Le Front patriotique gabonais (FPG) a proposé, le 14 août à Libreville, une batterie de propositions devant permettre de faire face au contexte socio-économique actuel et de ne pas sombrer dans une crise sociale.

Gérard Ella-Nguema, président du Front patriotique gabonais (image d’archive). © Gabonreview

 

Contexte socio-économique morose oblige, le Front patriotique gabonais (FPG) a tiré la sonnette d’alarme, le 14 août à Libreville. Au-delà des mesures d’austérité adoptées par le gouvernement, le président du FPG a attiré l’attention du gouvernement sur la nécessité d’explorer «d’autres pistes de financement du budget national» notamment. «Je reconnais que la crise qui sévit dans notre pays n’est pas facile. C’est pourquoi il me paraît judicieux de proposer aux instances dirigeantes du pays, quelques mesures qui aideraient à renflouer les caisses de l’Etat», a déclaré Gérard Ella-Nguema.

Au titre de ses propositions, figure la redevance du signal de Nkoltang. «Payée en dollars, cette manne doit être aussi reversée en toute transparence au Trésor public», a-t-il souligné.

Le président du FPG a également proposé la suppression des institutions et fonctions qui ne «servent à rien et alourdissent les charges de l’Etat». À savoir, le sénat, le «sulfureux» poste de vice-président de la République, le ministère de l’Egalité des chance «dont on ne perçoit pas très bien l’utilité et la vision». Dans le même ordre, Gérard Ella-Nguema est d’avis que la médiation de la République et les agences doivent également disparaitre. Tout comme il milite pour une «réduction drastique» de la taille du gouvernement.

Gérard Ella-Nguema a par ailleurs présenté des pistes à même d’améliorer le paysage économique du pays. Suggérant notamment la création d’une taxe sur les grandes fortunes et sur le patrimoine immobilier ; la construction de routes bitumées avec système de péage ; l’instauration des capacités professionnelles dans l’exercice des activités liées au domaines du transport, etc. Par ailleurs, a-t-il souligné, «les familles qui sont propriétaires de puits de pétrole au Gabon doivent les restituer à l’Etat».

Autant de pistes que le gouvernement se doit d’étudier, selon le leader du FPG, pour éviter une crise sociale dans le pays. Et Gérard Ella-Nguema d’interpeller le chef de l’Etat : «vous avez résisté à une crise politique, vous avez résisté à une crise économique, mais vous risqueriez d’avoir beaucoup de mal à résister à une sociale».

 
 

6 Commentaires

  1. AIRBORNE dit :

    “Le Front patriotique gabonais (FPG) a proposé une batterie de propositions devant permettre de faire face au contexte socio-économique actuel et de ne pas sombrer dans une crise sociale” Gerard Ella Nguema, fait un document de ces propositions à Ali pour qu’il te prenne dans le prochain gouvernement comme BBM et les autres afin de les mettre en applications, d’ailleurs tu avais assisté à son investiture.

  2. Olsen dit :

    Economises ta salive BOA a d’autres chats à fouétter, nous savons tous que ton seul objectif est d’entré au gouvrnement.

  3. Olsen dit :

    Tu as participé à votre pseudo dialogue d’Agondjé, pourquoi n’avoir pas fais ces propositions dans ce cadre?

  4. Ikobey dit :

    Gérard Nguéma menace le Président d’une crise sociale ! mais, où vit il, ce monsieur ?
    La crise sociale est belle et bien là depuis longtemps ! Notre Président ne l’a pas attendu, et il résiste, Monsieur Nguéma.
    Encore un « sauveur de la patrie » qui croit avoir inventé l’eau tiède.
    Voyons un peu ses brillantes propositions :

    1)Taxe sur les grandes fortunes : ne sait-il pas que les riches mettent surtout leur argent à l’étranger. Veut-il accélérer le processus ?

    2)Taxe sur le patrimoine immobilier. Cela ne produirait que la dégradation de nos immeubles des centres villes, baisse des investissements, baisse des taxes sur les transactions.

    3)Péages sur les routes goudronnées : on se souvient du péage Libreville-Cap Estéria , on cherche encore où est passé l’argent. En outre, cette mesure renchérirait les produits venant des Provinces, veut-il étouffer l’intérieur du pays ?

  5. Lejeune dit :

    On cherche un tête à tête

  6. Awou dit :

    Il y a des familles qui sont propriétaires de puits de pétrole au Gabon? Des noms ? Ils se trouvent sur leur terrain. C’est trop gros ça. Glaçante et invraisemblable, cette info.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW