Une procédure express de radiation de six policiers «ripoux» a été reportée de justesse le 16 février dernier à Libreville. Les prévenus croupissent actuellement dans les geôles de la police judiciaire. L’action suit son cours.

Patrouille de police à Libreville.

 

Programmée pour le 16 février dans l’enceinte de l’Inspection de la Police sis à la zone industrielle d’Oloumi à Libreville, la révocation de quelques agents de police indélicats n’a plus eu lieu. Une source policière indique que l’organisation illico presto de cette cérémonie risquait de faire quelques entorses à la procédure idoine de retrait de l’immunité policière. Une erreur évitée de justesse.

L’affaire concerne six agents de police qui se seraient rendus coupables d’abus d’autorité sur de paisibles citoyens. Quatre d’entre eux sont accusés de diverses exactions. Notamment, l’intimidation, l’abus d’autorité et l’extorsion de fonds à des commerçants à travers les quartiers de Libreville. Les deux autres auraient arrêté sans raison un automobiliste au quartier Sotéga (Libreville) avant de le dépouiller d’une somme de 800 000 francs CFA. L’infortuné avait heureusement relevé l’immatriculation des deux ripoux.  Un véritable coup de chance pour lui. Car, malgré la décision prise récemment par le président de la République, stipulant que les agents des forces de l’ordre doivent arborer leur numéro de matricule, cette disposition n’est nullement appliquée sur le terrain par de nombreux policiers qui bravent de fait l’autorité du chef de l’État.

Même si on y compte un brigadier en chef, la plupart des agents concernés sont des nouvelles recrues. Ce qui renvoie à la sélection et à la formation de ces policiers recrutés un peu à la hâte pour les besoins de la 28e Coupe d’Afrique des nations de football organisée en partie par le Gabon. Un journal local, «Le Temps», a en effet signalé, il y a quelques mois, qu’alors qu’ils étaient encore en formation à l’École nationale de Police d’Owendo, deux élèves policiers avaient été pris en flagrant d’exaction au quartier IAI où ils avaient littéralement braqué un taximan. Le journal signalait des problèmes de budget pour les nourrir durant le casernement pour leur formation. Mais, véritablement, il était surtout question de l’absence d’une enquête de moralité avant leur enrôlement.

Les six policiers en phase de révocation sont actuellement en garde à vue dans les geôles de la Police judiciaire. Ils seront incessamment mis à la disposition de la justice qui devra trancher au sujet de leur culpabilité. S’ils sont reconnus coupables, plus rien ne pourra s’opposer à leur limogeage des effectifs de la police.

Même si sa compétence est controversée, le nouveau patron de la Police nationale gabonaise, le général de brigade Léon Mistoul, nommé à ce poste le 20 janvier 2012 par décret présidentiel, est précédé de la réputation d’avoir en horreur les contrôles policiers intempestifs et les abus d’autorité. On note, par exemple, qu’il a dernièrement fait écoper d’un blâme des agents du commissariat de police de Lalala qui s’étaient livrés à un contrôle inopiné. Ripoux, il va falloir vous tenir à carreau!

 
 

12 Commentaires

  1. maroundou dit :

    C’est très bien ces arrestations d’ agents ripoux y en a marre !!!

  2. Justin mouss dit :

    pour moi ces agents meritent plusque “ça”la CAN est terminée il est temps de faire du nettoyage,ils st aller à la police pour escroquer et tuer les citoyens et non pour travailler,que les autorites trouve une solution!

  3. Justin mouss dit :

    pour moi ces agents meritent plusque « ça »la CAN est terminée il est temps de faire du nettoyage,ils st aller à la police pour escroquer et tuer les citoyens et non pour travailler,que les autorites trouvent une solution!concrete et durable.

  4. Christelle dit :

    je dirai que dans les années antérieures, le corps habillés avaient de la valeur et les gabonais étaient toujours fiers de les apprécier parce qu’ils représentaient valablement le Gabon quelque soit le pays où ils allaient .Mais de nos jours,c’est regrettable et c’est avec beaucoup d’amertume de voir ce nouveau recrutement fait par hasard se comporter ainsi.
    Ils oublient que chacun d’entre eux à deux réputations à défendre, d’abord celle de la famille et ensuite celle du pays.
    Je crois enfin, qu’il est temps de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, car c’est policiers face à leur comportement ne nous éduquent pas, il est donc mieux que chaque chef joue son rôle.
    Pourquoi ne parle t-on pas de la gendarmerie, de la garde républicaine, de l’armée de terre etc…? toujours les policiers! toujours les policiers!alors là, trop c’est trop, nous ne sommes plus en sécurité,parce que avec ces soient disant policiers sont des vrai bandits, ne passer pas l’éponge s’il vous plait!que seul justice soit faite.

  5. MAURICE dit :

    il faut etandre le controle sur tout les depositaires de la loi car il ya aussi les autres corps de metiers et meme dans l admistration

  6. xavier dit :

    C’est bien fait pour ces indélicats.Certains d’entre eux sont des repris de justice voire connus des services de la police nationale.Avant même de faire une enquête de moralité, je pense tout de même qu’il un casier judiciaire à fournir ou bien…? Et en plus pour la plupart, certains manquent d’éducation, voire de civisme.

  7. Herve dit :

    C’est la resultante des recrutements qui se font sur la base du copinage et des liens de parente; et non en tenant compte de la ‘valeur’ de chaque postulant. C’est une honte pour le pays aux yeux de la communaute internationale. C’est vraiment dommage!

  8. patt dit :

    dans les années 70 quand un policier arrêtait une voiture,poliment il saluait tout le monde à bord de la voiture et disait ceci:contrôle de police le conducteur ne descendait pas de la voiture devant les personnes à bord,il demandait pièçes par pièçes et le conducteur les présentait,s’il y avait infraction il établissait une contravention au conducteur et celui-ci règlait devant (témoin),mais aujourd’hui,le policier arrête la voiture il est assis dans son bureau ou sous le manguier et c’est le conducteur qui se déplace,immaginez la suite.

  9. legabonais dit :

    c’est terrible l’acharnement des lecteurs sur ses compatriotes LA FONTAINE avait parfaitement raison “selon que vous serez blancs ou noirs riches ou pauvres la Cour vous le rendra”
    franchement loin de moi l’idée de faire l’apologie de ses indélicats mais est ce que ce sont eux qui ruinent le gabon
    les bongos les myboto les mba obame … peuvent ils justifier leurs fortunes
    chers compatriotes il faut apprendre a avoir du recul dans la vie
    ses policiers n’ont fait que faire ce que tous les gabonais qui on une parcelle de pouvoir font .
    celui qui se fait soudoyer pour enregistrer un dossier pour donner un médicament celui qui prends 8 milliard a l’assemblée nationale , celui qui a été TPG qui ne possede aucune vrai entreprise qui est milliardaire
    c’est bien de sanctionner les indélicats mais pourquoi on sanctionne tjs les memes
    je finirais en citer A.Einstein

    “Deux choses sont infinies: l’univers et la bêtise humaine, en ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas acquis la certitude absolue”

  10. herlas dit :

    chers internautes il faut comprendre k les derniers recrutements ont été fait à la hate soit disant pour la can maintenant k la can est fini il fo bien les remercier et pour cella il faut le faire avec beaucoup de doigté les accusé d’exations et autres mais ils ignorent k se sont les enseignements kil les ont inkulké durant leur laps de tmps de formation.se ne sont pas ces new ripoux kion amené ces pratik regretables.il faut prendre le mal à la racine mes chers!!!!!!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW