En réaction à la prise d’assaut de l’ambassade du Gabon en France par des partisans de Jean Ping, ceux d’Ali Bongo ont Vandalisé, le 3 juin à Libreville, le QG de Jean Ping à Libreville, non sans promettre une expédition punitive sur le Parvis des droits de l’homme (place du Trocadéro) où campent chaque samedi les partisans de l’opposition. «Ce qui arrivera, arrivera», a-t-il été promis. L’escalade.

Vu de la voie Express, le QG de Jean Ping aux Charbonnages à Libreville. © D.R.

 

Dimanche 3 juin 2018 à Libreville. Il fait jour, une poignée de personnes se retrouve sur le toit du Quartier général (QG) de Jean Ping, aux Charbonnages à Libreville. Comme des amateurs de l’extrême faisant filmer leur exploit, l’acte est pris en vidéo depuis une voiture garée sur la Voie Express. La vidéo fera le tour des médias sociaux gabonais, dans la même journée. Elle relaie le démontage de l’affiche géante, estampillé «Jean Ping président», qui recouvrait jusqu’ici les deux derniers étages dudit QG depuis la dernière élection présidentielle.

En différé, le démontage de la grande affiche du QG de Jean Ping, le 3 juin 2018. © D.R.

«Retour à l’envoyeur».

Le panneau géant, marqué «Jean Ping président» et arborant le portait de celui-ci, n’est donc plus visible sur le QG de l’opposant. Intervenant, le 3 juin, deux jours après la prise d’assaut de l’ambassade gabonaise à Paris par des manifestants se réclamant de Jean Ping, l’opération résonne comme la réplique des partisans d’Ali Bongo dont la photo officielle a été foulée aux pieds à Paris. Une voix off sur la vidéo clame d’ailleurs la satisfaction : «Voilà ! Au Gabon, il y a un seul président, c’est Ali Bongo Ondimba !». Sur Facebook notamment, d’autres partisans du pouvoir n’ont pas manqué de parler de «retour à l’envoyeur».

Interrogé sur cette intrusion dans l’enceinte privée abritant le QG du leader de la Coalition pour la nouvelle République (CNR), Benoît Mouity Nzamba a laissé entendre : «ce n’est pas une action anodine. Il faut la prendre comme une agression, elle-même suite d’autres agressions. La première ou principale ayant consisté à massacrer les gens en août 2016. C’est la suite logique de cela et le régime, comme vous le savez, est congénitalement violent.» Le président du Parti gabonais du progrès (PGP) s’étonne de ce que le périmètre bouclant le domicile de Jean Ping et son QG, est toujours truffé de gendarmes et policiers qui n’ont pas pu mettre la main sur ces «des voyous si bien fortunés».

Ranger Rover, Porsche et expédition à Paris

En effet, comme pour un repérage, les vandales étaient passés sur les lieux, le samedi 2 juin, à bord de trois véhicules de luxe selon les témoignages du gardien de l’immeuble : «2 Ranger Rover et 1 Porsche Cayenne blanc». Le lendemain, le portail fermé a été escaladé, les vitres du rez-de-chaussée brisées avant d’accéder au balcon du 5e étage pour décrocher le support du poster. Ce qui fera dire à Mouity Nzamba que «c’est une action de type militaire. Ce n’est pas vous et moi qui pouvons le faire, plutôt des gens organisés pour ce type d’action

Visiblement, l’escalade n’est pas terminée, les partisans de l’Émergence à la gabonaise promettent une descente à Paris à ce sujet. Se disant «en colère», Gaël Koumba Ayouné, connu comme «Le Général des Forces Armées du Mapane», a annoncé la couleur sur sa page Facebook : «Ambassade du Gabon en France : Ceci est un appel solennel à tous les soldats de son excellence Mr le Président de la République Gabonaise Ali Bongo Ondimba, un départ imminent pour la France. Nous serons le samedi 09 juin 2018 aux parvis des droits de l’homme. Ce qui arrivera, arrivera…». Qui donc va financer l’équipée punitive annoncée ? Quelles conséquences en perspective ? On croyait venu le temps de la responsabilité, l’heure de l’apaisement.

 
 

25 Commentaires

  1. floyd mathody dit :

    Ce plaisantin de général des Mapanes prend les parvis des droit de l’homme au Trocadéro comme le carrefour Rio.

    • gaston dit :

      Il a été bref. Maintenant nombreux realiseront que personne n’a ni le monopole de la sauvagerie, ni de la violence.

      • Gabana dit :

        Vous vous trompez. C’est le pdg et les Bongo qui ont le monopole de la violence. Assez longtemps le peuple a supporté les coups patiemment, maboulement. Les dictatures se disent artisants de paix lorsque le peuple ne réagit à leur coup et ils se font des artisans de paix lorsque le peuple commence à protester ils augmentent leur cruauté. On ne peut pas comparer le dépôt d’une photo dans un lieu qui appartient à tous les gabonais à la destruction du bien d’un citoyen. On ne peut pas comparer les hués de la résistance sur les gens du régime aux meurtres du 31 août et avant. Malheur au pays dont les dirigeants et le roi en particulier sont des criminels. Je ne sais si les pédégistes sont conscient qu’au point où nous sommes, il n’est plus possible de faire reculer les résistants et qu’ils auront besoins de plus de violences qui engendrera la même violence. Que les gabonais le comprennent désormais c’est au prix de notre sang que la dignité de notre pays sera restaurée c’est aussi au prix de notre sang que les émergents vont le faire sombrer. Il n’y a plus d’alternarif ne devint consentir des sacrifices pour combattre le monstre et délivrer le pays.

  2. Ari dit :

    Ils iront excercer leurs represailles au Trocadero comme represetants de qui ou quoi? ALi, l’Etat, milice, armee gabonaise???
    Vraiment l’Etat voyou!!!

  3. Axelle MBALLA dit :

    Lui…Général des mapanes? Général merdique oui! Qu’ils viennent à Paris, lui et sa racaille des criminels. Depuis qu’il a appris que l’on peut vivre en substituant l’échec scolaire aux crimes, il se sent pousser des ailes. Qu’ils viennent, on va leur apprendre. Car soudainement, au lieu de développer les mapanes, c’est de notre sang, qu’il veut trouver de l’inspiration? C’est qund on boit du sang humain tel que c’est répandu dans ce système du crime, qu’on peut se permettre de défendre l’indéfendable…
    A mon avis, ce gêné(râle), repartira,sans jamais remettre les pieds ici.
    Il doit avoir un passeport diplomatique version gabonaise, donc expurgé des vraies qualités diplomatiques pour se permettre ce tourisme financé par les “industries gabonaises de la mort” et séjourner à chaque fois à la tête d’impressionnants groupes de criminels.

  4. Axelle MBALLA dit :

    Gabonreview…Ne te voyons. Tu fais des efforts d’équilibre. Mais certains titres nous semblent médiocres. Celui-ci est trop, et visiblement écrit dans la peur. De votre haute intelligence, je sais qu’au fond de vous, vous saisissez la gravité diplomatique du geste symbolique des gabonais à la recherche de la liberté de leur pays confisqué par les criminels que vous connaissez mais ne citez point, malgré le long tapis des meurtres organisés et commandités dans ce petit pays de pas même deux millions d’habitants, et aux mains des pillards et complices..

  5. Isabelle dit :

    Mdr…Quoi que vous puissiez faire, le régime usurpateur de BOA va tomber. Croyez-moi.

  6. BSerge Okogo dit :

    @Gael Koumba,
    Un conseil d’ami. Reste là où tu es.Ne viens pas aggraver le cas d’Ali Bongo.Ton pseudo passeport diplomatique ne te protégera pas chaque fois que tu viens foutre la merde pour le compte d’Ali Bongo. Dès à présent, apprends que, Jean Ping est le président de la République Gabonaise.

  7. Milangmissi dit :

    Tout ceci se passe aux yeux aux su de la force publique. Les Résistants à Paris ont posé un acte politique en s’en prenant à un bâtiment de l’Etat gabonais. Les gens qui se sont rendus chez Jean Ping s’en sont pris à un édifice privé.
    Pour ce qui est de gael ayouné qu’il vienne à Paris, ça lui permettra de renflouer ses poches qu’il n’oublie pas d’aller chercher Dworaczek Bendome mais qu’il sache qu’il trouvera des hommes et des femmes épris du Gabon qui lui répondront coup pour coup.
    Notre cause est infiniment plus nobles que son appât du gain, la force qui nous anime est celle qui les empêche de dormir. Qu’il sache tous ces oiseaux de mauvais augures que depuis la première marche nous n’avons jamais été seuls.Oui je crois aux forces de l’esprit qu’ils sachent que les personnes qu’ils ont assassiné les attendent au Trocadéro.

    “Personne ne fera le Gabon à notre place” Gregory Ngwba Mintsa.

  8. Alan dit :

    Gaëlkoumba Ayouné,n’a rien compris du bon sens lié au combat que mène chaque gabonais même dans sa maison pour détrôner ce système qui abruti ses enfants par considérations d’outre-tombe.
    Gaël koumba devait se remémorer de l’utilisation à des fins de brigandage de fantomas(frère cadet de Mr Ndemezo)par le système PDG,suivi de sa liquidation !!!

  9. Ikobey dit :

    L’article aurait pu s’appeler « surenchère dans la bêtise ».

    On ne réagit pas à une bêtise par une autre bêtise !
    La réaction du Général Koumba Ayouné est affligeante et n’est pas digne de sa fonction. On peut s’interroger sur le niveau des subalternes comme quoi il faut toujours se méfier des militaires !
    L’heure ne doit pas être à mettre de l’huile sur le feu mais à l’apaisement.
    Le Président devrait intervenir pour taper sur la table et recadrer fermement tout le monde et Ping aurait beaucoup à gagner à faire la même chose avec ses troupes.
    Parce que l’un comme l’autre se veulent être Président de tous les Gabonais, il faut cesser de faire s’affronter les Gabonais entre eux. Le chaos ne produit que des perdants.
    C’est comme ça que doit réagir un chef , à mon humble avis.

    • Nkembo dit :

      @ Ikobey,
      Vous êtes un vrai patriote
      Respects à vous que Dieu vous bénisse.

    • Milangmissi dit :

      “La réaction du Général Koumba Ayouné est affligeante et n’est pas digne de sa fonction”
      C’est quoi la fonction de ce type ? Assassin ? Chef de Gang ? Rabatteur?
      Dignité et koumba ayouné dans la même phrase, on ne peut pas dire que vous osez tout j’espère qu’on ne vous reconnaitra pas cela.

  10. Axelle MBALLA dit :

    Et..@Bibang Serge qui vient nous prouver que sans lui, nous qui luttons pour un Gabon libéré, puis libre, un Gabon sans crimes crapuleux, sans pillages massifs…Oui @Bibang Serge, du haut de son intelligence, traite qui il veut, sans…forcement savoir à qui il s’attaque.

  11. jean- jacques dit :

    il fallait mettre mettre le feu , la baderole ne suffit pas. c’est ce vieillard qui insite ses voyou qui ont fuient le Gabon pour vivre avec les aides sociales.

  12. KIEM dit :

    Si j’ai bonne mémoire, ce pseudo général n’a-t-il pas déjà été chassé par la Police française du Trocadéro en compagnie de Dworaczek Bendome et autres médiocrités de sa bande. Il promet de revenir en découdre avec la Diaspora bien-aimée, les vrais filles et fils du Gabon les attendent, la Police aussi pour leur acte prémédité publiquement.

  13. Axelle MBALLA dit :

    Drôle,d’arme qu’il a entre les mains, le gêné (râle) des mapanes. Espérons qu’il n’y soutire pas la baïonnette située au bout de ce fusil. Il va s’y asseoir… On va lui apprendre.
    Mais à ce qu’il semble, peut-être qu’il n’aura même pas mal. La “fréquentation
    ” de la raie est “une tradition de leur milieu criminalo-satano-politique” .
    Désolé pour cette “couture”, c’est pour tailler en une seule mesure l’ensemble de leurs forfaits ignobles qu’il devra porter après cette ènième poisse que nous lui préparons en cadeau de bienvenue…A lui et à sa bande…Y compris les infiltrés que nous connaissons.

  14. AGORA dit :

    Le jour va bientôt ce lever….”éveilles toi Gabon, une aurore ce lève et encourage l’ardeur. ….(extrait de l’hymne nationale du Gabon )

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW