Situé sur la route de Bolokobouet, au Cap Estérias, le futur site de la chefferie Benga a été soumis au rite de bénédiction par le souverain de cette communauté de l’Estuaire, le 20 août dernier. 

Le roi Marcel Nkombouet bénissant le site, le 20 août 2016, au Cap Estérias. © Gabonreview

Le roi Marcel Nkombouet bénissant le site, le 20 août 2016, au Cap Estérias. © Gabonreview

 

Le roi Marcel Nkombouet ; Sébastien Oupolongo s’adressant à la communauté ; quelques membres de la communauté présents à la rencontre, et excursion au sein de la forêt communautaire. © Gabonreview

Le roi Marcel Nkombouet ; Sébastien Oupolongo s’adressant à la communauté ; quelques membres de la communauté présents à la rencontre, et excursion au sein de la forêt communautaire. © Gabonreview

A la demande de son souverain, la communauté Benga s’est réunie sur le site de leur futur siège en construction, le 20 août dernier, sur la route de Bolokobouet au Cap Estérias, à une trentaine de kilomètres de Libreville. Au cours de cette rencontre, le roi Marcel Nkombouet a procédé au rite consacrant la bénédiction du site, appelant les ressortissants de la communauté à prier et s’impliquer autant que possible, pour la prospérité du site.

Le chef traditionnel et coutumier n’a pas manqué de remercier les autorités pour l’attribution de cet espace, qui contribuera énormément à l’émancipation culturelle et traditionnelle de la communauté Benga. «Ce premier bâtiment communautaire du nouveau site de la chefferie Benga est le symbole d’une collaboration fructueuse pour toutes les parties entre les populations locales de l’Arboretum Raponda Walker et L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN)», a déclaré Marcel Nkombouet.

L’aménagement du futur a ainsi été salué par l’ensemble de la communauté, dont le premier conseiller du roi. «Comme vous le savez certainement, les sièges de la chefferie sont très souvent situés au domicile même du chef», a révélé le premier conseiller du roi. «Nous voulons rompre avec cet état des faits en érigeant le siège de la chefferie sur un lieu neutre, parce que c’est un endroit communautaire», a poursuivi Sébastien Oupolongo.

Dans quelques mois, le site devrait ainsi abriter une cours et surtout un hangar, dans lequel se tiendront les réunions et les conseils de cérémonie. «Plus tard, nous mobiliserons les moyens pour bâtir un logement pour le chef de la communauté, avec des bureaux pour recevoir ses invités», a confié le conseiller du roi. Par ailleurs, cette rencontre a également été l’occasion de présenter à la communauté les grandes lignes du projet «Un Benga Une Terre».

Réalisé dans le cadre du partenariat entre la chefferie Benga-ANPN, ledit projet vise ainsi «à transmettre le patrimoine culturel, foncier et environnemental hérité de nos ancêtres à nos générations futures», a expliqué Sébastien Oupolongo. Autrement dit, a poursuivi le conseiller, «il permet de protéger nos forêts et nos sites sacrés. Sur les zones déjà défôrestées, le projet permettra de distribuer des parcelles aux membres de la communauté Benga tout en respectant la biodiversité».

 

 
 

1 Commentaire

  1. stephanoeutus dit :

    je soutiens et je salue cette initiative visant a avoir une terre strictement traditionnelle, surtout qu’au cap-èstérias la communauté benga qui est autochtone et garante leur tradition devrait avoir et une terre ou dans les années à venir les générations futurs pourront venir apprendre de leur tradition, car il ne faut pas le cacher les terrains en ce moment dans la commune d’Akanda et plus particulièrement au cap-èstérias demeurent une mine d’or pour certains opérateurs immobiliers qui n’hésitent pas au détriment des populmations autochtones à spolier des terres qui appartiennent à ces derniers et touts cela en complicité avec certains cadres ressortissant du cap-èstérias…je suis Africain, Bantu, Fang mais au pays des Benga je me sent chez moi et je soutiens cette initiative.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW