Invité du journal Afrique de TV5Monde le 19 octobre, le 6e vice-président du Sénat gabonais, Jean-Christophe Owono Nguema, n’a pas caché sa crainte de voir aboutir le projet de révision constitution qu’il définit comme un plan de «monarchisation du Gabon».

Pour Jean-Christophe Owone Nguema, le problème du Gabon est politique (capture d’écran). © Gabonreview

 

En déplacement en France, le 6e  vice-président du Sénat a appelé le 19 octobre l’opposition gabonaise à taire ses égos et à se réunir rapidement pour faire un bloc contre le président Ali Bongo Ondimba et son projet de révision constitutionnelle. Jean- Christophe Owono Nguema s’exprimait sur le plateau du journal de TV5Monde.

«Ce projet de constitution pour moi, c’est la forfaiture de trop d’Ali Bongo, parce que ce projet vise tout simplement à faire disparaître la République gabonaise pour que nous devenions une monarchie. C’est une monarchisation de la République qu’aucun Gabonais ne pourra accepter», a-t-il affirmé.

Pour Jean-Christophe Owone Nguema, le problème du Gabon est politique et il faut trouver une solution politique à ce problème. Soutenant au nom du peuple gabonais détenir les leviers pour empêcher cette future 24e révision constitutionnelle depuis 1960, sous le prétexte d’appliquer les recommandations du Dialogue politique, le Sénateur n’a pas manqué d’alerter l’Union européenne afin qu’elle prenne ses responsabilités.

Ce dernier a par ailleurs insisté sur la nécessité pour les hommes politiques de s’unir pour sauver la République.

«Ce problème politique est un problème gabonais, qui sera réglé par les Gabonais que nous sommes. Il faut que les Gabonais, à l’exemple du Togo descendent dans la rue. Qu’on affronte Ali avec ses milices. Qu’il tue ce qu’il pourra tuer, mais le reste continuera le combat. Nous devons laisser nos egos de côté pour combattre d’abord Ali Bongo», a-t-il déclaré.

 
 

13 Commentaires

  1. espoir dit :

    Ah oui,je suis d’accord avec vous mr le senateur, c’est seulement la rue qui abat les dictateurs comme disait jean luc melenchon pas les negociations.on perd notre temps en attendant que la france intervienne pour nous.qu’on se reveille.

  2. Airborne dit :

    C’est que la rue peut defaire Ali, mais il faut un meneur à la Blé Goudéas (C.I), mais ici qui peut avoir ce courage, tant que le gabonais lamda a son riz viande, son alloko poisson et sa regab ou castel, ainsi que sa dunhill ou fine mentolé, cela le suffit. Les politique font la politique au moment des elections il va prendre un tee shirt, casquette et 5.000 f cfa. voila le gabonais. Ali est maitre sur le terrain, Ping le septuagenaire se fatigue avec le poids de l’age et preserve sa santé. Donc, il faut un sang neuf pour challenger Ali, sinon bravo à la Republique Islamique du Gabon avec la mise en place de la charia, et allegeance de toute les institutions au monarque Sultan ABO.

    • BEYEME dit :

      Effectivement, il faut un sang neuf pour challenger la chimère. Mais où trouverons nous ce sang neuf? Et surtout comment définir ce personnage au sang neuf? Là est nôtre véritable problème. Dans la plus part de mes interventions, j’ai toujours soutenu l’idée selon laquelle, je cite: LA CLE QUI FERME, C’EST AUSSI CELLE-LA QUI OUVRE. Autrement dit, ce sont bien malheureusement tous ces vieux briscards sortis du groupement vampirique qu’on nomme PDG(JEN,GNN,PING,JFNE,MYBOTO, ABC…) qui peuvent nous débarrasser de cette chimère qu’on ne nomme plus. Toutes les cartouches que le pays avait comme sang neuf ont fini dans la même marmite, détruisant au passage leur brillante carrière avenir. Tout en restant dans ma logique, je proposerais pèle-mêle le sénateur JFON, ABC, MALONDA, MOUKAGNI, JGNA, et bien d’autres sous la houlette des vieux cités plus haut.
      Tu vois ça comment mon frère?
      Bon WE dans la paix du Christ.

  3. OLSEN dit :

    BASSOMBA on te parle d’une révison ou désormais les cos chefs et les ministres prêteront serment devant BOA c’est normal

  4. OLSEN dit :

    Dans quel état démocratique peut on assister à des actes pareilles? Arrêtez de soutenir la bêtise notre avenir en dépend

  5. badnews dit :

    Vraiment, tous les jours la même chose, l’opposition gabonaise, pour faire le buzz fait toujours un tour a TV5 pour donner l’impression d’exister. Le même sieur a fomente un projet pour brûler le Gabon, il y a quelques années. Aujourd’hui, il parle de monarchisation… Vraiment ridicule…

    • BEYEME dit :

      Que proposes-tu dans ce cas? La violence des paroles(pas injures) est mieux que celle physique. Dans la résistance dont je fais parti, nous ne céderons pas au caprice de la chimère qui veut à tout prix nous pousser vers ce que toi tu espères: l’affrontement physique.
      Tes idées vampiriques ne nous atteindrons pas. La résistance vaincra crois-moi.
      Vos idées, pffffffffffffff !

  6. Djouori dit :

    Vivement que le baril de petrole descende a $20 et on verra!!!

  7. james2015 dit :

    Vraiment le ridicule ne tue pas et la propagande aussi, lorsque l’on veut exister voilà de tel comportement , notre chère opposition ne sait plus à quel saint se vouer, alors des qu’il y a un hic on cours en France à la chaine TV5 pour s’exprimer, ce n’est que pure propagande pour saper le morale des gabonais, on détourne l’opinion et on va débouler à chez nos cousins les gaulois pour se plaindre, de qui se moque t’on?

  8. Jean Pierre Onanga dit :

    M Jean Christophe Owono Nguema, avant d’appeler à une énième union de l’opposition il serait bon à vous tout comme à votre cher ami Moukagni Iwangou de saluer et de reconnaître le travail politique (je ne parle pas de des marcheurs du Trocadero…) abattu par les organisations politiques sérieuses de l’opposition au sein de la diaspora gabonaise de France en l’occurrence la #CAPPO qui est la TOUTE première organisation à avoir évoqué et introduit au débat politique sur la révision de la Constitution le qualificatif de “Monarchisation de la République” ce n’est pas de vous et encore moins de Moukagni quand l’honnêteté intellectuelle sera de mise au sein de l’opposition, reconnaître et saluer la contribution au débat politique quand bien même et surtout lorsqu’elle ne vient pas de vous, je pense qu’on aura fait un grand pas vers cette union de l’opposition. Vous reprenez textuellement leur communiqué sortie tenez vous bien le 18 octobre 2017 à Paris ça s’appelle faire du plagiat dès lors que la source n’est point citée https://www.gabonlibre.com/Revision-constitutionnelle-au-Gabon-La-CAPPO-condamne-fermement-la-tentative-de-Monarchisation_a35780.html

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW