Le Sénat à qui ont échues certaines attributions de l’Assemblée nationale huit mois plus tôt a clos, lundi, les travaux de la deuxième session ordinaire de l’année 2018, avec au compteur l’examen et le vote de 22 textes de loi.

Lucie Milebou-Mboussou, la présidente du Sénat, le 31 décembre 2018. © Sénat-Gabon

 

Tout en ayant assuré l’intérim de l’Assemblée nationale depuis sa dissolution par la Cour constitutionnelle, en avril dernier, le Sénat a clos le 31 décembre les travaux de la deuxième session ordinaire de l’année 2018. La cérémonie de clôture officielle qui a eu lieu en présence du Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, dans une salle au «décor quelque peu austère», a donné l’occasion à Lucie Milebou-Mboussou d’exprimer une nouvelle fois ses regrets quant aux conditions de travail auxquelles ses collègues et elle-même sont soumis depuis ces deux dernières années, en raison de l’état de dégradation avancée de l’hémicycle du palais Omar Bongo Ondimba.

Moment de la cérémonie. © Sénat-Gabon

Si la présidente du Sénat attendait une meilleure collaboration entre l’Exécutif et le Parlement, faite notamment d’«échanges fluides, cordiaux (et) de respect réciproque», elle n’a pas caché qu’au terme de l’exercice 2018 «les sénateurs se sentent délaissés». Il n’empêche, les élus ont fait leur travail et accompli leur mission. D’autant plus qu’à la fin de cette 2e session ordinaire, 22 textes de loi au total ont été examinés et votés.

Il s’agit, entre autres, de la loi de finances 2019 arrêté en recette et en dépense à 3,033 milliards de francs CFA, bien que les sénateurs aient décidé de mettre en place une commission ad hoc chargée de proposer au chef du gouvernement un ensemble d’observations à la suite de l’examen de ladite loi.

Le projet de loi portant révision de la loi n°17/2014 du 30 janvier 2015, portant réglementation du secteur minier en République gabonaise ; le projet de loi portant orientation des transports terrestres en République gabonaise ; le projet de loi fixant le régime du mécénat et du parrainage en République gabonaise ; le projet de loi fixant les modalités de financement de la protection sociale et le projet de loi portant organisation et fonctionnement des régimes de sécurité sociale font également partie des textes examinés et votés par les sénateurs ces derniers mois.

 
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Chut ! laissez-les dormir !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW