Le ministre de la Forêt et le président de l’ONG Environnemental Investigation Agency (EIA) ont visité le bureau indépendant de certification et de traçabilité du bois de Nkok, le 29 août. Il s’agissait pour Lee White de présenter cet outil à Von Bismarck et solliciter l’expertise de l’ONG américaine en matière de gestion durable des forêts.

Lee White et Alexander Von Bismarck au Tracer Nkok, le 29 août 2019. © Communication gouvernementale

 

Le Tracer Nkok, situé au sein de la Zone économique à régime privilégie (Zerp), est un outil stratégique de l’industrie du bois. Il a reçu une visite de choix le 29 août. Accompagné du président de l’ONG Environnemental Investigation Agency (EIA), le 29 août, le ministre de la Forêt a, en effet, visité ce bureau indépendant de certification et de traçabilité du bois.

Il s’agissait pour le membre du gouvernement de présenter à Alexander Von Bismarck, le processus du bois transformé dans cet espace économique. «Notre objectif est de nous assurer de la crédibilité et de la légalité du bois made in Gabon, afin qu’il soit écologiquement durable, traçable et pleinement conforme aux lois internationales», a affirmé Lee White.

Le Tracer de Nkok filtre et comptabilise 100% des grumes entrant dans la Zerp, afin de s’assurer de l’admission des seules grumes ayant subi une évaluation de légalité. Le bureau s’assure également de la traçabilité des grumes, de la forêt jusqu’aux usines de transformation de la Zerp. En faisait découvrir cet outil au président de EIA, l’idée pour Lee White est de solliciter l’expertise de l’ONG américaine, en matière de gestion durable des forêts.

Une démarche saluée par Von Bismarck. «Depuis la publication de notre rapport, des mesures concrètes ont été prises. D’importants progrès ont été réalisés pour améliorer la gouvernance dans le secteur forestier», a-t-il déclaré. L’ONG a récemment joué un rôle clé dans la condamnation de la société Wan Chuan Timber SARL (WCTS). Sur la base d’une vidéo publiée par EIA, la justice gabonaise a reconnu la société chinoise coupable d’exploitation forestière illégale à Makokou.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW