Il est assez rare de voir une autorité locale passer à la barre pour des faits de braconnage. Olivier Bassiva, préfet de l’Okano (nord du Gabon) risque bien de servir d’exemple pour la jurisprudence.

Vente de viande de brousse, ici un caïman, issue bien souvent du braconnage sur le bord des routes du Gabon - © Arias Danger Aimée/Gabonreview.com

Deux chasseurs, pris en flagrant délit de braconnage, avaient été arrêtés il y a 6 mois et avaient tenté de se dédouaner en présentant un ordre de mission du préfet. Dans leur véhicule, appartenant au préfet, l’agent des Eaux et Forêts avait découvert trois mandrills et un céphalopode, deux espèces totalement protégées, ainsi qu’un toucan et trois antilopes. Se rendant sur place pour tenter de porter secours à ses chasseurs, Olivier Bassiva avait giflé l’agent, lui conseillant moqueur d’aller se plaindre au ministre.

«Il se comportait comme un roi sur ses terres», a estimé Me Rufin Nkoulou, avocat de la Direction de la Faune et de l’agent des Eaux et Forêts, cité par Romandie.com. Pour lui, «le procès a une portée pédagogique pour la protection de la faune, mais aussi en raison du rang du préfet. La faune est une richesse du Gabon», rappelle-t-il. «Comment la localité peut-elle se développer si le préfet est le premier à fouler les lois ?», s’est encore interrogé Me Rufin Nkoulou au tribunal d’Oyem le 22 novembre 2012.

Pour le procureur qui a requis 18 mois de prison, «arrêter le préfet a été un casse-tête chinois» et il tient en faire un exemple : «Il n’y a pas que les plus petits (…) mêmes des autorités doivent subir les foudres de la loi.»

Olivier Bassiva a reconnu les faits, affirmant qu’il «avait agi de manière exceptionnelle en vue d’une réception à laquelle devait assister le président de la République et qu’il ne faisait que poursuivre des pratiques anciennes. (…) J’ai mal apprécié. J’ai pensé qu’en période exceptionnelle on peut faire fi des dispositions légales (…) J’ai pensé, peut être maladroitement que je pouvais initier des parties de chasse», cite encore Romandie.com.
L’avocat du préfet, Me David Foumane, a souligné que le braconnage était une pratique courante et acceptée. «On ne peut pas rouler sans trouver du gibier accroché aux branches. Est-ce que je suis le seul à faire la route ?»

«Qu’on fasse le tour des congélateurs! Si vous devez poursuivre les chasseurs, vous aurez des audiences similaires toutes les semaines !», a affirmé Olivier Bassiva. «L’ancien président de notre pays, pour faire plaisir à Chirac et Sarkozy, il prenait l’hélicoptère et tirait sur des buffles dans des réserves, des zones totalement protégées ! Tout le peuple gabonais le sait !»

Le président du tribunal n’a pas apprécié, contrairement aux personnes présentes dans la salle qui ont salué l’intervention par des cris et des rires, et a annoncé le verdict pour le 6 décembre.

 
 

16 Commentaires

  1. Le Trés Respectable Frère dit :

    In croyable mais vrai! Violer volontairement la loi parce que le Président de la République doit séjourner dans la contrée. Voilà à quoi ressemble ce en qui on a confié une parcelle de pouvoir. Qu’en adviendra t-il quand la période électorale va battre son plein? Les procès verbaux vont être modifiés, la fraude va prendre place à la transparence. Qu’il serve d’exemple en allant réfléchir à sans famille!!!

  2. moi makaya dit :

    c’est complètement sur réaliste dans quel monde sommes nous? il est évident que ce préfet ment car on ne peut pas avoir ce courage pour la première et de manière “exceptionnelle” sous prétexte que le président va séjourner dans la contré. il a certainement l’habitude de braconner car on sait le busness que la viande de brousse représente. l’argument que l’avocat présente c’est que tout le monde braconne, qu’il y a tellement de braconnage qu’on aurait une audience chaque semaine. mais je me pose une question. si tout le monde viol la loi, et donc passible de prison, dois-je aussi faire de même sachant que cela est puni? de sur quoi de la part d’une autorité? je pense même que 18 mois c’est petit. on ose dire ce que l’ancien président faisait pour le présenter comme argument et si le juge juge cela recevable, c’est qu’on est libre de faire ce qu’on veut dans ce pays même si au font c’est le cas.

  3. Xerces XL dit :

    mais vraiment dans quel monde sommes nous? la fin ne justifie pas les moyens ce préfet et son avocat racontent du n’importe quoi!!! donc les gens assermentés peuvent violer la loi pour faire “plaisir” au président et déclarer par la suite que tous le monde fait la même chose c’est hallucinant!!! ah l’émergence quand tu nous tiens par les burnes!!!

    • lisiane dit :

      Mdr. Que vient faire l’émergence là dedans ? La pratique serait-elle nouvelle ? Il me semble que ce qui est nouveau, c’est que ce monsieur passe en procès !

      • moi makaya dit :

        pas seulement, ce qui choc c’est que ce monsieur qui est une autorité prétent agir pour faire plaisir au président de la république qui est ganrant du bon fonctionnement des institutions de notre pays y compris la protection de la faune.

  4. ni lire ni écrire dit :

    La bonne nouvelle, c’est que la Justice fait son travail. Qu’elle le fasse plus souvent et il se pourrait qu’enfin on croie à l’Emergence.

  5. Nguiebogho dit :

    Mais ce prefet est un hors-la-loi! C’est grave ce qu’il raconte: donc le President de la Republique devait manger chez lui? Je n’en suis pas certain! Son avocat m’inquiete lorsqu’il avance de tels propos pour defendre son client! Je suis d’accord avec moi makaya que 18 mois de prison ferme pour cet indelicat prefet c’est insignifiant! D’ailleurs reste a savoir s’il sera meme enferme! Et il ose quand meme gifler cet agent qui fait dument son travail. C’est grave ca! Que la justice soit rendue selon la gravite des actes poses par le prefet!

    • Atondasimba dit :

      Vous souhiteriez certainement qu’il dise à son client “mais quoi! t’avais qu’ faire attention….il n’aurait plus personne pour le solliciter. L’avocat avance ces propos pour trouver des circonstances atténuantes à son client….c’est son job, alors il peut faire semblant m^me si aufond il sait qu’il aura du mal à convaincre. Ne vous inquiètez pas….c’est c”ela aussi le justice!!!

  6. Dos d'anne dit :

    Puisqu’on parle de justice mes freres, savez vous que les militaires qui ont assassinés leurs collègue d’arme pres de ndéndé ont été liberé sans procés?
    Savez vous que l’enseignant qui avait invité l’etudiante dont le corps a été retrouver en face de jeanne ebori vit des jours paisibles?
    Savez vous que le jeune homme sans permis qui a tuer cinq personnes à okala n’a jamais été inquiété?
    Savez vous que la fille de michel mboutsoux vit des jours paisibles apres avoir abattu un étudiant?
    Savez vous que les senateurs refusent de lever l’humunité de leur collègue afin qu’il soit jugé?
    Mais de quelle justice parlez vous?
    allez au marché de nzeng ayong et vous verez des sanglier, pangolin, singe et autres vendus au vue et au su de tout le monde.
    Evitons une justice à deux vitesses.

  7. Quesque tu as fait des commercants qui truquaient les balances au marché? Quesque tu as fais des maliens qui font des transferts de fond illicitement?
    Quesque tu as fait du jeune parent de mbourantso qui as tué cinq personnes à agondjé sans permis?
    Quesque tu as fais de la fille de michelle mboutsoux qui a tué un etudaiant en poursuivant son copain?
    Quesque tu fais des militaires qui ont assassiné un sergent chef en mission commando pres de ndende?
    Quesque tu as fais du senateur de kango?
    Quesque tu as fait du prof qui a tué l’etudiante devant jeanne ebori?

  8. Boukoubi Maixent dit :

    Olivier Bavassa a raison. Tout le monde sait qu’un ancien ministre de la Défense se livrait à des parties de chasse en hélicoptère dans les Plateaux Batéké. Pourquoi ce dernier n’était pas inquiété ?

  9. “Quelque soit sa durée dans l’eau, un morceau de bois ne se transforme jamais en crocodile“. Un mensonge même repeté toute sa vie aux oreilles du juste par une majorité ne deviendra jamais vérité. Chaque chose à son temps. Ce qui se passe au Gabon n’est pas nouveau aux pays d’Afrique Centrale d’aujourdhui, tous décidés à changer les choses dans le bon sens. Les valeures fondamentales d’un peuple moderne se mesureraient à sa capacité de veiller à la vie et la bonne gestion des animaux sauvages de son pays. Meme une guerre mondiale ne se declencherait qu’ à la suite d’un incident parfois jugé mineur au sein d’une société désabusée. Il ne servirait à rien de continuer d’arrêter et punir les chasseurs illicites,les braconniers et les petits vendeurs du marché si nous ne pouvons inquiéter les commanditeurs, ceux là qui ordonnent, organisent et financent ces activités illicites. La loi s’applique à tous équitablement car nous sommes tous égaux devant celle-ci. Si par le passé, les services repressifs et judiciaires auraient faillis dans l’exercice des missions regaliennes de l’Etat à faire respecter la loi,et qu’ils prennent maintenant l’aveu de retablir les équilibres, donnons leurs un coup de chapeau en les encourageant à perseverer dans cette bonne voie. Le Gabon moderne, vue du Président de la République actuel, serait un Gabon sans braconnage ni commerce illicite d’espêces sauvages de faune et de flore. Un Gabon où les citoyens, résidents et touristes ne seraient PLUS JAMAIS amenés à consommer des produits frauduleux. L’heure a sonné et il serait utile de soutenir la justice dans sa demarche. La politique, c’est l’art de mieux gerer la contrée et les autorités en sont double fois responsables devant la nation. Monsieur le Procureur, ne vous laissez pas intimider, ils sont nombreux qui se defendent ainsi en utilisant le nom d’un Chef de l’Etat. Monsieur le Jude,il est grand temps de réaffirmer l’autorité et l’indépendance de la justice en rendant justice à qui le mériterait. L’Afrique a besoin de Justice pour avancer dans le droit chemin. Merci.

    • Dos d'anne dit :

      MONSIEUR Bonaventure EBAYI
      Excusez moi, mais que racontez vous sil vous plait?
      QU’est ce que vous avez avalé comme alcool avant de taper votre intervention?
      Je vous rapel qu’un presumé commanditaire d’un assassinat refuse de venir devant la barre parcqu’il est sénateur.
      Je vous rappel que les militaires qui ont assassinés leurs collègue d’arme ont été libéré par grace presidentielle à mouila.
      Vous n’avez pas honte de tenir de tels propos?
      Sauf si dans ce pays le gibier a plus d’importance que les humains. Sinon comment comprendre qu’on libères des militaires assassins alors qu’on comdamne le commanditaire d’un braconnage de moins de 10 gibier.
      AH j’avais oublié que grace au gibier les anglais et les japonnais donne beaucoup d’argent à l’agence de lee white et des vehicules au eau et forets puisque le gabon est pauvres.
      De quelle justice et de quels tribunaux parlez vous?
      Du tribunal de libreville qui a liberé un chinois assassin?
      Du tribunal qui a eu peur de condamner la fille de michel mboutsou?
      Du tribunal qui a laisser partir l’enseignant de l’uob assassin de l’étudiante?
      Mais de quoi parlez vous sil vous plait?

      • Monsieur Dos d’Anne,

        Je vous remercie sincèrement de votre réaction qui ne traduit en fait que vos émotions et votre desir ardent de voir la justice gabonaise jouer son rôle selon vos attentes. J’ai du croire que vous ouvriez un débat sérieux sur la question mais je m’apperçois que nous serions entrain d’écrire une pièce de theatre. Les affaires d’Etat ne se gèrent pas avec tant d’émotion mais en toute patience,professionalisme et responsabilité.Si les tribunaux ne peuvnt faire justice aux créatures vivantes les plus faibles comme les animaux, combien à plus forte raison,ils le feront aux hommes reflechis, forts et doués d’intélligence et de malice que nous sommes.Comparaison n’est pas raisoon, nous le savons tous.Ce qui compte c’est ce que l’on veut, ce qui est juste et acceptable. En fait, nous ne recherchons que le changement, du pire au mal et du mal au bon, du bon au très bon et du très bon au parfait. Un long processus, n’est ce pas Monsieur Dos. Alors prenez votre mal en patience. S’il se fait que tout commencerait par punir les commanditaires d’acte de braconnage avant de condamner à la peine de mort ou à mort les assassins, laissons la rivière continuer son cours et nous verons certainement le bout du tunnel.
        Du courage et à bientôt. B.E

  10. Haruhito dit :

    Pierre, vous avez mis un lien (13/01/2013) dans vos Gazouillantes sur la pole9mique Est-il possible de redfnoer une presse post-Internet cone7ue pour les lecteurs, et non e0 partir des annonceurs”. Du XXI. Ou De9rives du journalisme sauce Webb .Cela me provoque quelques re9flexions:1b0.- Comparez, cette nouvelle fae7on de faire du journalisme, a la Nature et laissez faire la Se9lection Naturelle, dans le sens que, tf4t ou tard ce qui marche, ou fonctionne, restera et ce qui ne fonctionne pas sera e9limine9. c9videment je sais ! cela laisse trop de latitude au Destin . Et il y aura beaucoup de de9chets. Mais de toutes fae7ons il sera ainsi. Qu on le veuille ou pas. Donc le conseil subsidiaire est flairez par ou viendront les choses et devancez les. (Voir plus loin).2b0.- LES IDc9ES. C est a dire l originalite9. Pourquoi un journaliste se limiterait a passer des ide9es ? je sais vous faites plus que cela ! . Il doit eatre le plus original possible ( je sais, facile a dire, moins a le faire ! ). Mais a moins d avoir une conscientisation exacerbe9 de ce besoin d originalite9 on tombe vite en routine de transmette . Comme dit votre Journaliste web XXI : re9pe9ter les de9peaches est banal et a la porte9 de (presque) n importe qui. D ailleurs ce reave d’eatre grand reporteur (malgre9 l’e9tymologie restrictive) est en lui meame source de volontarisme, cre9ateur, original. Vous, et les autres, ne pouvez plus eatre Biologiste, ni Physicien, ni Astronome, mais vous pouvez toujours eatre Philosophe. Et votre culture polyvalente le permet. Au moins doit permettre une vision globale et analytique, comparative, SYNTHc9TIQUE qui manque a chaque expert.3b0.- Vous savez pertinemment que le TITRE du papier est pour, au moins 60% de clics. Ne9anmoins, s il est trop accrocheur au de9triment du contenu, ou de la re9alite9, sera de9cevant et contre productif. (Voir le Big-Browser). Meame si l intelligence du lecteur comprend le pourquoi. Chercher cet e9quilibre pour s obliger a faire de bons titres est, meame si e9vident, pas a la porte9e de tous.4b0.- L argent, l argent, L ARGENT. Oui, mais est que une piste ne serait pas dans la BBC ? C est a dire payer des journalistes comme on paye des chercheurs ou des policiers ou des infirmie8res ? Les payer officiellement, par l’c9tat, pour eatre impartiales et informatifs. Je sais ! Il y a le risque de devenir Prawda ! (Et on a besoin de moins de journalistes). Mais ce n est pas parce que une chose semble Utopique que il ne faut pas essayer de l approcher. Pas aux USA ou on ne croit que a la libre entreprise, mais en Europe, la re9fle9chie, on devrait eatre capable. Ce fameux Mode8le e9conomique pourrait eatre par le0 . En tout cas fabriquer 400 journalistes par an est too much . Mais a nouveau la Se9lection Naturelle fait le tri. Impitoyablement. Et puisque vous ne pouvez rien 5.b0- L’exemple du Monde est inte9ressant. Le versant papier , se9rieux, re9fle9chi, finira par ne pas (plus) eatre rentable, tandis que le Fr- webb est racoleur. Je lis les deux et je vois bien la diffe9rence. Cependant, de plus en plus les gens veulent eatre acteurs, citoyens, participatifs, et le fait de pouvoir commenter, meame si en ge9ne9ral ne sert a rien, et presque personne ne lit les commentaires des autres, fait quand meame une sorte de sondage d’opinion (malgre9 les activiste en mission ), et finalement enrichi un peu le the8me. Et puisque c est tendance En tout cas on (le lecteur) apprend a ne pas voir les annonces, la pub. Et finalement les annonceurs comprendront que payer pour rien, ne sert a rien. L’e9volution du journalisme web sera couple9 a l e9volution de la Pub.6b0.- Les Tweets (Ou le revue des tweets) sont mode, mais quand les gens comprendront que c est du vent et que en quelques signes on ne dit rien (sauf donner une autre adresse web) (ou exprimer une e9motion, mais cela est superflu), et que il n y a que de ne9gatif, cela retombera tout seul, comme Facebook.7b0.- On ne revient jamais en arrie8re. Reaver du vieux journalisme est une perte du temps. Et on ne se passera pas de Google, ou son e9quivalent 8b0.- Ou bien Regardez cette (presque) homonyme Tous se recyclent en politique. C est tendance. Muriel Barthe9le9my, ancienne journaliste de France 3 Pays de Loire, assure le service de presse de la garde des sceaux .Alors ? Alors Rien ! Je me suis fait plaisir et vous, Survivez vous ! Et bonne chance.Pedro

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW