Libreville mobilise ce 6 juin les communautés médicales et scientifiques du Gabon et du monde dans le cadre des 5e Journées médicales du Gabon. Un rendez-vous scientifique qui se tient dans le sillage de la célébration des 10 ans de la mort du président Omar Bongo autour du thème : «la transition épidémiologique en Afrique subsaharienne : nouveaux défis et perspectives.

Denise Mekam’ne et les membres du comité d’organisation, le 6 juin 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Le ministère de la Santé, la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la paix, la science, la culture et l’environnement, ainsi que plusieurs partenaires, à l’exemple des laboratoires pharmaceutiques, organisent à Libreville les 5e Journées médicales du Gabon. Ces rencontres scientifiques d’échange et de partage de connaissances, entre autres, se tiennent en hommage au président Omar Bongo, décédé le 8 juin 2009, et dont on célèbre, cette année, le dixième anniversaire de cette disparition.

«Les journées médicales du Gabon constituent une plateforme d’échange de haut niveau pour les chercheurs et praticiens d’horizons divers et de spécialités différentes, afin de mettre à jour les connaissances factuelles et scientifiques prouvées», a expliqué le ministre de la Santé,  Denise Mekam’ne.

Moments de la cérémonie de lancement. © Gabonreview

Pour le chef du département de la Santé, «le thème fait appel aux thématiques liées aux maladies transmissibles, mais également au lourd fardeau que constituent de nos jours les maladies non transmissibles telles que le diabète, l’hypertension artérielle et leurs conséquences, les cancers, l’insuffisance rénale et d’autres déterminants métaboliques».

Plusieurs membres des communautés médicales et scientifiques sont ainsi au Gabon à l’exemple notamment du Pr Benjamin Longo-Mbenza de la République démocratique du Congo (RDC), du Dr Eric Jacob Benizri de France, du Pr Achille Massougbodji du Bénin, du Pr Jean Philippe Neau de France. En dehors des témoignages que la plupart des participants ont rendus en hommage à Omar Bongo, l’événement s’est poursuivi avec la conférence inaugurale du Pr Neau.

Ce dernier a exposé sur «l’actualité sur la prise en charge à la phase aiguë des infarctus cérébraux». Dans les plénières, les Pr Aristophane Tanon Koffi, Jean-Baptiste Anzouan Kacou et Achille Massougbodji aborderont respectivement les thèmes suivants : les «infections émergentes et transition épidémiologique en Afrique subsaharienne», la «morbimortalité et risque cardiovasculaire en Afrique subsaharienne : état des lieux» et l’«élimination / éradication du paludisme d’ici 2030/2050 : défis et perspectives».

Plusieurs autres conférences meubleront ces deux jours d’échanges jusqu’au 7 juin.  L’accent sera notamment mis sur la lutte contre les maladies non transmissibles, la prise en charge des cancers du sein, le vieillissement et les maladies rénales, ou encore la prévalence des neuropathies à Libreville, le profil tensionnel et facteur de risque cardiovasculaire en milieu scolaire.

Profitant de cette occasion, tout en rendant un vibrant hommage à Omar Bongo dont l’œuvre a maintes fois été saluée via de nombreux témoignages, le ministre de la Santé a déclaré : «Je dois rendre un vibrant hommage à la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la paix, la science, la culture et l’environnement qui œuvre inlassablement à pérenniser les œuvres de l’illustre disparu, à travers leurs soutiens multiformes aux populations, en complément des initiatives du gouvernement».

Denise Mekam’ne a indiqué que «le gouvernement fonde un espoir sur les conclusions de ces assises qui contribueront à enrichir les axes de développement des actions que nous menons pour la santé des populations gabonaises».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW