant son appel lancé en décembre 2017, Louis-Gaston Mayila préconise que soit rapidement mis en place un comité national provisoire de réconciliation nationale animé par des personnalités de l’opposition et de la majorité s’étant plus ou moins retirées de la scène politique.

Louis-Gaston Mayila, le président de l’UPNR. © L’Union / Sonapresse

 

Plus d’un mois après son appel en faveur de la réconciliation nationale, Louis-Gaston Mayila estime que les choses ne vont pas assez vite dans la matérialisation de ces assises qu’il juge indispensables pour sortir le pays de la crise politique héritée de la présidentielle d’août 2016. Aussi, a-t-il exhorté à mettre en place des structures devant permettre de préciser les contours de l’organisation de cette réconciliation en vue de mettre un terme à la crise politique ambiante.

A l’occasion de la célébration de l’anniversaire de son parti, samedi 27 janvier, le président de l’Union pour la nouvelle République (UNPR) a estimé que «le moment est arrivé» et qu’il ne s’agit plus de se limiter à l’appel à la réconciliation nationale. L’ancien soutien de Jean Ping a notamment appelé à la mise place d’un «comité national provisoire de réconciliation». Une structure qui, a-t-il précisé, n’est pas appelée à s’éterniser, et dont les membres seront des personnalités adhérant à son idée. Parmi ces personnalités, Louis-Gaston Mayila verrait bien Paul Mba Abessole ou Jules Aristide Bourdes-Ogouliguende, deux responsables de l’opposition plus ou moins en retrait de la scène politique nationale.

Pour les membres du futur comité national de réconciliation, le président de l’UPNR a déjà des missions précises à leur confier. Il s’agira, entre autres, de «faire progresser (son idée de réconciliation) sur les ondes, dans les esprits, dans les états majors et dans tous les lieux de ce pays».

 
 

10 Commentaires

  1. Olsen dit :

    Pauvre mendiant tu as sirrés les pompes du père et maintenant tu sirres celles du fils.

  2. ADN dit :

    Il faut que BOA parte du pouvoir. Il n’a pas gagné l’élection présidentielle de 2016.

  3. Ari dit :

    Bien triste, Louis-Gaston Mayila vraiment sans gene. Vous autres avez un agenda personnel qui n’a rien a avoir avec l’interet superieur de la nation. Va te reposer comme pere Mba Abessole (lui aumoins a eu le courage de se retirer).
    On ne cesse de le repeter que la solution au probleme c’est le depart sans condition d’Ali Bongo Ondimba. Alors pourquoi ne pas aller le lui dire chaque fois que vous vous voyez, au lieu de nous casser les oreilles a longeur de journee avec ton faux machin truc de reconciliation.

  4. IPANDY dit :

    Le problème est que tu n’es pas la personne idoine pour mener ce combat. Un discours venant des personnes comme mayila attise la colère. Vos double visage ont beaucoup fait reculer le pays.
    Je le conseille d’aller dormir.

  5. Piouf! dit :

    Son parti a combien de membre?

  6. diogene dit :

    Pour qu’il y ait réconciliation il faut d’abord que Ali quitte son palais du bord de mer pour sans famille.

    Mandéla n’a pas demandé de réconciliation avant la fin de l’apartheid…

    D’autre part, qu’avons nous à réconcilier ? Les gabonais sont unanimes sur la fin du système PDG, et ceux qui le défendent aujourd’hui ne sont pas sincères.
    Les quelques irréductibles savent que c’est la justice qui les attend au bout du chemin.

    Ramassis de criminels, ils ne soutiennent que leur protecteur ou leur proxénète.

  7. JOE dit :

    JE SUIS LE SEUL CAPABLE D’IMPULSER LA RÉCONCILIATION NATIONALE, CAR CELA EST DU RESSORT D’UN INCOGNITO. J’AI DIT, J’AI PARLE ET J’AI ECRIT.

  8. ABO dit :

    Mais la réconciliation avec qui? pour quoi faire? ceux qui sont dans l’opposition restent dans l’opposition et jouent pleinement leur rôle et ceux du pouvoir gèrent le pays c’est tout. même s’il faut changer les rôles maintenant comment y arriver? Impossible je pense

  9. Koek lun dit :

    On ne peut pas voler les élections devant tout le monde entier et par five imposer les gens le comment faire .meme les petits enfants sont choqués de voir ce qui se passe au Gabon .c est mieux de ne plus en parler si on n a pas la force et le courage de destituer ce cet usurpateur .

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW