L’ONG Opals a rassemblé ce 31 mars 2017 à Owendo (sud de Libreville) sa dernière cuvée de jeunes autour de la question du VIH/Sida, dans le cadre du programme ”Stoppons le wé là”.

Des élèves du lycée technique national Omar Bongo au cours de la campagne de sensibilisation, le 31 mars 2017. © Gabonreview

 

Arrivée au terme de son programme d’activités au Gabon, après 16 ans de présence continue, l’Organisation panafricaine de lutte pour la santé (OPALS) a effectué sa dernière action au Lycée technique national Omar Bongo d’Owendo. Plus de 1500 élèves ont pris part à cette journée de sensibilisation sur le VIH/Sida.

© Gabonreview

Le programme de sensibilisation dénommé ”Stoppons le wé là”, étalé de novembre 2016 à mars 2017, concernait les jeunes de 15 à 25 ans. «Parce que ce sont les plus touchés, il devient urgent de leur réapprendre à se protéger du VIH/Sida. Chez les jeunes filles 60% de nouvelles contaminations sont celles des 15 à 19 ans… l’idée c’est vraiment de sensibiliser cette jeunesse pour éviter qu’elle gâche sa vie, et puis surtout de permettre l’accès à l’information et tout de suite l’action derrière : le dépistage», a indiqué la coordinatrice du programme Gabon de lutte contre le VIH/Sida.

Cette activité de clôture a notamment offert des moments de sensibilisations consistant à réapprendre les pratiques sexuelles à adoptées pour se protéger de la maladie, de même que des animations d’artistes ambassadeurs du Sida comme Franck Ba’ponga et Moon.

La phase la plus marquante a été celle de dépistage qui a particulièrement enregistré de nombreux volontaires qui se sont soumis au test révélant leur statut sérologique. Selon la coordinatrice, Anaïs Noll Mbina, environ 700 jeunes ont été dépistés au cours de cette journée.

© Gabonreview

Selon cette dernière, cette synergie d’actions est utile pour inciter les jeunes à s’engager à faire le test rapidement, avant leur premier rapport sexuel. «Il y a de vrais mouvements pour la lutte contre le VIH/Sida, maintenant il faut en refaire une priorité nationale, parce que l’épidémie au Gabon stagne à 4,1% de prévalence, ce qui est quand même très important pour un pays avec une si petite population. Donc, il y a vraiment besoin d’un élan de réinvestissement de cette cause pour éviter que l’épidémie reparte, d’ici quelques années ça pourrait être le cas»

Le bilan de la campagne ”Stoppons le wé là” indique que 18 activités ont été initiées, 15389 jeunes sensibilisés, 5 communes visitées, 2579 dépistés pour 16 cas positifs. Une belle moisson pour l’Opals.

Au moment de partir, cette ONG française dresse un bilan global plutôt riche en activités en faveur de la lutte contre le VIH/Sida. Présent dans 5 pays en Afrique, elle est à l’origine au Gabon, avec l’aide de la croix rouge française, du premier centre de traitement ambulatoire au CHU de Libreville dédié à la prise en charge du VIH, des programmes de prévention de la transmission de la mère à l’enfant, des programmes de sensibilisations dépistages, ainsi des programmes d’accompagnement auprès d’ONGs locales pour les renforcer en terme de compétence et de connaissances sur la question du VIH. Elle a notamment assuré le renforcement d’une ONG locale dénommée Modzoe santé+ pour compléter la prise en charge de personnes infectées.

Auteur : Alain Mouanda

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW