L’affaire du financement libyen jette une lumière crue sur les pratiques d’une classe politique, habituée à frayer avec les régimes les plus infréquentables.

Parodie en circulation sur les réseaux sociaux dès l’annonce de la garde à vue de Nicolas Sarkozy. © satirique.canalblog.com

 

L’odyssée dans les souterrains de la politique internationale se poursuit. Six ans après les révélations de nos confrères de Mediapart, Nicolas Sarkozy était en garde à vue, mardi dernier. À la faveur de cet événement inédit, on découvre les relations de servitude entre des démocraties libérales et des dictatures rétrogrades. On en apprend sur les liaisons opaques entre diplomatie et corruption. On s’imprègne des relations de causalité entre guerre et mensonge. On prend conscience de l’assujettissement de la politique aux intérêts personnels. On comprend les corrélations entre assassinats politiques et financements des campagnes électorales. Du coup, on en arrive à douter de la capacité des démocraties à défendre leurs valeurs supposées en tout lieu et en toutes circonstances.

Primauté des intérêts privés dans la vie publique

 «L’affaire du financement libyen» jette une lumière crue sur les relations internationales. Loin d’être une péripétie, elle met à nu des pratiques mille fois dénoncées mais jamais documentées. On pourra toujours évoquer l’appétence de Nicolas Sarkozy pour l’argent, cela ne lèvera jamais les doutes sur la complicité du système financier français. On pourra toujours vanter la liberté ou le courage de la presse, cela ne contredira jamais les soupçons de collusion entre la classe politique française et de nombreux dictateurs. On pourra toujours souligner l’indépendance et l’impartialité de la justice, cela ne mettra jamais fin aux supputations sur la complicité de l’État français. Comment Claude Guéant a-t-il pu y louer puis gérer une chambre forte sans aiguiser la curiosité de BNP-Paribas ? Comment comprendre le silence des partis politiques face à la régularité des contacts entre le directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur et le chef des services secrets d’un régime réputé arrogant, brutal et liberticide ? Comment expliquer la passivité des ministères en charge des Affaires étrangères et de la Défense nationale durant les négociations sur une éventuelle collaboration dans la lutte anti-terroriste ?

Dans les déboires de Nicolas Sarkozy, il y a comme une remise au goût du jour du débat récurrent sur le financement de la vie politique française par des dictateurs en contrepartie d’un soutien. Manifestement, la politique extérieure de la France n’est pas au service des seuls intérêts et valeurs de ce pays. Dans bien des cas, elle défend des intérêts mercantilistes, privés ou personnels. Des émissaires officieux, sans mandat public, prennent trop souvent le pas sur les responsables politiques. Des réseaux affairistes supplantent généralement les institutions. Quand ils agissent de concert, c’est pour mieux entretenir l’opacité. Ces modes de faire ont peut-être permis à la France de maintenir une certaine influence hors de ses frontières. Ils lui ont sans doute fait gagner des parts de marché. Mais, ils l’ont indubitablement conduit à frayer avec les régimes les plus infréquentables. Ils l’ont contraint à abjurer ses valeurs fondamentales. Au final, ils ont légitimé la primauté des intérêts privés et partisans dans la vie publique. C’est, en tout cas, l’un des principaux enseignements de la garde à vue de l’ancien locataire de l’Elysée.

Argent sale et forfaiture

En établissant un lien de cause à effet entre le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy et le retour de Mouammar Kadhafi sur la scène internationale, «l’affaire du financement libyen» accrédite l’idée d’une diplomatie sans vision ni repère, naviguant en eaux troubles. Même si elle relève du domaine réservé, la politique étrangère ne peut se construire au gré des intérêts d’un citoyen, fut-il ministre de l’Intérieur ou président de la République. Autrement dit, par-delà le sort de l’ancien président de la République française, le système financier et même l’ensemble de l’appareil d’État sont concernés.  On peine encore à imaginer comment la justice pourra faire la lumière sur cette affaire sans explorer les circuits de la corruption, où ruisselle l’argent sale issu des détournements de deniers publics. On a du mal à envisager comment elle pourra parvenir à une conclusion sans ausculter le dispositif de prise de décision, où se mêlent abus de pouvoir et forfaiture. Déjà, quatre éléments sèment doute et trouble dans les esprits : le versement, en 2008, d’une somme de 500.000 €, en provenance de l’étranger, sur un compte au nom de Claude Guéant ; les assertions formulées, le 10 mars 2011, par Mouammar Kadhafi, sur la télévision libyenne, au sujet de son supposé soutien à Nicolas Sarkozy ; la disparition mystérieuse de Choukri Ghanem, ancien ministre libyen du Pétrole, retrouvé noyé dans le Danube le 29 avril 2012 et ; les allégations de Ziad Takieddine en 2013.

La justice française a encore du travail. Beaucoup de travail. Trop de travail. Les éléments à charge actuellement disponibles devraient la conduire à se pencher sur le fonctionnement des banques, les circuits de blanchiment d’argent et même l’activité des services secrets. Dans cette entreprise, elle pourrait se heurter à de nombreux écueils, notamment la raison d’État. Bien entendu, tout cela alimentera les soupçons de connivence entre réseaux financiers, milieux politiques et Renseignements généraux. S’étant signalée depuis des années par des fréquentations peu recommandables, la classe politique française pourrait se retrouver éclaboussée. Avec elle, l’État français. S’ils entendent sauver le prestige et la respectabilité de leur pays, les dirigeants actuels devraient réfléchir à cette perspective.

 
 

40 Commentaires

  1. Koumbanou dit :

    Est-ce que la fin de Kadhafi aurait été la même s’il n’avait pas corrompu Sarko ? Kadhafi avait un trop lourd secret pour rester en vie.
    Si Poutine a joué un rôle dans l’élection de Trump, il devra tenir tranquille ou…l’histoire se répétera.

    • Paul Bismuth dit :

      Mon homonyme a plusieurs affaires sur son dos. Quand j’etais encore etudiant, mon prof de com politique (ancien membre du gouvernement et proche de Les Républicains) avait parle de 11 affaires environ le concernant… C’etait en 2014. Un vrai forban en col blanc, le Bismuth.
      Bref. Sur ce que vous dites concernant Trump et Poutine, je ne suis pas certain. La Russie reste une très grande puissance militaire et nucléaire malgré la chute de l’URSS.Je ne suis donc pas certain que les gringos oseront violé l’intégrité territoriale de la Russie comme ce fut le cas avec la Libye. Ils n’osent pas avec la Corée du Nord même s’ils montrent les crocs surtout du fait de l’arsenal nucléaire et des alliances de ce pays (Russie et Chine).Pourquoi oseraient-ils avec la grande sœur communiste ? La puissance dissuasive de l’atome fera son travail comme ce fut le cas durant la guerre froide. D’ailleurs si Khadaffi avait concrétisé son projet de doter son pays de l’arme atomique, il serait fort probablement encore vivant. Et on aurait certainement pu eviter tous les événements funestes qui ont suivi (éclosion ,développement des forces djihadistes dans la region et esclavage des populations subsahariennes).

      • Koumbanou dit :

        Les USA produisent 25% du PIB mondial E.U.25% la Chine 15% et la Russie 1.8% ! La force de la Russie est sa capacité de nuisance. Ce qui a tué l’URSS c’est sa faiblesse économique, il ne faudrait pas grand chose pour que le Russie de Poutine s’effondre.

        • Paul Bismuth dit :

          Si les US choisissent l’arme économique pour affaiblir la Russie, ils peuvent effectivement y arriver. De toute façon la Russie et la Chine ont abjuré depuis longtemps… Sur le plan économique. Parce que sur le plan politique le PC semble avoir encore du temps devant lui.
          Mais notre ami ici fait allusion à une réponse américaine similaire à celle apportée contre Khadaffi et qui fut avant tout une réponse militaire.Et là je ne suis pas certain que si les gringos choisissent tout de suite cette voie ils en sortiraient vainqueurs sans y laisser des plumes. En fait ce n’est même pas certain qu’ils en sortent vainqueurs. Et c’est d’ailleurs pour cela que de la menace d’utiliser l’arme nucléaire contre l’URSS en cas d’attaque de l’Europe de l’ouest au lendemain de la seconde guerre mondiale, ils sont passés (après test fructueux de la première arme nucléaire soviétique) à celle d’utiliser l’arme nucléaire contre elle en cas d’attaque du territoire US. On ne badine pas avec l’atome.

    • fdp598 dit :

      Bonjour,

      Sarkosy sera impuni aussi sur que le ciel est bleu.

      ++

  2. l'ombre qui marche dit :

    Cette affaire risque de faire très mal. j’ai lu quelque part que Idriss Déby du Tchad était contre l’intervention française contre Kadhafi et pendant que PING à la tête de la commission de l’UA un vrai machin tentait de son côte aussi de conjurer le sort à Nouakchot je crois les obligés de Sarkozy que sont ali le biafrais de Bongoville et Ouatara de côte-d’ivoire apportaient leurs soutiens au président français en votant la résolution de l’Onu autorisant le meurtre de Kadhafi! et aujourd’hui on se retrouve avec un espace sahélo-sahélien destabilisé et que des pays comme le Burkina-Faso ou le Niger ou encore le Mali payent un lourd tribu à quand le tour du Gabon aussi coupable à cause de ce biafrais que la France?

    • Paul Bismuth dit :

      Déjà notre monarque de droit divin n’est pas biafrais, mais gabonais. Personne n’a prouvé qu’il n’était pas gabonais de naissance. Arrêtez donc avec cet ethonyme que vous lui collez et toute la xénophobie que vous y mettez. N’allez pas donner de l’écume aux lèvres aux compatriotes contre. On a déjà été assez embarrassé avec l’incendie de l’ambassade du Benin. Sachons protéger (ou du moins eviter de mettre en danger) celle du Nigeria.

      Sinon pour parler de la résolution votée par Ali, celui-ci l’a fait dans l’optique de bien paraître aux yeux des occidentaux. Et il a justifié son acte en avançant qu’il ne pouvait pas laisser Khadaffi faire du mal à son peuple. La farce ! Voilà qu’à l’issue de la presidentielle de 2016, sont portées contre lui les mêmes accusations. Bien fait pour lui. Tout comme c’est bien fait pour ces occidentaux qui subissent le retour de la déstabilisation de la Libye. Quand on crache en l’air, ça retombe sur la gueule. Le seul regret que j’ai concerne les victimes de tout ce chaos. Il y a des africains qui en souffrent. Le petit peuple en occident aussi. Celui-ci n’est pas toujours bien informé de ce qu’il se passe en dehors de ses frontières. D’ailleurs en France, si certains actes administratifs non contestables d’un point de vue juridictionnel (actes de gouvernement) sont des actes de politique étrangère, ce n’est pas un hasard. On tient à tenir le petit peuple à l’écart de ces messes basses qui se passent dehors. Seulement ça ne permet pas d’eviter le bataclan, au contraire. Quoi qu’il en soit, il faut que ce petit peuple français commence à se dire que si Total est l’entreprise francaise réalisant le plus gros chiffre d’affaire et les plus gros bénéfices, ce n’est pas grâce à ses impôts. Une fois qu’il commencera à penser de cette manière, c’est qu’il est prêt (ou presque) à supporter la morsure du soleil et à sortir donc de sa caverne.

      • l'ombre qui marche dit :

        Le jour où il sera prouvé de manière irréfutable que ali n’est pas biafrais le débat sera clos! mais quand-même être né d’une mère stérile grâce à une césarienne en 1959! et pourquoi pas d’une FIV? et quand on sait que cette fameuse maman était d’bord la femme de NDOUNA DEPENAUD! il y a des prouesses scientifiques et mathématiques que seuls certains gabonais comprennent LA VÉRITÉ TOMBERA UN JOUR SUR CETTE TERRE QUE DIEU A CRÉÉE

        • Paul Bismuth dit :

          Je me souviens que dans cette polémique il a été aussi dit que le sultan Ali était arrivé au Gabon après le conflit au Biafra, soit après 1967. Sauf que l’année dernière, l’un de ses enseignants en primaire (qu’il a effectué en France) a posté une photo de classe dans laquelle il apparaît. Elle datait d’avant 1967.
          Je constate que les “birthers” US font des émules au Gabon. Mais c’est quand même regrettable que les principaux arguments opposés au sultan Ali soit des arguments xénophobes (du moins la façon dont vous les présentez l’est). Ali a commis tellement de fautes dans sa gestion du pays que ce ne sont pas les angles qui manquent pour le confondre.
          Et pour clore, sachez que dans toute procédure devant le juge (sauf en matière administrative ou les principes peuvent être différents) c’est à l’accusation d’apporter la charge de la preuve de ce qu’elle avance.

  3. Mboung dit :

    Les pseudos autorités francaises elle mm ne valent rien C’est elles qui balkanisent, effectuent en Afrique des ajustements structurels (Y compris par l’assassinat politique et les coups d’état militaires avec ou sans uniformes), commanditent les génocides (mm parfois les assistent directement ou pas ?), divisent pour mieux régner, en contrôlant nos pseudos banques centrales, la monnaie et en supervisant les organes de presse chargés de Ns désinformer. Elles ont dissout les anciennes fédérations AOF et AEF, créé des républiquettes (francaises?), soutiennent les dictatures kleptocrates qui leur sont favorables, fait de (toute?)l’Afrique francophone 1 chasse gardée exclusivement réservée à leurs grandes entreprises, elles Ns ont réduit, avec la complicité de notre élite politique (de pacotille?), à l’état de mendicité absolue, le but ultime étant toujours d’asservir pour mieux s’implanter, d’abrutir pour mieux exploiter, elles ont besoin de complices, de collaborateurs, d’Africains qui respectent la bienséance (débile?)édictée par leurs maitres (francais,arabes, et mm chinois désormais la france n’ayant pas vraiment de service après pillage), pour mieux recevoir les prix qu’on leur donne en échange de leur prostitution….

    L’utile n’est et ne sera jamais où ne se trouve pas l’honnête ; quiconque doute de cette vérité peut être regardé comme déjà criminel. J-Étienne-J Forestier

    • Mboung dit :

      Les pseudos autorités francaises elles mm ne valent rien

    • Koumbanou dit :

      Vous vous tromper de siècle, nous sommes bien au 21e siècle. Qui peut croire ces balivernes qui ont fait tant de mal aux peuples d’Afrique depuis plus de 50 ans, les vrais responsables de la situation sont nous-mêmes !
      La victimisation ne nous aidera pas à grandir. N’attendons rien de l’étranger et commençons enfin à prendre notre destin en main.

      • Mboung dit :

        Montrez-moi (SVP) ou il est question de victimisation ou d’attente de l’étranger,infoutu de voir que je ne décris que la stratégie colonialiste qui a emmené l’énergumène (cité en référence?) à croire qu’il pouvait appliquer (à l’infini ?) cette absurde doctrine destinée à l’exploitation de nos matières premières, l’occupation militaire de nos territoires, la formation d’1(pseudo?) élite politique aux ordres de l’élysée, et l’abrutissement de nos peuples.Quand Vs m’aurez prouvé que cette doctrine n’a plus cours je Vs suivrai à l’inverse je ne Vs suivrai JAMAIS dans l’autre pestilente idée sous-jacente que Vs voulez distiller insidieusement selon laquelle chaque (simple?) citoyen Gabonais aucunement contestataire,ou contestataire supposé voire réel serait en réalité comptable de la situation du pays ;cette idée n’est qu’1 menterie de plus les (arrogants ?)responsables sont clairement identifiés et si la majorité (de moins en moins ?)silencieuse arrive à subir (encore?) toutes ces vexations ce n’est du qu’à la sournoise capacité lethale des assassins qui Ns entourent à en tuer certains pour l’exemple. Je vais Vs étonner mais je suis loin d’être l’unique à ne pas frayer et ne frayerai JAMAIS avec les BONGO ni leurs suzerains francais marocains etc…

        “1 menteur n’a jamais bonne mémoire. ” Jacques Amiot

        • Koumbanou dit :

          1)Victimisation : parceque vous trouvez que tous les malheurs du pays viennent des autres (France, marocains, Bongo,etc)
          2) “l’exploitation de nos matières premières” qu’est-ce qu’on a d’autre à échanger ? On importe presque tout non seulement les produits manufacturés mais aussi beaucoup de produits alimentaires.
          On ne produit rien avec valeur ajoutée.

          Atterrissez en douceur ! et comprenez bien que la seule chose qui crée de la richesse c’est l’intelligence et le travail.

        • Mboung dit :

          je vous l’ai dit votre laïus est double discursif Vs reconnaissez la grande culpabilité de vos maitres (il n’est écrit nulle part que TOUS les malheurs du pays viennent des autres mais bien de personnes comme VOUS et vos maitres) et voulez Ns la faire partager il est clairement écrit qu’il s’agit d’1 constat dont Vs ne prouvez en rien le contraire par ailleurs Vs agitez le spécieux ‘danger” du chaos pour éviter que l’on cite les coupables de nos malheurs quotidiens que Vs soutenez et qui sont à l’origine du manque de valeur ajoutée de notre coté par les choix et orientations débiles qu’ils continuent de faire car RIEN ne les force si ce n’est la cupidité et la soif de pouvoir à aller baiser les pieds des suzerains en question en 1 mot comme en mille Vs n’avez rien expliqué que cela Vs plaise ou pas les faits montrent parce qu’ils sont têtus que l’association des bongo et des gouvernements successifs des pays cités Ns ont mené dans le trou et Ns veillerons à en sortir en punissant les coupables.Ns allons ériger 1 système basé sur 1 indépendance sociale qui mène sur le chemin de l’intérêt commun au profit des Gabonais pas 1 comportement (comme le votre) dans la continuité des intérêts extérieurs.

          Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Camus

  4. Ngouss Mabanga dit :

    Vous dites si bien “L’affaire du financement libyen”. fouillez bien les poches de ce monsieur et vous trouverez également l’AFFAIRE DU FINANCEMENT GABONAIS.

  5. L’illettré du Littré dit :

    Bouenguidi “je-ne fais-que-poser-des-questions”, que ne nous parles-tu pas, ou nous rappelle tes articles s’il y en a, des transferts de fonds politiques pendant 50 ans entre Libreville et Paris ? Entre autres, aussi du garde-à-vue à Paris d’Acombressi alors Dir Cab ? En attendant, Sarkozy fait triompher ta thèse : “Le Monde Comme Il Va”, de Libreville à Tripoli, C’EST LA FAUTE A LA FRANCE. Bouenguidi, Oye !

    • Paul Bismuth dit :

      Mais Madame Bouenguidi a toujours eu des articles pertinents. C’est juste que certains lui tombent dessus si elle n’invective pas systématiquement le pouvoir ou renvoie les opposants et leur leader Jean Ping à leurs incohérences. J’espère en tout cas qu’elle ne se laissera pas decontenancer par les sectaires de tous bords et continuera à faire son travail comme elle l’a toujours fait. Ce souhaitait je l’emets pour tous les journalistes de gabonreview.

    • Venance Pambou dit :

      @L’Illettré du Littré. Vous portez bien votre nom…. Apprenez à vous taire… Vous fatiguez les gens avec vos remarques à deux balles, et vos trait d’esprit ou d’humour qui révèlent une profonde frustration personnelle venant de quelqu’un qui espère voir les autres faire ce qu’il est lui-même incapable de faire…

  6. diogene dit :

    Au moins, M.Sarkozi n’a pas d’impunité comme ex président…Et pourrait bien goûter à l’incarcération comme tous les délinquants ( la racaille suivant son mot)qu’il méprise, en apparence, puisqu’il fait partie de cette fraternité.

    Quant aux mariages contre nature “démocratie + dictature” ils sont légions, au nom de la realpolitik qui permet aux affairistes du monde de lier des affinités immondes avec des corrompus…

    N’y a t il pas un adage qui dit que les corrupteurs sont pires que les corrompus ?

    • Paul Bismuth dit :

      Notre monarque de droit divin a aménagé sa charte de 1814 de sorte qu’il ne soit jamais inquiété. Il espère un dessein à la Hirohito. C’est malin de sa part. J’espère en tout cas qu’il passera à la barre pour confesser ses erreurs et fautes et recevoir la sanction appropriée. Cela vaut aussi pour les populistes anciens bourreaux qui jouent au père la vertu au sein de l’opposition.

  7. Moutouki dit :

    Sarkozy sait beaucoup de choses sur beaucoup de personnes, choses qui peuvent dépasser la justice française vu qu’elle ne connait pas tous les dessous, par contre si il décide de délier sa langue, beaucoup de têtes vont tomber, autant en France qu’en Afrique.

  8. AloZack dit :

    La France est un pays a des pratiques curieusement discriminatoires:

    Quelle différence y a-t-il entre le financement des campagnes électorales françaises avec les mallettes d’argent libyen et le financement des mêmes campagnes électorales avec les mallettes d’argent gabonais, congolais, guinéens ou angolais?

    Quelle différence y a-t-il entre l’argent public détourné par les princes saoudiens ou émiratis, les achats effectués par ces derniers en France et l’argent public détourné par les princes gabonais,congolais, guinéens ou angolais, les achats effectués par ces derniers en France?

    Pourquoi s’acharne-t-on seulement sur SARKOZY alors que toute la classe politique française est trempé jusqu’au cou?

    • persquen dit :

      il faut bien commencer par quelqu’un et c’est tombé sur notre ami Sarko.
      D’autre effectivement peuvent avoir peur, à moins que tout s’arrête dans un stupide accident de voiture. Je ne serais pas étonner!

    • Paul Bismuth dit :

      Vous soulevez là une interrogation très pertinente. Mais vous savez la France est le pays des 365 jours de grève, du fromage qui pue, des droits de l’homme ( vraiment ?!) et de l’HYPOCRISIE.

      • L’illettré du Littré dit :

        Et dire que des Gabonais se pressent à la table des puanteurs de ce “Chez Paul” de Libreville et s’en vantent même. Pitié !

        • persquen dit :

          Je vois que beaucoup d’Africain, aiment cette puanteur, et que même de grand chef Africains adaptes cette puanteur, avec des puanteurs Africaines. Cela donne de très bon résultats mes amis, vous devriez goutés et surtout éviter de mélanger puanteur gastronomique et intérêts politique. La gastronomie quelle quelle soit pu tant que l’on ne là pas découverte.

  9. l'ombre qui marche dit :

    Je ne suis pas xénophobe genre de mot qu’on lâche comme cela quand on ne peut pas convaincre! quant à ce que vous dites sur l’accusation QUE DIT LA LOI GABONAISE SUR LE SUJET QUI VOUS TIENT TANT A COEUR? encore faut il que cette loi gabonaise soit respectée quand j’ai écrit QUE LA VÉRITÉ TOMBERA UN JOUR c’était pour dire que le débat était clos pour le moment! vous avez vu ce qui arrive à votre homonyme? la vérité que DIEU connait n’a pas de tombe! et sur le fait que le satrape de Bongoville soit biafrais quand DIEU dira”FIN DE LA RECRÉATION” il y a parmi nous qui riront jaune et d’autres boiront du petit lait et si je suis de ceux qui riront jaune je vous écrirai à travers GRW pour vous dire que vous aviez raison! SINON POUR LE MOMENT CHACUN GARDE SES POSITIONS!

  10. diogene dit :

    Mince j’aurais du m’occuper des conditions carcérales plutôt que de mépriser la racaille….se dit l’homme…
    Giscard voleur de diamant, Chirac détourneur de fonds à grande échelle, Sarkozi corrupteur et corrompu…La droite française s’illustre par son manque de droiture.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW