A l’heure où se tient le dialogue politique national au Gabon, l’ancien ministre de la Justice en exil en France plaide pour la formation d’«une chaîne d’union contre l’oppression», afin que soient assistées les victimes de toutes sortes de violations des droits humains au Gabon, y compris celles des évènements du 31 août 2016.

Séraphin Moundounga, président de l’ONG Unité. © Sipa Press

 

Bien que promus et protégés par des conventions internationales et des lois et règlements nationaux, à l’instar de la Constitution, les droits de l’homme «sont chaque jour violés au Gabon». C’est en tout cas ce qu’a déploré Séraphin Moundounga, dimanche 9 avril à Paris, à l’occasion de la sortie de son ONG Unité (de droit français). L’ancien ministre de la Justice, aujourd’hui en exil en France après son divorce d’avec le pouvoir en place en août 2016, tient pour responsables «les dirigeants de droit ou de fait» qui, selon lui, «abusent du droit d’exercice des prérogatives de puissance publique, notamment d’exercice de la force organisée», dont ceux-ci jouissent.

Face aux divers abus (assassinats, tortures, enlèvements, déportations, emprisonnements, viols) à l’encontre des Gabonais, des opérateurs économiques et des partenaires du Gabon, qui font craindre «un grave glissement vers l’apocalypse» et l’instauration de l’«Etat sauvage», il propose de mobiliser les Gabonais et toutes les personnes éprises de paix et militant pour la défense des droits de l’homme à travers le monde. Aussi appelle-t-il «toute personne physique ou morale vivant au Gabon ou en dehors, de nationalité gabonaise ou autre, victime d’une violation du moindre de ses droits par la puissance publique gabonaise ou par tout particulier physique ou moral» à se manifester individuellement

L’idée de Séraphin Moundounga : la mise en place d’une «chaîne de réveil pour le salut public et la paix au Gabon» qui, au travers d’«actions multiformes», propose d’«apporter assistance» à toutes les victimes de violation des droits et celles de déni de justice au Gabon. Pour l’ONG Unité, œuvrant pour la promotion et la défense des droits humains, il s’agira d’aider ces victimes à recouvrer leurs droits et à se faire indemniser «sans délai». L’autre objectif assigné à cette «chaîne de réveil» est de «contribuer, avec d’autres forces vives de la nation, à la libération amorcée du Gabon et du peuple gabonais du joug de la tyrannie, sur le socle de laquelle doit être érigé, durablement, le socle d’un Etat démocratique».

Parmi les victimes à assister, l’ONG Unité dit avoir déjà recensé 22 catégories, dont celles de «graves violations des droits de l’homme depuis le conflit postélectoral commencé le 31 août 2016», les anciens agents de l’Etat gabonais n’ayant pas bénéficié de leurs indemnités jusqu’à lors, les victimes de la faillite de la PosteBank, les étudiants victimes de suppression de bourses, les déflatés de structures publiques et privées diverses (Gabon Telecom, CNSS, etc.), les agriculteurs et les routiers et transporteurs victimes du mauvais entretien des routes. Tous ceux-ci devraient bénéficier, au cas par cas, d’une assistance multiforme (administrative, médiatique, diplomatique, judiciaire). Espérons dès lors que la mobilisation souhaitée autour de la cause se fasse.

La déclaration complète de l’ancien Garde des Sceaux est consultable ICI.

 
 

10 Commentaires

  1. Nkembo dit :

    Va déposer les preuves à l’UE pour renforcer votre dossier. En attendant les sanctions qui tardent à venir

  2. jean dit :

    Ah Docteur MOUNDOUNGA ! que c’est bon de donner les leçons !Le Roi Moundounga,qui a appris à ce dictateur l’existence de l’expression”droit de l’homme”? Depuis quand cet homme a-t-il eu de la considération pour son prochain ? Caché en France Moundounga apprend que les Gabonais souffrent,lui qui méprisait tout le monde;le Ministre qui a introduit le “je vous vire “dans l’Administration.PING ne sera pas Président, mais lui il est devenu Judas Iscariot.

  3. jean -jacques dit :

    Les sous hommes brillent toujours par leur ignorance et leur haine c’est toi moundounga qui ose parler des droit de l’homme , or quand tu remplissait tes malettes en tant que ministre de la justice tu n’a rien fais sur les crimes rituels, il ya eu plus des crimes rituels les personnes innoncantes qui ont perdu leur vie , par rapport vos quelque victimes qui ont allé chercher la mort dans la rue.pour casser, bruller. tu es un pauvre type.

    • Le vrai dit :

      Ah jean-Jacques !
      Tu es et tu resteras ma bergère et c’est pourquoi moi ton berger je vais te répondre :
      “les sous hommes comme toi même brillent toujours par leur ignorance et leur haine. Cette petite phrase est bien ton portrait tout bonnement craché.

  4. Iboundji dit :

    « Matambi ma magèna ma gò vu o bola » [les traces de la panthère ne s’effacent jamais complètement] sagesse Punu

    « Ayong y’ atong b’aba nkèl ovon » [chaque tribu fabrique les manches de haches à sa façon] sagesse Fang

  5. azert dit :

    Il ira lui aussi à la CPI ce falot.
    Le génocide scolaire au Gabon c’est lui …

  6. jean jacques,comment tu définis les sous hommes? toi qui parle d’ignorance, quel est ton niveau intellectuel davant Moundounga?MOUNDOUNGA deffend une cause noble et reconnu mondialement,en quoi est il un pauvre type?vraiment tes raisonnements souffrent des graves carences intellectuelles,dommage que tu es aveuglé par des intérets et non pas la raison….

  7. jean -jacques dit :

    C’est triste de lire ce demi sous homme Mwane mussungue, un sous homme est considerer INFERIEUR EN TOUT. Et j’ai pas besoin de te dire mon niveau, et le comparer à celui de ce voyou moundounga qui a acheté son faux doctorat qu’il n’a jamais fait des publications, ni recherches. je ne suis pas celui qui achete les diplomes. les miens je merite. et tu trouveras un jour si tu sais même lire , mes travaux, et en te lisant tu n’a pas terminer le cp2 fort, ”MOUNDOUNGA deffend” le verbe defendre prend un F et non 2.
    ”une cause noble et reconnu ” l’accord, =une cause noble et reconnue. ”u es aveuglé par des intérets” = u es aveuglé par des intérêts, tu avale les accents?

    • Le vrai dit :

      Voilà que cet illettré de Jean Jacques s’érige en donneur de leçons alors qu’il reproche à Moundounga d’en faire de même. Le pire dans tout cela c’est que tu t’autoproclame professeur plus intello que lui en t’efforcant de corriger le poste d’un autre.
      As-tu relu ton 1er poste avant de jouer au super prof ?
      Ça se voit bien que toi même tu n’as pas fait le cp1 faible.
      Jamais je n’ai lu ou vu un commentaire de toi sans faute.
      Je te prends au défit si tu en doute.
      <>.
      Je te tiens à l’oeil. Ne l’oublie jamais. Tu pourras demander de l’aide à ton compère Nkembo.
      Avant de se moquer de celui qui se noie, traverse d’abord le fleuve stp.

  8. MOIMEME dit :

    Vraiment les Gabonais ont la memmoir courte les memes qui hier ont craché sur Moundounga acause de sont doctorat ceux la qui hier le condamnait lorsqu’il etait avec Ali comme il est soit disant opposant il est devenu tout d’un coup un saint une victime.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW