Un jour après les révélations des réseaux sociaux sur la somme de 2 milliards de francs CFA allouée au financement du siège du Parti démocratique gabonais à Franceville en 2019, l’Union nationale (UN) a exigé, le 14 janvier, des explications au Premier ministre et au secrétaire général du PDG sur cette affaire qui, dit-elle, “paraît relever de la concussion”.

Le secrétaire exécutif de l’Union nationale, Minault Zima Ebayard. © D.R.

 

Par le biais de son secrétaire exécutif, l’Union nationale a exigé, le 14 janvier, des explications du Premier ministre et du secrétaire général du PDG sur l’enveloppe de 2 milliards de francs CFA affectée au financement du siège du parti d’Ali Bongo à Franceville, en 2019. L’information a été révélée vingt-quatre heures plus tôt par un fac-similé circulant sur les réseaux sociaux et repris par Gabonmediatime.

S’il s’est dit scandalisé par la gravité de l’affaire, alors qu’une opération anticorruption est en cours et que des «mesures d’austérité injustes sont imposées aux populations», Minault Zima Ebayard n’a pas manqué de faire un petit rappel historique.

«Depuis 2010, le PDG est un parti distinct des instances de l’État, l’Union nationale s’étonne d’une telle affectation budgétaire en faveur de ce parti politique en dehors des dispositions prévues par la loi 24/96 relative aux partis politiques».

En attendant d’initier d’autres actions en vue de la manifestation de la vérité, le secrétaire exécutif de l’UN a invité le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, le ministre du Budget ainsi que le secrétaire général du PDG, Eric Dodo Bounguendza, à donner des explications sur «cette transaction financière entre l’État et le PDG qui parait relever de la concussion».

 
 

1 Commentaire

  1. Père de Dieu dit :

    JNB négocie son poste de premier ministre jusqu’en 2023. Circuler y a rien à voir. L’opération “Scorpion” c’est pour les autres, pas pour le roitelet et le roi.

    Père.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW