Les fortes pluies et les carences d’aménagements ont eu raison de la commune située au nord de Libreville, en proie à une véritable crue aux dégâts considérables.

Image illustrant l’ampleur des dégâts à Akanda. © D.R.

Image illustrant l’ampleur des dégâts à Akanda. © D.R.

 

Spectacle désolant à Akanda, commune au Nord de Libreville, qui coule sous les eaux après les fortes pluies qui s’y abattent depuis le 2 novembre dernier. Par endroit, les eaux ont atteint deux mètres de hauteur et envahi un nombre considérable d’habitations.

Images illustrant l’ampleur des dégâts à Akanda. © D.R.

Images illustrant l’ampleur des dégâts à Akanda. © D.R.

De la Cité Entraco aux Beaux Lieux, les pertes matérielles sont considérables : habitations inhabitables, meubles abîmés, véhicules immergés, le constat est affligeant. Tout, ou presque, y est passé. Des structures d’enseignements sont également dans la même situation, avec la destruction de matériels scolaires, notamment.

Tentant de limiter les pertes en sauvant ce qui peut l’être, les forces de l’ordre sont à pied d’œuvre depuis les premières heures du matin. Informés de la situation, des hauts responsables de la présidence, des ministères de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que le directeur de la Croix Rouge gabonaise se sont rendus sur les lieux pour s’enquérir du problème.

De sources concordantes, cette descente des autorités avait également pour objectif de recenser les sinistrés et de réfléchir sur une zone de relogement. Si aucun rapport officiel n’a encore été communiqué sur ce sinistre, les commentaires des riverains de cette commune «pleuvent» déjà.

Au-delà de la pluie, un riverain a révélé que cette inondation serait due à la construction par certains hommes forts de leurs habitations sur les canaux d’évacuation d’eau. Constructions qui auraient ainsi contribué à l’obstruction des buses. A cela s’ajouterait l’incivisme des populations, qui ont transformé les canaux d’évacuation d’eau en dépôts d’immondices.

Cette situation devrait par ailleurs interpeller les autorités compétentes sur la position géographique de cette commune. Jusqu’ici en proie à des inondations minimes, la commune souffrirait également de carences en matière d’aménagement. Un combo qui a définitivement eu raison d’Akanda la belle.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

15 Commentaires

  1. OSSAMI dit :

    Quand on a tout improvisé sans plan directeur et sans vision aucune, le résultat est celui là. Merci les émergents pour votre façon de construire le pays.

  2. DoanESS dit :

    Quand le navire prend de l’eau. …

    • nadia gross dit :

      avec pour maire un blanc et une bongo. pouquoi ca ne me surprend pas

      • JOLY dit :

        Ah les gabonais! qu’est ce que le maire blanc et une bongo viennent faire la dedans?
        Les gens construisent n’importe comment et même sur les lits de rivières empêchant l’eau de circuler et la conséquence est ce qu’a vécu ces populations
        Il est vrai le problème d’urbanisation et de logement a sa part de responsabilité mais ne mettons pas tout sur le dos du maire, des bongo, du gouvernement, etc. quand nous même ne sommes pas disciplinés.

        • Emeric dit :

          Donc pour toi les affres que tu as sur les images des logements
          sociaux ce sont aussi les populations? sachant que c’est l’état
          qui a les moyens de faire les travaux de terrassement.

        • Matho dit :

          Quand on vous donne une autorisation de construire les autorités sont impliquées si des évènements de ce genre vous lèsent! Et je ne peux pas croire que ces villas cossues ont été construites en ces lieux sans avis et documents officiels.

        • Wano dit :

          Ce n’est pas de la faute de la population.
          D’après vous quel est le meilleur endroit pour construire à Libreville ?

          Le rôle des autorités est de réguler, contrôler et appliquer les lois et normes, quand on ne le fait pas ou que l’on ne planifie pas le moindre coin de rue, alors on paie tous le prix de nos irresponsabilités et incompétences.

          Pourquoi payer les impôts et taxes si ce n’est pour créer de l’emploi et faire travailler nos urbanistes, médecins et enseignements.

          Ministre ou ménagère, la sécurité publique ou la santé publique mal gérée mettra en péril la vie de tout citoyen sans aucune distinction de couleur ou de compte en banque.

          Si on peut un jour arrêter de régler tout nos maux avec de la communication politique.

  3. Samuel dit :

    Voilà les vrais problèmes du pays que les emergents préfèrent occulter pour toujours faire dans l’arrogance.
    Et ce n’est qu’un début, tout finira par nous sauter aux yeux pendant ce temps on continue d’arrêter les honnêtes gens pour leurs opinions et on nous rabat les oreilles à longueur de journée en parlant de démocratie au Gabon. TRISTE , Vous avez dit TRISTE ?

  4. giresse dit :

    et voila pourquoi le robinet est coupé
    sur 1000f destiné a creer une action bien precise, seulement 200f sera posé au sol
    ca bouffe, ca bouffe, ca bouffe
    comment gerer un pays de bouffeurs ?
    rajouter a cela l incivisme et la debilerie de chacun et voila le resultat.

  5. Le Villageois dit :

    Où est le VPM Bruno Ben Moubamba ? Qu’il vienne nous faire un beau discours à saveur démagogique là dessus. C’est d’une tristesse indescriptible !

  6. Spirit dit :

    Bonjour,
    Une partie de cette article m’interpelle dans ma réflexion : ” Tentant de limiter les pertes en sauvant ce qui peut l’être, les forces de l’ordre sont à pied d’œuvre depuis les premières heures du matin. Informés de la situation, des hauts responsables de la présidence, des ministères de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que le directeur de la Croix Rouge gabonaise se sont rendus sur les lieux pour s’enquérir du problème”. Ma problématique est simple, une telle deferlente des autorités et consorts, traduit -elle d’un regain de prise de conscience pour les citoyens ? Apparemment on a envie de répondre par l’affirmation de façon anticipée.
    Mais en plongeant dans une analyse sociologique, et bien le constat est faux, pourquoi le dis-je?

    1. Nous observons tant de la part des médias et des autorités, une mobilisation soudaine et forte à akanda mais pourquoi en réalité ? Cette pluie torrentielle s’est-ele uniquement déversé à akanda et non pas à Libreville où aussi des inondations furent criardes à venez voir, avea, les akebe plaine, pire les pk et sérieusement à nzeng ayong. Et pourtant, ni le chef de l’état intérimaire, ni son gouvernement, ni les “autorites” de la présidence n’a fait le tour du propriétaire de la ville de Libreville et d’owendo, personne ! C’est scandaleux car ceci révèle et renforce la donne idéologique : le gabonais d’en-bas et le Gabon d’en haut. Heureusement que dame nature véhiculé un message :” en haut ou en bas” tout le monde les pieds dans l’eau. Car en effet, cette pluie n’a épargné personne: riche et pauvre inondé donc même combat. Et les mapanes et les villas tout le monde presque a nagé et même le palais résidentiel à la sablière dans l’eau. Donc s’ils furent tous présents c’est pcq presque tous y vivent à akanda. Vous imaginez mal biyoghe mba quitté son bikele natal pourvenir se morfondre sur le sort dès “akandains” ?
    2.Et même le chef de l’état intérimaire, pourquoi a-t-il avoir choisi ce même jour d’inondation , visiter les appartements de semi luxe de de son frère marocain
    alors que le peuple est sinistré ? 2 raisons :
    Soit il est venu vérifier que ses biens communs et privés de son frère et lui n’ont subi aucun dommage, soit parce que la cité d akanda et de la cité de légalité des chances sont l’expression de son cuisant échec de sa politique amateuriste du logement social. Il ne pouvait pas supporté l’affront de sa propre politique du gaspillage et de son incapacité à pouvoir loger des gabonais en les mettant à l’abri des sinistres de tout genre. …bref.
    Voyez vous, cette intempéries a le mérite de révéler que le jugement de la nature, lui ne peut pas être corruptible et que par-dessus les tueries,les arrestations arbitraires, les détournements monstres,le despotisme. …etc, la nature(qui par la pluie s’invite dans les palais, villas, les voitures et même les toilettes) est là pour nous révéler notre vulnérabilité humaine et ça, ce sont autant des signes qui annoncent une tempête suivez bien mon regard. Et puis posons les vraies questions: où sont les rapports d’études d’impact quant aux projets de la baie des rois et de la marina ? Parce que en réalité c’est de ça donte il s’agit car d’ici mars attendons nous au pire. Et même pourquoi en janvier ? Car on vit à l’heure du dérèglement climatique ?
    Bref. Gabon review voici une piste d’enquête sérieuse sur le rapport d’étude d’impact sur la construction de la baie des rois (ou les rois dans la baie) afin que plus jamais ça !

  7. j h dit :

    je pensais que ces images n’appartenaient qu’aux zones de Sibang,derrière l’hôpital, Nzeng Ayong … où les populations construisent sans faire d’études au préalables. BEN,il faut sévir.

  8. Emeric dit :

    Voici des Logements sociaux avec piscine olympique naturelle
    d’ALI ainsi on peut parler d’égalité de chance.

  9. Spirit dit :

    ” Actu Locale: Le gouvernement a promi tout mettre en oeuvre pour aider les sinistres victimes de la forte pluie qui s est abattue principalemnt a Akanda
    hier”
    Ce communiqué du gouvernement traduit t-il une justice sociale ? Et au bout du compte, ces fameux sinistrés ne sont les citadins de la cité, les matiti environnants, les pk, les akebe. …etc ce sont ces autorités de la présidence et consorts qui jouiront une fois de plus de l’argent du contribuable pour remplacer leurs salons cuir et leurs moquettes blanches maculées de boue…etc , et que fait-on des les pauvres D’owendo et de Libreville ? Akanda est-il devenu le Gabon à elle seule?
    Ah oui, excusez mon amnésie, si le haut ogooue à elle seule parvient à 100% à élire un président, donc Akanda à elle seule peut absorber tout le budget national prevu pour les sinistres et calamités. Tiens, sous ne vont-ils pas nous faire rejaillir un ministère des catastrophes naturelles et des sinistres pour sécuriser leurs biens immobiliers? Probablement. …

  10. LIBOTA WONGO dit :

    Petite Venise moutouki du Gabon. Pitié pitié pitié bon Dieu, pitié eeeeeeeh… Kiakiakiakia.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW