Petit-Lambert Ovono a analysé la récente vague de démissions au sein du parti de Jean de Dieu Moukagni-Iwangou. Pour lui, les démissionnaires souhaitent clairement «nuire à leur ancien parti, salir son chef» et se faire un peu de publicité «pour se vendre un peu cher».

Petit-Lambert Ovono (à gauche). © facebook.com

 

La crise secouant le parti de Jean de Dieu Moukagni-Iwangou a pris un nouveau virage, le 30 mai à Libreville, avec la démission de certains leaders ayant par ailleurs décidé de créer leur propre formation politique. Un scénario ayant arraché quelques commentaires à Petit-Lambert Ovono. Selon l’évaluateur «certifié», ce fait, devenu «récurrent et banal» dans le pays, devrait amener les Gabonais à s’interroger sur «les objectifs poursuivis par nos politiciens démissionnaires».

«Car, comment comprendre que lorsque ces individus ont pris la décision d’adhérer à ces partis politiques, aucune publicité n’a été faite lors de ces adhésions, de ces engagements personnels, mais quand ils décident de sortir, les médias sont remplis des lettres de démission, de leurs interviews, et très souvent insultantes à l’endroit de ceux qui restent, et notamment de leurs anciens dirigeants ? À l’analyse, on peut découvrir les véritables motivations des démissionnaires», a écrit Petit-Lambert Ovono dans un post sur sa page Facebook, le 31 mai.

Selon lui, la motivation des démissionnaires est dictée par le souci de «nuire à leur ancien parti, de salir son chef», d’une part. D’autre part, Petit-Lambert Ovono est convaincu qu’en démissionnant, Anges Kevin Nzigou, Nicolas Nguema et Elza-Ritchuelle Boukandou veulent se faire un peu de publicité, «pour se vendre un peu cher». Il décèle aussi dans l’attitude des «frondeurs», «une forme de conspiration non avouée qui couvait et qui avait pour but de prendre la tête du parti contre le président actuel».

«Car finalement, si on ne peut plus laver le linge sale en famille, pourquoi ne pas partir sans salir les autres ?», s’est interrogé Petit-Lambert Ovono avant d’ajouter : «À la limite, cette attitude que les partants croient payante, ne les crédibilisent pas. A moins d’être idiots, leurs nouveaux maîtres ou nouveaux adhérents devraient s’attendre au même sort que celui qu’ils viennent de réserver à Moukagni-Iwangou».

 
 

7 Commentaires

  1. GabomamaGma dit :

    Discours d’un sorcier qui a bien mangé et servi avec les Bongo qu’est ce qu’on peut attendre d’un corrompu de ce genre.

  2. Ponce pilate dit :

    C’est qui Petit Lambert Ovono ,pour que Gabonreview décide de faire d’une de ses diatribe un article ?

    Sur le fond, on nous vend encore un écran de fumée pour masquer le vrai problème.

    Ce ne sont pas les jeunes qui sont en cause dans cette histoire mais celui qui a déchiré les statuts du parti,qu’il à lui même rédigé pour justifier l’injustifiable, et rendre les jeunes responsable des conséquences de cet acte.

    C’est de l’irresponsabilité couplé à de la sorcellerie.

  3. AIRBORNE dit :

    Petit Lambert, ferme ta bouche, c’est tous là. Iwangou a violé les textes du statut et règlement du Parti que lui même il a rédigé, alors lorsque n’est pas d’accord avec le jeu d’un bandit, tu dégages et tu vas voir ailleurs. Maintenant, s’ils se vendent cher où est ton problème. Tu parles de laver le linge sale en famille, ils ont interpellés Moukagni qui n’a pas daigné répondre à l’appel de ses jeunes, il s’en fou puisqu’il est Ministre d’Etat et jouit d’une immunité gouvernementale, mais ca finit toujours.Où est BBM aujourd’hui, il est au banango, il rase les trottoirs de LBV avec une casquette enfoncé jusqu’aux yeux. Iwangou a trahit son parti pour se faire une santé financière, c’est normale à l’exemple de Mba Abessolo, Oyono Aba, Kombila, Maganga Moussavou…

  4. CANTON LEYOU dit :

    Petit-Lambert OVONO, lorsqu’on a la bouche pleine on ferme et ne parle pas. De plus, c’est vous tous là qui faussé le jeu politique avec une instabilité notoire. Les léçons de crédibilité ne viendront pas SURTOUT de vous.
    Patriotiquement.

  5. Nella dit :

    Cette histoire est tout de même révoltante. Le plus triste dans tout cela c’est que beaucoup d’entre nous voyions en des personnes comme Moukagni des alternatives crédibles au pouvoir en place, mais finalement on se rend compte que ce ne sont que des charlatans en devenir, attendant simplement le moment propice pour révéler leur vrai visage. Ali Bongo n’est pas le vrai de ce pays, c’est cette mentalité bongoïste qui consiste en ce culte de la personnalité aveugle et maboule, dont est piquée la grande majorité des dirigeants, majorité comme opposition. Soutien aux jeunes, ne lâchez pas!

  6. BEYEME dit :

    Qu’est ce que ce bouffon raconte? Maintenant, ce sont les démissionnaires qui sont en faute. Qu’il nous fasse un discours sur l’attitude de M. IWANGOU que je respecte, mais qui m’a plutôt déçu.

    Tcherrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

  7. Axelle MBALLA dit :

    Petit-Lambert OVONO… Crédibilité politique? Non..mais franchement. Depuis sa tendre enfance, il n’a su faire qu’une chose: trahir et tromper. Je peux mieux en parler, y compris quand il est allé servir BONGO père et les autres.Je parle en connaisseur. J’étais jeune étudiant, et je n’ai pas oublié ses coups-bas depuis Mantes-la-Jolie. Je sais qu’il ne démentir pas, sinon, je corserai la prochaine intervention…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW