Dans le cadre des manifestations et des hommages commémorant les 10 ans de la disparition du 2e président de la République gabonaise, Omar Bongo, le ministère de la Culture et la Fondation Omar Bongo pour la paix, la science, la culture et l’environnement, ont organisé, le 8 juin au musée national, des arts et traditions, un vernissage sous le thème «un homme, un destin», retraçant les différentes facettes d’une vie et d’une œuvre aussi immenses que complexes. L’exposition durera un mois.

Les visiteurs admirant une statue d’Omar Bongo dévoilée lors du vernissage en son honneur, le 8 juin 2019, au musée national de Libreville. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Parmi les manifestations organisées pour célébrer les 10 ans de la mort d’Omar Bongo Ondimba, le vernissage du musée national, le 8 juin dernier, a constitué l’un des temps forts de la célébration. Il a, en effet, enregistré la présence de plusieurs membres de la famille du disparu, ainsi que des membres du gouvernement, des parlementaires et des responsables d’institutions, à l’exemple de la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo.

Décédé le 8 juin 2009 à Barcelone (Espagne), Omar Bongo Ondimba, président de la République de 1967 à 2009 (42 ans), a été célébré de fort belle manière. Au Musée national, c’est autour d’un vernissage qu’un vibrant hommage lui a été rendu. Conçu par le photojournaliste Désirey Minkoh, ce vernissage sous le thème «un homme, un destin» était constitué de photos de l’illustre disparu, présenté comme «bâtisseur de l’unité nationale et apôtre de paix». «Une exposition exceptionnelle d’un homme exceptionnel qui a marqué le monde et l’histoire», selon le ministre de la Culture, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

L’exposition-photos présente plusieurs temps forts voire séquences de la vie d’Omar Bongo. On peut y voir le chef de famille, l’homme politique prônant l’unité nationale, le sportif, le diplomate cherchant en permanence des solutions pour de meilleures relations et coopérations avec d’autres pays. Outre ces photos le montrant avec le peuple, avec les personnalités du monde qu’il a côtoyé ou encore les grands chantiers qu’il a engagés pour le développement du Gabon, deux voitures berlines, désormais objet de collection, ayant appartenu à l’ancien chef de l’État ont été présentées. De même, l’une de ses paires de lunettes et son bureau font partie des éléments présentés de cette exposition qui durera un mois.

Pour Michel Essonghé, le président de la Fondation Omar Bongo, ce vernissage «constitue un devoir de mémoire» pour celui qui fut pour lui «un guide». «Cette exposition devra ouvrir d’autres actions pour la Fondation dont j’ai la charge. Notre devoir d’État, est de faire partager aux générations futures, l’héritage d’Omar Bongo Ondimba», a-t-il ajouté.

Au terme de la visite, par les officiels, de cette exposition, une statue à taille réelle d’Omar Bongo a été dévoilée. Aussi vraie que nature, la sculpture a provoqué de l’émotion chez plusieurs visiteurs qui assurent pour l’essentiel qu’«Omar Bongo restera à jamais dans leur cœur».

 
 

7 Commentaires

  1. BIBALOU ANTOINE dit :

    C’est aux français de décider si on peut dire du bien d’un ASSASSIN – USURPATEUR. OBO autant que BOA ont été un vrai CANCER pour notre Gabon. Et voici qu’on les ENCENSE…

    Au fond, ils ont droit d’être encensés parce qu’ils tellement donnés des MALLETTES D’ARGENT aux hommes politiques français. C’EST CE QUI FAIT OUBLIES LES CRIMES QU’ILS ONT EU A COMMETTRE.

    Mais nous les Gabonais qui avons perdus des êtres CHERS assassinés par ces deux là, nous ne pouvons pas oublier, et nous crions VENGEANCE…

  2. GREGOIRE dit :

    J’ai VRAIMENT HONTE d’être Gabonais en voyant de telles bêtises. Ce n’est pas normal de jeter des fleurs à des criminels et voleurs. Lui (Omar Bongo) et son fils adoptif (Ali Bongo) n’ont absolument rien fait au Gabon. 50 ans de règne DÉSASTREUX.

  3. Jomi dit :

    le 08 juin date d’un crash aérien ( Gabon Express) ou nous avons perdu des compatriotes. Personnes n’en parle. Donc le culte de la personne ou des Bongo est si fort que ça dans nos mémoires. Bref, moi je n’oublie pas

  4. Ossouka dit :

    Ne disent du bien de lui que ceux qui ont profité de lui et de son défunt fils adoptif Ali Bongo.

    Moi et beaucoup d’autres gabonais, On a beaucoup souffert avec cette famille Bongo que les français soutiennent.

    Toujours des étrangers comme président au Gabon. Seigneur prends pitié de ce peuple gabonais qui souffre depuis 1960…

  5. Théodore dit :

    Quand la démocratie s’installera dans ce pays, la BONNE GOUVERNANCE, il faudra DÉTRUIRE CE MAUSOLÉE. Omar Bongo ne le mérite pas, ainsi que son fils adoptif.

  6. Nestor dit :

    C’est bien triste que de dépenser tant d’argent pour quelqu’un qui a passé 42 ans à voler. Essayez d’imaginer la colossale fortune dilapidé par les Bongo et investi dans le pays. Et quand on dépense encore une fortune pour un mausolée… Oui, c’est bien triste tout ça, Et de voir toujours ce peuple croupir dans la misère la plus totale.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW