«Bonne décision» que celle prise par le gouvernement au sujet de la suppression de certaines agences (notamment la SNLS, le Fonds national pour le développement du sport, l’Agence de gestion et d’exploitation des stades,…) lors du dernier Conseil des ministres. Mais, a-t-il pensé aux victimes collatérales – ces milliers de jeunes qui vont repartir vivre les affres du chômage. Le gouvernement a-t-il pensé à des mesures d’accompagnement pour ces jeunes ? Le billet d’humeur du quotidien «L’Union» est circonspect. 

Sous la férule circonstantielle de Maganga Moussavou, le cabinet Issoze Ngondet a procédé à la suppression de certaines agences… sans penser aux victimes collatérales. © Presse présidentielle

 

La preuve ? «Le ministre de l’Economie est là et il n’ouvre plus la bouche». Le billet Makaya de L’Union qui salue la décision gouvernementale de dissoudre de nombreuses agences publiques, parce qu’elles devenaient, année après année, un gouffre à sous pour l’État, n’est cependant pas convaincu de ce que le cabinet Issoze Ngondet, sous la férule circonstantielle de Maganga Moussavou, a pensé à tous les contours y relatifs. «Chez nous, c’est ainsi, on pense rarement aux victimes collatérales», note le billet satirique du quotidien national. On ne retourne pas le problème «dans tous les sens», car on saurait «si le coût de la casse sociale n’est pas trop élevé».

En plus des fonctionnaires, les agences publiques emploient en effet quelques milliers de jeunes. Si pour les fonctionnaires venus prendre part au «banquet», il existe une solution, «Makaya» se dit sûr et certain que le gouvernement n’a pas pensé aux autres catégories de personnels. Les jeunes par exemple qui avaient été embauchés pour la «bonne» cause et qui, aujourd’hui, sont «dans l’incertitude des lendemains».

Makaya dénonce le mutisme du ministre de l’Économie

Pour «Makaya», le silence du ministre de l’Économie sur ce sujet d’importance paraît étonnant. «Attend-il qu’il y ait mort d’homme pour parler ou est-il incapable d’expliquer ce qui se passe ?» «Motus et bouche cousue». L’attitude du ministre visé peut paraître en effet surprenante ! Et le billet Makaya d’ajouter : «Et revoilà d’autres mécontents qu’on prépare. Que disent les pouvoirs publics à ce propos ? Qu’a-t-on prévu comme mesures d’accompagnement pour ces pauvres bougres ?»

En fait, le billet Makaya, comme une grande partie de l’opinion, a pensé qu’après avoir décidé de dissoudre un certain nombre d’entreprises publiques, notamment la Société nationale de gestion et de construction des logements sociaux (SNLS), le Fonds national du développement du sport (FNDS) et deux autres agences – la première chargée de la gestion et de l’exploitation des stades ; la seconde chargée de l’événementiel -,  les pouvoirs publics viendraient ensuite en expliquer le bien-fondé et annoncer les mesures d’accompagnement pour les différentes catégories de personnel exerçant dans ces agences. Mais l’opinion s’est heurtée à une absence de communication qui plonge les personnels dans une grande incertitude.

 
 

4 Commentaires

  1. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    ” LA DYNAMIQUE BWETE ”
    * ” TROIS CENT SIXIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD ” *
    « ” LA RESTITUTION EST AMORCÉE ” »
    ” L’APOCALYPSE NETTOYEUR BWETE ”
    En français facile :
    ” JEAN PING EST LE NOUVEAU GUIDE PRÉSIDENT D’IBOGA (GABON) “.
    BWETE déclare que Pierre-Claver Maganga Moussavou souffre d’une grande maladie : Devenir coûte que coûte Divingi Di Dinge Dijob. Cette maladie a créé en lui le pédantisme égocentrique. Maganga Moussavou ne sera jamais un homme d’état. L’exemple est la mesure qu’il a pris dès que la moribonde franc-maçonnerie lui a offert la possibilité de présider un conseil de ministre anticonstitutionnel de bandits voyous hors la loi : dissoudre les agences. A t’il vérifié avant de prendre cette mesure de dissolution, si la loi de finance 2018 avait prévu toutes les mesures financières compensatoires? Maganga Moussavou est l’image des idiots incultes qu’IBOGA (Gabon) ne souhaite plus à sa tête. BWETE averti Pierre-Claver Maganga Moussavou qu’IBOGA (Gabon) n’est pas un jouet pour médiocres enfants gâtés. Maganga Moussavou BWETE te commande de sortir de cet état car tu ne seras jamais Divingi Di Dinge Dijob, qui lui a bénéficié dès l’age de neuf (9) ans dans le cadre des villes jumelées Port-Gentil et Thouars par Madame PIROBE, première Maire française de la ville de Port-Gentil d’une bourse d’étude en France. BWETE INDIQUE QU’APPRENDRE ET COMPRENDRE SONT DEUX CHOSES DIFFÉRENTES. BWETE. /
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION EST AMORCÉE #
    “GABON D’ABORD”

  2. Francis dit :

    donc on crée une agence pour créer des emplois? Si c’est le principe alors on comprends vraiment ce gouffre financier!!!

    Savez vous qu’un chef de service dans plusieurs de ces agences gagne plus qu’un secrétaire général d’un ministère? je vous laisse vérifier!

    Des salaires astronomiques pour zéro rendement ou presque!!! il faut encore en supprimer…

    • Makaya Bissengo dit :

      @ Francis
      Bien dit mon frere Francis !
      Et je peux ajouter: supprimer la moitié des effectifs des fonctionnaires débonnaires, inutiles, sans rendements … et surtout qu’ils emmerdent les usagers publics de la chose publique…
      Pour moi koi ….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW