Sur le thème : “Ne te mesure jamais au train”, la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) a lancé, lundi 4 novembre, à la gare de Ntoum, la seconde phase de sa campagne de sensibilisation sur les dangers liés à certains comportements observés chez les riverains de la voie ferrée. Cette sensibilisation pour laquelle une soixantaine de jeunes ont été formés s’étendra jusqu’au 3 décembre prochain.

Des agents sensibilisateurs de Setrag à l’action, le 4 novembre 2019, à la gare de Ntoum. © Gabonreview

 

Moments du lancement de la campagne coordonnée par François Ndong Anzele (debout), et vue de la bande dessinée. © Gabonreview

11 862 élèves répartis sur 34 établissements scolaires situés tout le long de la voie ferrée allant de la gare de Ntoum à celle de Moyabi, soit 376 kilomètres. C’est l’impact souhaité par Setrag, qui a lancé lundi au PK 34, la seconde phase de sa campagne de sensibilisation sur les dangers liés à certains comportements observés chez les riverains de la voie ferrée.

Après celle de 2018, elle aussi organisée en collaboration avec le ministère des Transports représenté par l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF), l’édition 2019 a une particularité : celle-ci s’accompagne d’une bande dessinée au titre plutôt évocateur : “Ne te mesure jamais au train”. Imprimée à 15 000 exemplaires, «cette bande dessinée est destinée à informer des mauvais et bons comportements  liés à la circulation aux abords des voies ferrées», justifie la direction générale, qui ne nie pas que c’est davantage le public jeune qui est la principale cible de cette nouvelle campagne de sensibilisation. D’où l’accent mis sur les élèves.

Pour ce faire, 60 jeunes ont été formés aux techniques d’approche, d’écoute et de sensibilisation des jeunes apprenants sur les potentiels dangers aux abords du chemin de fer. Pour cette campagne qui court jusqu’au 3 décembre prochain, François Ndong Anzele, coordinateur général du projet, présente trois objectifs : «inculquer la culture de la sécurité ferroviaire telle que cela se passe pour la sécurité routière ; avoir une base commune de connaissances en termes de culture de la sécurité ferroviaire ; réduire les pertes en vies humaines liées aux déplacements dans les emprises ferroviaires».

«L’importance d’aller dans les établissements scolaires tient du fait que nous souhaitons inculquer aux jeunes élèves la nécessité de véhiculer auprès de leurs amis, aînés et parents le message qu’on leur aura transmis dans les salles de classe», précise le coordinateur général de la campagne qui s’effectuera sur trois secteurs : gare de Ntoum-gare de Ndjolé ; gare de Ndjolé-gare de Mouyabi et commune de Booué.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW