Le champion de taekwondo gabonais qui avait démarré la compétition avec une victoire (18-2) face au burkinabé Aboubacar Drabo en quart de final s’est incliné en demi-finale face à l’égyptien Abdelrahaman Darwish. L’athlète évoque «une faute grave» de la part des arbitres.    

L’international gabonais, Anthony Obame, le 21 août 2019 à Rabat (Maroc). © Capture d’écran/D.R.

 

Alors qu’il avait bien commencé la compétition, avec une victoire (18-2) face au burkinabé Aboubacar Drabo en quart de final, Anthony Obame a été battu en demi-finale, le 21 août, par l’égyptien Abdelrahaman Darwish. Le Gabonais a achevé ces 12e Jeux africains organisés au Maroc depuis le 18 août avec une médaille de bronze. Une bien maigre moisson au regard des ambitions qu’il nourrissait. D’autant que lors des éditions précédentes des Jeux africains à Maputo (Mozambique) et à Brazzaville (Congo), le vice-champion olympique (2012), champion du monde et champion d’Afrique dans la catégorie des poids lourds avait atteint la finale.

Seulement, la défaite de l’athlète gabonais face à l’Égyptien a été entachée de polémique autour de la qualité de l’arbitrage. Peu enclin à discuter les décisions des arbitres jusqu’à lors, Anthony Obame n’a pas moins exprimé sa déception. «L’Égyptien méritait une sanction qui devait relancer le combat, mais l’arbitre lui a arbitrairement donné la victoire. C’est une faute d’arbitrage grave. C’est dommage pour ce sport que nous aimons tant. Nous n’avons pas besoin de coups bas de la sorte», s’est-il exprimé au terme d’un match de demi-finale interrompu plus d’une fois pour solliciter l’intervention de la vidéo.

Toutefois, le champion gabonais affirme qu’il est «prêt» pour d’autres compétitions. «Ce résultat ne reflète pas la forme que j’ai en ce moment», assure-t-il.

 
 

1 Commentaire

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW