Représentant le Chef de l’État gabonais à la tribune de la 74e Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), le ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a prôné une réforme de la gouvernance mondiale. Pour le chef de la diplomatie gabonais, il faut nécessairement une plus grande justice et un partage équitable de responsabilités entre le Nord et le Sud.

Le ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze, lors de son allocution à la tribune des Nations-Unies. © Capture d’écran/ D.R.

Le ministre gabonais des Affaires étrangères s’est exprimé le 27 septembre dernier à la tribune officielle des Nations unies. Au nom du président de la République, Alain-Claude Bilie-By-Nze a porté le message du Gabon invitant le monde à la réforme de sa gouvernance, estimant qu’il y a désormais nécessité d’une plus grande justice et d’un partage équitable de responsabilités entre le Nord et le Sud.

La thématique principale de cette 74e session de l’Assemblée générale de l’ONU était axée sur les moyens appropriés pour  «Dynamiser les efforts multilatéraux pour l’éradication de la pauvreté, l’éducation de qualité, l’action contre le changement climatique et l’inclusion». Partant du fait que l’Afrique est faiblement ou est non représentée au sein de certains organes des Nations unies, cette réforme de la gouvernance mondiale devrait permettre de rétablir l’équilibre.

Elle devrait permettre une représentation du continent africain au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, conformément à la position commune exprimée par les États membres de l’Union africaine (UA) et contenue dans le Consensus d’Ezulwini. Adoptés lors du Sommet de l’UA en 2005 et élaborés par le Comité des Dix sur la réforme de l’ONU, le Consensus d’Ezulwini et la Déclaration de Syrte présentent une position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le ministre des Affaires étrangères a indiqué que cette «réforme aura l’avantage de réconcilier le monde avec les dynamiques de son temps, mais surtout de réconcilier la communauté internationale avec les valeurs qui ont fondé notre foi commune d’éradiquer à jamais le spectre de la guerre et maintenir élevé l’étendard de la paix». «Au nom de ces valeurs, plus d’un milliard d’individus ne peuvent plus être privés du droit de peser sur la conduite de l’agenda mondial», a-t-il ajouté.

Alain-Claude Bilie-By-Nze s’est également appesanti sur la thématique générale pour évoquer les effets dévastateurs du réchauffement climatique, l’indigence des résultats dans cette lutte, non sans évoquer le terrorisme, la famine, la malnutrition, les crises migratoires et les maladies endémiques, entre autres. Des éléments perturbateurs qui mettent à mal «le bien-être des forces vives de nos nations».

«Oui, nous sommes plus que jamais condamnés à agir collectivement pour concilier le développement à la paix durable et à la préservation de l’environnement pour les générations actuelles et futures», a-t-il exhorté.

Le ministre des Affaires étrangères a salué les efforts du chef de l’État gabonais dans la recherche des solutions aux problèmes climatiques, de même qu’il a salué son œuvre de recherche de dialogue et de paix dans les zones en conflit dans la sous-région, notamment en concertation avec ses pairs de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).  

Le Dialogue national au Cameroun et l’embargo sur les armes en République centrafricaine (RCA) n’ont pas été omis dans ce discours. Alain-Claude Bilie-By-Nze a salué l’initiative du président camerounais, avant de demander la levée de l’embargo sur les armes qui frappe la RCA.

 
 

1 Commentaire

  1. Ondo dit :

    MÊME HORS SUJET, PRENEZ CONNAISSANCE QUAND MÊME SVP :

    Les africains se sont battus pour obtenir leurs indépendances. Et ont nous les a “données” comme on pourrait donner UN OS A UN CHIEN POUR LE CALMER. Mais en réalité, nous ne le sommes pas toujours. LE NÉOCOLONIALISME EXISTE DEPUIS 1960 AU GABON. Aujourd’hui, c’est plus grave avec ce qui se passe dans notre pays.

    Que notre assemblée nationale et notre sénat puissent au moins s’INDIGNER par rapport à l’humiliation que nous subissons aujourd’hui par la FRANCE SVP…

    https://www.facebook.com/omwanawintche.lenfantdupays.92/videos/445321879666166/

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW