Dans un bref message adressé mercredi à la diaspora gabonaise qui le soutient depuis la présidentielle d’août 2016, le président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) a montré sa conviction quant à l’atteinte de «la victoire finale» promise et attendue depuis plus de deux ans.

Jean Ping, en août 2018, à Libreville. © Gabonreview

 

Alors que sa prise de parole officielle date de plusieurs semaines après la cérémonie dite d’«hommage aux martyrs», en août dernier, Jean Ping a adressé un bref message ce mercredi 10 octobre aux Gabonais de l’étranger. Sur la page Facebook de Life Africa TV, il les a encouragés «à continuer le combat» lancé depuis plus de deux ans, qui vise à réclamer sa victoire supposée à la présidentielle d’août 2016 au Gabon.

L’opposant principal à Ali Bongo, presque reclus dans son domicile des Charbonnages à Libreville depuis plusieurs mois, n’a pas manqué de réaffirmer son objectif : «la victoire finale». Celle-ci, à en croire l’intéressé et ses soutiens, devrait le conduire au palais de la présidence de la République. D’autant qu’il n’a pas cessé de se présenter comme «le président élu du Gabon».

Comme pour convaincre ses partisans de ce que «la victoire finale» est proche, l’ancien président de la commission de l’Union africaine tient ces derniers jours des réunions avec ses proches soutiens, parmi lesquels Jean François Ntoutoume Emane et Jean Eyeghe Ndong. Quelque chose se trame-t-il vraiment aux Charbonnages ? Les fervents supporters de Jean Ping assurent que oui quand d’autres, au sein de l’opposition, ne cachent plus leur scepticisme. Du côté du pouvoir, rien ne semble inquiéter dans les «manœuvres» de l’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016.

 
 

20 Commentaire

  1. Tara dit :

    Il faut etre serieux des fois Jean Ping se moque de qui???? 2 ans plustard???? Ca devient enfantin

  2. Unionationale dit :

    Nous irons jusqu’au bout !!!

    • mbabo'o dit :

      Oui, “jusqu’au bout” DU MANDAT D’ALI. C’est triste de le dire, mais c’est ce que les Gabonais comprennent désormais de cet adage.

    • Mboung dit :

      Donc pour Vs les Gabonais arrivent à comprendre le contraire de ce qu’ils ont (eux-mm?) fait ?? Ils ne peuvent le comprendre comme Vs dites puisqu’ils ne lui ont confié AUCUN mandat ce que Vs faites c’est soit 1 juxtaposition, ou 1 incantation païenne (sauf que mm dans ces K on ne tue pas ceux qui n’y croient pas sic!), c’est comme de dire «quand je ferme les yeux, il fait sombre, donc j’ai la force de faire coucher le soleil» il n’y a bien que les séides pour croire aux mirages et c’est tant mieux…

  3. espoir dit :

    oui jusqu’au bout.on ne lache rien.

  4. Ikobey dit :

    Le bout est déjà dépassé depuis longtemps.
    Ping est l’homme du passé, laissons-le à ses souvenirs et à ses regrets.
    Nous autres, préoccupons nous de travailler pour préparer le futur.

  5. AIRBORNE dit :

    «la victoire finale», Mr le President vous etes à un combat d’usure, seul les courageux continuent le combat, les faibles abandonnent ou trahissent et ces gens là sont à visage decouvert, avez vous vu Dieu et Statn assis sur une meme table pour faire des concessions sur le monde?

  6. itsiembou dit :

    Pour toi, le futur c’est quoi ? 2023 ? Mais il aura encore des attaques de QG mon frère. Au CAMEROUN voisin ce cynisme n’est pas présent quoique le pays est sous menace terroriste.

  7. MOIMEME dit :

    Même s’il n’est pas interdit de rever francherment croire que Ping dirigera le Gabon un jour c’est comme croire que OMAR BONGO son beau pere ressucitera.
    A un moment il faut arêté le peuple Gabonais est dupet mais pas jusqu’a ce point.

  8. J3ff dit :

    <> écrit le supposé journaliste Ondo Zuey ! donc les rapports redigés par les deux équipes d’observateurs de l’union africaine et ceux de l’union européenne qui fesaient états des fraudes dans le haut-ogooué entre autre sur la base des procès verbaux,ces rapports étaient donc erronés ? mais alors pourquoi Ali Bongo n’a pas porté plainte contre eux ? puisque implicitement ces deux groupes d’obervateurs laissaient entendre qu’il a volé la victoire . un bel exemple d’une presse qui manque de courage !

  9. “LA DYNAMIQUE BWETE”
    * “DEUX CENT QUATRE VINGTIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD” *
    ” L’ABCÈS EST PERCÉ ET LE PUE COULE ”
    En français facile :
    « * ALI BONGO TON HEURE DE FIN A SONNÉ * »
    BWETE déclare à Noeline Jardine Gnama et à tout le peuple d’IBOGA (Gabonais) pour conclure avec Albert Bongo, le N’Djobi (BWETE) digne successeur Fils Spirituel de Léon MBA MINKO (GABON D’ABORD), que la génération d’incultes valets esclaves de la FEANF et de l’AGEG formatés dans les médiocre écoles et universités occidentales, de la franc-maçonnerie pour paupériser puis esclavager l’Afrique et IBOGA (Gabon) ont fait rater à notre pays et à notre continent : LE PLEIN ÉPANOUISSENT. Car ils n’avaient tous pas saisi la personnalité spirituelle N’Djobi (BWETE) d’Albert Bongo. Qu’ils vont tous sous-estimer, parce qu’il ne sortait pas comme eux, de l’école française avilissante de la franc-maçonnerie. Ils se contenteront d’appliquer le format, de la formation des médiocres écoles occidentales de la franc-maçonnerie : égocentrisme, pédantisme, antagonisme, banditisme, pillage, vol et tuer.
    « NE REGARDE PAS LE DOIGT, MAIS REGARDE PAR-CONTRE LA DIRECTION QUE LE DOIGT T’INDIQUE »
    Mais ses esclaves valets de la FEANF et de l’AGEG formatés dans les médiocres écoles et universités occidentales de la franc-maçonnerie avaient par-contre regardé, le déficit de l’instruction occidental de la franc-maçonnerie du blanc d’Albert Bongo pendant cinquante ans pour piller s’enrichir et nourrir la franc-maçonnerie. Observons-nous même leurs attitudes : ils sont tous les jours au pays de la franc-maçonnerie chez leur maitre au lieu d’aller chez eux se ressourcer à « La Sagesse » de leur village. Leurs villages qui ont fini pour beaucoup par disparaitre. Ils ont insisté dans cette médiocrité même quand Albert fera un effort de devenir comme eux : Bernard, Omar BONGO ONDIMBA pour les satisfaire, en exigeant au Père Vénérable Grand Maitre Introducteur, Initiateur Franc-maçon, de la Franc-maçonnerie au Gabon René RADEMBINO CONIQUET par la grâce du boom pétrolier en 1974, son entrée dans la moribonde franc-maçonnerie et la création de sa loge. Dépité Albert Bongo redevenu déclara cinquante ans plus tard : « J’AI POUR HABITUDE DE DIRE GABONAIS NOUS SOMMES, GABONAIS NOUS RESTERONS, PENSONS A NOTRE PAYS, PENSONS A NOTRE JEUNESSE, NOUS CROYONS EN DIEU, MAIS DIEU NE NOUS A PAS DONNÉ LE DROIT DE FAIRE DU GABON, CE QUE NOUS SOMMES ENTRAIN DE FAIRE. IL NOUS OBSERVE. IL DIT AMUSEZ-VOUS, MAIS LE JOUR OU IL VOUDRA AUSSI NOUS SANCTIONNER, IL LE FERA. QUE DIEU PROTÈGE LE GABON ».
    Ils auraient tous pu a cet instant, se consterner et se ressaisir, mais ses esclaves valets de la FEANF et de l’AGEG, formatés dans les médiocres écoles et universités occidentales de la franc-maçonnerie se sont mis à rire et à se moquer d’Albert Bongo. C’est pourquoi MUANGA (DIEU) nous a tous puni en 2009 en nous infligeant et en nous faisant subir la minable pénitence d’Ali Bongo.
    MUANGA (DIEU) nous a pardonné et nous pardonne avec le franc-maçon illuminé Jean PING, qui a accepté de redevenir Son Enfant. ALI BONGO EST L’ABCÈS PERCÉ DU PUE DE LA FRANC-MAÇONNERIE QUI COULE ET QUE NOUS DEVONS MAINTENANT TOUS ENSEMBLE SOIGNER LA BLESSURE. BWETE.
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION EST AMORCÉE #
    “GABON D’ABORD”

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW