A la faveur d’une déclaration, le 29 novembre à Libreville, le secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC) a regretté la mise à l’écart des institutions dans le dossier sur l’état de santé du président de la République.

Guy Christian Mavioga, secrétaire exécutif du BDC lors de sa déclaration, Libreville le 29 novembre 2018. © Gabonreview

 

A l’instar des autres leaders politiques, le secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC) s’est exprimé sur l’état de santé d’Ali Bongo, le 29 novembre à Libreville. S’il s’est réjoui de l’amélioration de l’état de santé du président de la République, Guy Christian Mavioga a regretté la mise à l’écart des institutions de la République.

«Comment peut-on expliquer que jusqu’à ce jour, le Vice-président de la République, le Premier ministre et les présidents des instituions n’aient pas encore rendu visite au président de la République, se contentant de subir le rythme de ceux qui ont décidé à tort ou à raison, de prendre en otage ce dernier à Ryad ?», a interrogé le secrétaire exécutif du BDC.

Selon Guy Christian Mavioga, cette situation a permis aux «réseaux sociaux  et aux personnes de mauvaise foi de commenter de manière éhontée la santé du chef de l’Etat». Ce dernier a également regretté le fait que le directeur de cabinet du président ait été empêché de sortir du territoire national pour se rendre au chevet d’Ali Bongo.

«Quelle serait cette main invisible qui empêcherait la principal collaborateur du président de sortir du pays ? Qui s’accapare du président quand on sait que selon nos sources, même sa propre famille a du mal à le voir, se contentant des informations livrées par des militaires ou des inconnus ? A qui profite l’absence du président ?», a-t-il demandé.

Pour le secrétaire exécutif du BDC, cette situation est bizarre et permet d’affirmer que «ça sent mauvais». Il a par ailleurs appelé les Gabonais à la vigilance face à la prolifération des rumeurs. «Car, le  Gabon est un Etat de droit avec des institutions fortes et les Gabonais ont le droit de connaitre toute la vérité. Pis, le gouvernement a le devoir de dire toute la vérité pour arrêter les rumeurs folles».

Auteur: Jean-Thimothé Kanganga

 
 

15 Commentaires

  1. manono dit :

    C’est maintenant que tu te rends compte que “ca sent mauvais” ? Ali n’est plus a Ryad, aucune image sur son transfert, mais on s’est contente d’un post sur facebook qui est devenu une information officielle. Oui Monsieur ca sent mauvais parce qu’il y a ca :

    À quel moment vous allez nous croire? Nous détenons toutes les preuves de la mort d’Ali Bongo.

    Nos réseaux sont bien installés à la présidence de la république.

    Ali est mort le 28 octobre 2018 à 4h du matin à Riyad. Il a été transféré dans une morgue au sud de Londres le 30 octobre 2018.

    Et pour tromper la vigilance de la communauté internationale et les médias sylvia Bongo avait été conseillée d’aller résider en Arabie-Saoudite.

    Le véritable problème c’est le nom du successeur qui pose problème. Pour la France il faut choisir entre Guy Nzoumba et Michel Essongue.

    Pour Marie Madeleine Mborantsouo il faut Léon Paul Ngoulakia ou Ernest Mpouho Epigat pour la succession d’Ali Bongo.

    Chose que Laccruche et sylvia Bongo s’opposent. Pour eux, Laccruche doit être le successeur d’Ali Bongo pour préparer Noordine Bongo à prendre le pouvoir 14 ans plus tard.

    Dans tout ça quel est le rôle que joue le président nigérien et le roi du Maroc ?

    Pourquoi le peuple gabonais reste silencieux ?

    Pourquoi l’opposition gabonaise reste silencieuse ?

    Nous vous le confirmons ,le président Ping ,le président père Paul Mba Abessole, Guy Nzoumba ,Louis Gaston Mayila, et le général Toumpa savent qu’Ali Bongo n’est plus de ce monde.

    L’appel du cabinet présidentiel au Maroc n’est rien d’autre que d’aller préparer le message de l’annonce du décès du président de la république par le secrétaire général de la présidence Mr Jean Yves.

    La date prévue pour l’annonce de cette information à été arrêtée au 21 décembre 2018. Sauf changement de dernière minute.

    Affaire à suivre.

    S.B?

  2. Bkl dit :

    Voila un signe qui montre que le bateau pdg prends de l eau,et les premiers commence a sortir…ah ah ah ca ne fait que commencé

  3. manono dit :

    Monsieur, le Gabon n’est pas un pays de droit et nos institutions ne sont pas fortes. Si elles l’etaient, on ne serait pas contente d’un post dans facebook de Sylvia Bongo pour en faire une information officielle. Ali serait a Ryad, aucune image sur son transfert et aucun commentaire.
    Oui ca sent mauvais parce qu’ils ne veulent pas respecter la constitution mais plutot faire un coup d’etat ou encore un passage en force. Ce post dans les reseaux sociaux t’explique mieux :
    À quel moment vous allez nous croire? Nous détenons toutes les preuves de la mort d’Ali Bongo.

    Nos réseaux sont bien installés à la présidence de la république.

    Ali est mort le 28 octobre 2018 à 4h du matin à Riyad. Il a été transféré dans une morgue au sud de Londres le 30 octobre 2018.

    Et pour tromper la vigilance de la communauté internationale et les médias sylvia Bongo avait été conseillée d’aller résider en Arabie-Saoudite.

    Le véritable problème c’est le nom du successeur qui pose problème. Pour la France il faut choisir entre Guy Nzoumba et Michel Essongue.

    Pour Marie Madeleine Mborantsouo il faut Léon Paul Ngoulakia ou Ernest Mpouho Epigat pour la succession d’Ali Bongo.

    Chose que Laccruche et sylvia Bongo s’opposent. Pour eux, Laccruche doit être le successeur d’Ali Bongo pour préparer Noordine Bongo à prendre le pouvoir 14 ans plus tard.

    Dans tout ça quel est le rôle que joue le président nigérien et le roi du Maroc ?

    Pourquoi le peuple gabonais reste silencieux ?

    Pourquoi l’opposition gabonaise reste silencieuse ?

    Nous vous le confirmons ,le président Ping ,le président père Paul Mba Abessole, Guy Nzoumba ,Louis Gaston Mayila, et le général Toumpa savent qu’Ali Bongo n’est plus de ce monde.

    L’appel du cabinet présidentiel au Maroc n’est rien d’autre que d’aller préparer le message de l’annonce du décès du président de la république par le secrétaire général de la présidence Mr Jean Yves.

    La date prévue pour l’annonce de cette information à été arrêtée au 21 décembre 2018. Sauf changement de dernière minute.

    Affaire à suivre.

    S.B?

    • Serge Makaya dit :

      Merci pour l’info Manono. As-tu travaillé à la présidence? Moi j’ai travaillé au B2, et je connais parfaitement ce jeu de ce régime corrompu.Depuis qu’il y a BOA ( l’ usurpateur et ASSASSIN) à la tête du Gabon avec sa ZOMBIE de femme, le mensonge n’a jamais été aussi haut. Oui, BOA est bien MORT. Moi je l’ai su quand Jean Ping à fait son discours. Car, étant fin diplomate, il ne pouvait pas faire ce discours s’il était encore vivant. Maintenant, vu les manigances qui se triment à l’Elysée et che Marie Madeleine Mborantsuo, alias la SORCIÈRE, IL est temps que le peuple gabonais se réveille et adoubé Jean Ping qui n’est rien d’autre que le vainqueur des élections présidentielles de 2016. Vive Jean Ping, président élu du Gabon, vive la seconde république du Gabon.

  4. Gayo dit :

    C’est quoi ce maboulisme l’état et les institutions sont écartés de gestion du dossier de la maladie ou supplémentaires mort de Bongo et tu parles d’institutions fortes. Incohérences d’un pas bien cupide et corrompu.

  5. espoir dit :

    Meme sa famille a du mal a le voir!!!Ah bon Mavioga.on va tout entendre ici et la verite finira par sortir car les signes divin ne se trompent jamais Mr Mavioga.

  6. Gayo dit :

    C’est quoi ce maboulisme l’état et les institutions sont écartés de la gestion du dossier de la maladie ou supposée mort de Bongo et tu parles d’institutions fortes. Incohérences d’un larbin cupide et corrompu.

  7. Serge Makaya dit :

    Mavioga, comment c’est arrivé que tu puisses soutenir un ASSASSIN – USURPATEUR comme BOA ? Depuis plus de 50 ans notre pays vit avec des DÉMONS aux commandes du Gabon, et toi tu sembles approuver cela. Pitié !Toi et Mgr Basile Mve, vous faites honte aux chrétiens. Pitié !

  8. Matho dit :

    “…le Gabon est un pays de droit avec des Institutions fortes…”Comment en ce moment s’exprime la “force” de ces Institutions là quand on voit que des individus, non constitutionnellement habilités, se substituent à elles sans qu’elles ne revendiquent leurs prérogatives?

  9. Serge Makaya dit :

    Mr Mavioga, votre idole BOA est mort. Et beaucoup de gabonais s’en réjouissent que ça vous plaise ou non. Il est bien MORT. Maintenant nous exigeons l’installation officielle du président élu du Gabon, Mr Jean Ping. Cela ne servira à rien que d’aller encore à des élections présidentielles. Qu’on installe celui quota gagné les élections en 2016. Son travail, avec l’ensemble de la classe politique consistera à mettre en place des institutions FORTES pour notre pays. Car il faut revoir de fond en comble ces institutions. Il faudra aussi réduire le mandat présidentiel à 4 ans comme aux USA. Ainsi que le nombre de fois pour un président de se représenter. Pour moi, 2 fois au plus comme aux USA. IL FAUT AUSSI QUE LE POSTE PRÉSIDENTIEL NE SOIT PLUS ATTRAYANT. Et pour cela, il faudra considérablement limiter le pouvoir présidentiel. Il serait BON de laisser les pleins pouvoir aux deux chambres : l’assemblée et le sénat. Vous faites ça, JE VOUS JURE QUE LE GABON DEVIENDRA LE MODÈLE DÉMOCRATIQUE PAR EXCELLENCE EN AFRIQUE ET AUSSI LE PLUS BEAU PAYS D’AFRIQUE. Rien ne coûte d’essayer…

    • onero dit :

      Monsieur Serge Makaya

      le 30 novembre 2018 à 7 h 40 min , vous avez dis que vous avez travaillé au B2.
      En tant que OPJ, vous devriez prôner la légalité ; Cad la lecture des textes . Que disent les textes au Gabon en pareil situation ?
      sinon , nous comprenons pourquoi il y a des centaines de Gabonais qui comprissent dans les barreaux parce que les gendarmes ou policiers ont mal écrit les procès verbaux ou les juges et magistrats ont mal lu la loi.

  10. AIRBORNE dit :

    Manono, merci pour l’infos que je prends avec beaucoup de pincette, mais qu’ils me semble viable. Attendon le 21 décembre 2018 comme tu as dit, affaire à suivre; yobé yobé. Mais j’ai peur qu’il ait du bordel à cette annonce, il y aura une éphorie joie et éphorie d’amertume.Wait and see.

  11. bill ngana dit :

    Manono, merci et encore merci pour cette information. Je veux croire que la date du 21 décembre que vous mentionnez est retenue pour éviter la honte du 31 du même mois, lorsque le PR (“officiellement en train de se préoccuper des dossiers urgents pour la marche du Gabon”) sera attendu devant tous les écrans TV du Gabon pour son traditionnel msg à la nation. Toutefois, vos autres “info” sur la désignation du successeur me laissent pantois. En gros, c’est clairement un coup d’Etat que le clan des “Bongos”, en accord avec la France de Macron, préparerait en ce moment de flottement et de doute ? Ils tiennent à passer outre la Constitution gabonaise pour confirmer ouvertement qu’il s’agit véritablement d’un “chiffon” ? Est-ce la raison pour laquelle ces événements nous font la démonstration qu’une force occulte est à la manœuvre à la tête du Gabon : qui me dira de qui ou de quoi il s’agit ?

  12. Serge Makaya sm dit :

    Pourquoi la France ne dénonce pas le cinéma de Sylvia Bongo et Lacruche ? Parce qu’elle a peur que la famille POURRIE des Bongo ne dénonce les vérités qu’elle détienne des hommes politiques gabonais. Rappelez-vous de la phrase d’OBO: ” SI JE PARLE, DES TÊTES VONT TOMBER”. Et comme la France ne peut rien pour sauver le Gabon, c’est à nous, peuple gabonais, de nous BATTRE pour libérerle pays…

  13. Michel Bouka Rabenkogo dit :

    ” LA DYNAMIQUE BWETE ”
    * ” TROIS CENT QUINZIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD ” *
    « ” LA RESTITUTION EST AMORCÉE ” »
    ” L’APOCALYPSE NETTOYEUR BWETE ”
    En français facile :
    ” JEAN PING EST LE DEUXIÈME GUIDE PRÉSIDENT D’IBOGA (GABON) “.
    « IBOGA (GABON) A TOTALEMENT RECOUVRÉ SON HONNEUR ET SA DIGNITÉ ».
    BWETE déclare que MUANGA (DIEU) Commande de ne plus se préoccuper des gesticulations de l’ancienne médiocre et moribonde administration que la franc-maçonnerie et la France mafieuse colonisatrice ont imposé au Gabon. Ce système administratif nul, intéressé qui ne respect pas ses lois et ses règlements. Un système qui a prouvé ses limites démoniaques, sataniques et lucifériennes quand au respect de de la Chose public, de la Nature, de l’Humain et de la Vie.
    « PEUPLE D’IBOGA (GABON) ET D’AFRIQUE, LA FRANC-MAÇONNERIE EST LA CAUSE PRINCIPALE DE TOUS NOS MAUX. LA FRANC-MAÇONNERIE EST MORTE. C’EST FIN. FIN. TERMINER. »
    Peuple d’IBOGA (Gabon) comme nous pouvons l’observer, ils sont tous perdus. Tous les adeptes membres de cette nébuleuse secte de la franc-maçonnerie, ses irrespectueux non repentis sont tous complètement déboussolés par l’attitude sereine, pacifique et non violente de Jean PING. Surtout depuis la mort de l’anticonstitutionnel minable Ali Bongo qui a honni notre pays. Il n’y qu’a observer toutes les médiocres manœuvres anticonstitutionnelles autour de la mort du minable irrespectueux Ali Bongo. Ali Bongo qui avait promis faire ramper BWETE pour avoir refuser de partager avec lui et l’autre ignare pervers Maixent Accrombessi le gâteau Gabon. « Accordons leur le pardon ». Laissons MUANGA (DIEU) s’occuper de leur cas.
    « CONCENTRONS-NOUS SUR JEAN PING. AIDONS-LUI A ACCOMPLIR SA MISSION. »
    Jean PING a été convenable installé au Pouvoir selon « Le Rituel Spirituel Divin » par les MIKOUKOU (les Anges et tous les Saints) dans ” LA PAIX ” : Pacifiquement et sans violence aucune par La Volonté de MUANGA (DIEU) et sous l’œil Vigilante de DISSU DI N’ZAMBÉ (Saint Michel Archange). IBOGA (Gabon) sera désormais généré et administré sur nos principes divins autochtones prescrits par nos Us et Coutumes IBOGA (Gabonais) Divins.
    « MUANGA (DIEU) COMMANDE DE N’AVOIR PLUS PEUR DE RIEN ET DE PERSONNE. »
    Le QG de Jean PING est baptisé par MUANGA (DIEU) : ” La Cité des Martyres “. En mémoires des enfants d’IBOGA (Gabonais) assassinés par le pouvoir démonique est désormais le cadre administratif du nouveau pouvoir qu’exerce Jean PING.
    BWETE aidera à la compréhension pendant cinq (5) ans, durée de l’exercice du mandat de Jean PING qui a commencé hier jeudi, 29 novembre 2018, * ” TROIS CENT QUATORZIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD ” * à l’esprit et au comment exercer le nouveau pouvoir qu’exerce Jean PING selon ” La Volonté ” de MUANGA (DIEU). Tous les enfants d’IBOGA (Gabonais) sans exception, sans exclusion et sans aprioris sont conviés de participer à cette nouvelle ” Dynamique Patriotique ” pour amorcer : LA RESTITUTION.
    « PLUS DE SECRETS CAR MUANGA (DIEU) NE NOUS A RIEN CACHÉ. MUANGA (DIEU) NOUS A TOUT RÉVÉLÉ. »
    MUANGA (DIEU) DÉCLARE QUE RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT. Jean PING exercera pendant cinq (5) ans comme convenu avec BWETE en présence Jacques ADIAHENOT : LE MANDAT DE LA RESTITUTION.
    BWETE remercie Jean PING d’avoir accepté contre sa volonté première en 2014 « LA MISSION DE BWETE » : Nettoyer IBOGA (Gabon) la souillure comme l’ont souhaité Le Vénérable Grand Maître Introducteur de la franc-maçonnerie au Gabon, Le Père René RADEMBINO CONIQUET et le Président Omar BONGO ONDIMBA avant ” Le Grand Voyage “.
    « L’EXPÉRIENCE D’UN PLUS ÂGÉ EST UNE RICHESSE INESTIMABLE, INSTRUCTIVE ET PÉDAGOGIQUE POUR LE CADET INTELLIGENT. »
    BWETE remercie encore Jean PING d’avoir respecté à la lettre toutes les consignes pacifiques de non violentes dictées par BWETE.
    « CONTRE VENTS ET MARINS, JEAN PING ACCOMPLIRA SA MISSION SALVATRICE ET SON IDÉALE »
    Merci Jean PING et merci Peuple Souverain d’IBOGA (Gabon) Le Bois Sacré. « IBOGA (GABON), L’AFRIQUE ET LE RESTE DU MONDE BRILLERONT DÉSORMAIS DE MILLE FEUX ». BWETE. /
    En réaction à : https://www.youtube.com/watch?v=i9RGDbKDfb8
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION EST AMORCÉE #
    “GABON D’ABORD”

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW