Huit jours après le décès du jeune manifestant Mboulou Beka, la famille qui accuse les autorités de faire de «la publicité mensongère» et du «harcèlement», exige la vérité.

Les membres de la famille, le 28 décembre 2014 à Libreville. © Gabonreview
Les membres de la famille, le 28 décembre 2014 à Libreville. © Gabonreview

 

Depuis le décès de Mboulou Beka dans des circonstances restées floues à ce jour, sa famille s’était réservée un droit de silence qui a été brisé, le dimanche 28 décembre, par l’entremise d’un point de presse aux allures de conflit familial opposant 2 camps distincts : l’un pour que le silence perdure et l’autre pour exiger des autorités publiques que toute la vérité soit faite sur la mort du leurs. Si Emmanuel Ondo Methogo, ancien vice-Premier ministre et membre plus ou moins influent de la famille, s’est clairement prononcé contre la tenue du point de presse parce que, a-t-il estimé, «ce n’est pas ça qui fera revenir Mboulou Beka», l’autre «camp» conduit par Christophe Ovono Allogo à quant à lui tenu à donner son appréciation du traitement réservé à cette «affaire». Aussi, a-t-il dénoncé «la publicité mensongère et macabre faite autour de cet événement malheureux et le comportement choquant de la Gendarmerie, du Parquet de la République et des hommes politiques du pouvoir en place dans la gestion de la communication y relative».

En effet, alors que les circonstances de la mort brutale, le 20 décembre courant, du jeune manifestant n’ont pas encore été élucidées, un curieux remue-ménage est observé au sein de la classe politique gabonaise de tous bords, chacun voulant, soit tirer le malheur à son avantage, soit nier sa responsabilité dans le décès d’un jeune gabonais qui n’a fait qu’exprimer sa colère. Une situation qui a tôt fait de tordre la vérité, estiment les membres la famille qui rappellent par ailleurs que «quand Mboulou Beka est tombé sous les balles des Forces de l’ordre, c’était sous les yeux des membres de sa famille qui étaient avec lui, et des milliers d’autres personnes». Pourtant, depuis plusieurs jours, l’on cherche à tronquer la vérité, estime la famille, non sans rapporter que le même jour, à 19 heures 30, un parent du défunt a tenté de la joindre par téléphone, qui s’est vu être informé du décès «avec désinvolture et sans ménagement» par «un gendarme du Gros-Bouquet», ayant eu le soin de lui dire que le corps était à la morgue de Gabosep.

Les membres de la famille, le 28 décembre 2014 à Libreville. © Gabonreview
Les membres de la famille, le 28 décembre 2014 à Libreville. © Gabonreview

«Un morceau de Kleenex sur le front»

Depuis le décès de Mboulou Beka, les supputations vont bon-train sur les circonstances de sa mort et davantage sur le lieu du drame. Simple projectile ou balle de fusil ? Chacun y va de son inspiration, foulant au pied le respect de la famille éprouvée qui raconte : «(Après avoir reçu l’information du gendarme), nous retrouvons effectivement le corps de Mboulou Beka à Gabosep, portant un morceau de Kleenex tâché de sang à un endroit précis. Kleenex que nous avons enlevé et nous avons alors vu par nous-mêmes un trou sur le front de Mboulou Beka. Notre jeune frère assassiné était simplement vêtu d’un pantalon.» Le médecin légiste se serait-elle trompée ? Pour la famille, tout porte à croire que «oui», si ce n’est que la version des autorités publiques cache autre chose. «C’est par le journal télévisé (…) de Gabon Télévision que nous apprenons qu’un médecin légiste, le Dr Lucie Pemba, a autopsié le corps de Mboulou Beka, sans nous avertir, comme tout médecin ayant prêté le serment d’Hippocrate l’aurait fait», s’est par ailleurs insurgé la famille qui maintient qu’il s’est agi d’«un assassinat».

La Gendarmerie indexée

S’ils ont dit ne pas opter pour la vengeance ni répondre par une manifestation dans les rues de Libreville, les membres de la famille se sont interrogés sur le rôle et l’implication de la Gendarmerie dans cette macabre affaire. «Que faisait Mboulou Beka à la Gendarmerie de Gros-Bouquet pour que celle-ci se retrouve avec son téléphone portable ? Comment a-t-elle sur que Mboulou Beka se trouvait à Gabosep ?», s’est interrogé le porte-parole de la famille, avant de poursuivre : «Pourquoi la Gendarmerie de Gros-Bouquet, depuis que l’assassinat de Mboulou Beka par l’Etat gabonais a été rendu publique, harcèle-t-elle la famille (…) par toutes les formes possibles ?»

«Le devoir de vérité» ou pas d’inhumation !

Alors qu’«elle accuse formellement l’Etat gabonais d’être l’auteur de l’assassinat de Mboulou Beka», la famille «exige (dorénavant), au nom de la dignité humaine et de la solidarité familiale (…) que les coupables soient traduits devant la justice et répondent de leur forfait». Pour cause, lance Christophe Ovono Allogo, «Ali Bongo a publiquement et solennellement reconnu qu’il s’agissait en effet d’un assassinat». Pour l’heure, «tant que ce devoir de vérité n’est pas accompli par l’Etat gabonais, la famille a décidé que le corps de Mboulou Beka reste entre les mains de l’Etat gabonais jusqu’à ce que justice lui soit rendue». L’«affaire» est loin de trouver son épilogue que l’opposition gabonaise semble déjà la mettre à son profit.

 

 
 

50 Commentaires

  1. Quelle que soit la durée de la nuit ….Nous connaîtrons la vérité …et tes Assassins ,ainsi que les commanditaires , seront nus devant les Hommes ..

  2. zorobabel dit :

    Mes condoléances à la famille. Des milliers de Gabonais sont de tout coeur avec vous. ?’acceptez aucun compromis avec le régime d’ali. Notre frère Beka est un martyr et il va falloir qu’ali assume. Pour avoir exprimer colère face au pillage et à la mauvaise gourvenance de notre pays ali a estimé qu’il était mieux de l’assassiner. Mais sachez que les Gabonais n’oublieront jamais digne fils du Gabon mort pour ses opinions.

    La patrie ou la mort nous vaincrons

  3. stop la dit :

    Autopsier a la va vite un corps sans l’autorisation de la famille? C’est un scandale.poursuivez ce pseudo docteur en justice.

  4. le 9 dit :

    mes condoléances à la famille. que Dieu garde notre frère et que ce crime comme tous les autres ne reste pas impuni devant DIEU et devant les hommes.

  5. effectivement la Gendarmerie royale,domt la missiom est de frapper la populatiom a travers sa pseudo-police militaire est a l’origine de l’assassinat crapuleux de mon compatriote

  6. Bassomba dit :

    Il ne fallait pas sortir de chez soit ce jour!

  7. xber360 dit :

    Je suis malheureusement convaincu que nous sommes dans un pays de fous à lier où le respect de la dignité humaine s’est évaporé. J’ai regardé,sur RTN,le corps du jeune décédé le 20 décembre dernier.Ils(les autorités) ont carrément procédé à l’autopsie dehors,parterre ! AUCUN RESPECT DU CORPS ET DE LA FAMILLE DU DISPARU!!! J’ai été vivement choqué par cette scène qui défie toute moralité. Les Bantous ne respectent-ils plus la pudeur funèbre? Et la Procureur de la République était là présente,dans son jeu d superstar habituelle,face aux caméras! C’est ça la justice et le respect du citoyen mort et vivant(la famille)?

    Nous avons des hommes et des femmes sans coeur ni raison qui nous dirigent et c’est vu à l’international. Quel bel exemple du respect des Droits de l’Homme! Bravo!

  8. gabon tchouoooo dit :

    Il faut faire feux de tous bois jusqu’à ce qu’il cède… C’est bientôt

  9. 1e armee juste top pour frapper la meme population qui vie avec elle dans les mapanes. Je vous rappel que ce faussaire fut 10 ans durant le piteux ministre des affaires de defense du patrimoine familliale. il avait parler d’1e “armee familliale en or”…Resultat des courses en 2014, on constate que l’armee familliale en or, tant venter dans la gueule de ce faussaire est + equipee pour frapper la population qui vis avec elle dams les mapames, que de sauver la population qui vis avec elle dans les mapanes. Recemmemt encore, on a pu constater l’echec d’1e armee familliale ou pseudo-royale, incapable de secourir les sinistre de la “principaute d’ackamda”, n’eut ete l’efficacite de l’armee francaise que ce faussaire 1sulte today…Pis, chaque fois qu’il y a 1 grand incendi, c’est evcore l’armee francaise qui v1 a la rescousse , malgre ma pseudo-armée royale. Récemment encore 1 contenaire est tomer sur 1 taxi, ce fut encore la same thing…1e armée qui a juste ete Equiper en gaz lacrymogène et en uniforme pendant tous le règne de ce cancre…

  10. BABOKI dit :

    Moi je constate plusieurs faits:

    1- Le médecin que l’on a vu le 20-12 n’a pas fait d’autopsie, il a fait un premier constat et a même dit dans son propos qu’il fallait attendre une autopsie. Alors de quoi parle t-on?

    2- La famille affirme que le regretté MBOULOU BEKA est tombé sous les balles devant des “membres de sa famille qui étaient avec lui”. Mais comment comprendre que c’est seulement en appelant par hasard que la famille a appris le décès. Finalement, qui était avec lui? Si c’est des membres de la famille, pourquoi n’ont ils pas donné l’alerte?

    3- Je constate, pour le regretter ensuite, que la déclaration de la famille ressemble, mot pour mot, à un poste sur la page Facebook de Me OYANE ONDO Paulette, en milieu de semaine alors que la famille n’avait pas encore parlé.

    Mais pourquoi, diantre, même quand c’est une revendication noble prêter le flanc à la critique qui ne manquera pas de parler de manipulation! car malheureusement, ça sent la manipulation, à moins qu’on nous dise que Me Oyane est le conseil de la famille.

    • Mone Afirikara dit :

      Pseudo BABOKI, je ne savais pas qu’on on dit “membres de sa famille” signifiait toute la famille au complet. Pourquoi êtes-vous B… comme ça?

      Pourtant c’est très clair “membres”. Réfléchissez encore, vous allez y arriver.

    • Mone Afirikara dit :

      Pseudo BABOKI Vous dites “…Finalement, qui était avec lui? Si c’est des membres de la famille, pourquoi n’ont ils pas donné l’alerte?” Vous faites semblant ou quoi? Pourtant vous savez qu’ils ont été tous arrêtés. Ceux qui avaient tenté de secourir Bruno ont été tout simplement arrêtés. Qui devait encore alerter le reste de la famille? Qui mon cher BABOKI? Qui?

      • BABOKI dit :

        BABOKI
        Votre commentaire est en attente de modération

        29 décembre 2014 à 17 h 11 min

        Monsieur ou Madame Mone Afririkara, l’insulte est l’arme des faibles; ce que je suppose, vous n’êtes pas.

        Tiens, vous m’apprenez que des membres de la famille ont été arrêtés, mais pourquoi la famille ou d’autres personnes n’en parlent elles pas? Arrêtons l’intox, ça ne nous avance à rien.

    • Crocky dit :

      1-Constat ou autopsie, c t du pipo et rien ne justifie le fait que le corps de notre frère ai séjourné dans un camps militaire pendant plus de 2h.

      2-Vous avez déjà eu votre réponse.

      3-Le texte sur la page de Mme POO est arrivé bien après la déclaration de la famille et je vous défie de prouver le contraire.

      Bref,en ce moment il y a un appel à contribution au domicile de la famille.êtes-vous allé déposé la votre ?

    • Lelelâh dit :

      Cher Baboki, Tes interrogations sont légitimes cependant, il faudra se souvenir que:

      1) dans son intervention, Mme le Procureur avait parlé des résultats de l’autopsie pratiquée par Mme le Docteur,

      2)Pourquoi l’alerte n’a t elle pas donnée? Une fois atteint, le regretté s’écroule au milieu d’un cohue totale. Le premier reflexe était de chercher de le secourir en trouvant un véhicule pour l’amener à l’hôpital. c’est dans cette phase que la gendarmerie va les rattraper puis récupérer Mboulou Beka. la suite est connue. Je crois sincèrement que c’est faux débat que fort heureusement, Monsieur Le Président de la République, Chef de l’Etat a déjà tranché.

      3) Pour ton point3: Qui sait, peut-être que la famille a comme, Conseil Me Oyane.

  11. Miss T dit :

    Nous savions de toute façon que ce digne compatriote, qui était loin d’être un voyou, avait été abattu par les milices politiques d’Alain Bongo Ondimba. Les gesticulations stériles et précipitées qui ont suivi la mort de monsieur Mboulou Béka, que ça soit de la part du médecin légiste, du président illégitime et faussaire, de Mme le procureur de la république bananière, n’ont convaincu personne.

    Il est désormais donc établi aux yeux des gabonais et de la communauté internationale que l’Etat Ali-Acrombessi est un Etat voyou, assassin, en plus d’être un Etat de faussaires et de voleurs.

    Nous exigeons le départ d’Alain Bongo, et rapidement! Nous demandons à la communauté internationale, la France en tête, de se joindre au peuple pour mettre fin à ce régime d’incompétents, d’assassins et d’arrogants.

    • FangTomas dit :

      Le gabon est un pays indépendant, tout comme sa population. On a pas besoin de la France, qui n’en a rien à faire de nous, si ce n’est nous exploiter.
      Ce n’est pas la communauté internationale qui décide de l’avenir d’un pays.
      Arrête de vouloir te faire prendre par la main, comme un bébé.

  12. La gaboma dit :

    Excusez moi mais il y a un détail qui m’échappe, si ton parent tombe et meurt sous tes yeux,quelle sera ta première réaction ?? quand dans la vidéo le représentant de la famille Beka déclare je cite:il est tombé sous les yeux des membres de sa famille (15h)….puis on appelle Beka sur son portable pour s’étonner de son retard a la cérémonie de mariage(19h)… c’est un gendarme qui décroche(pendant ce temps ou sont les membres de la famille qui étaient avec lui?)ur ce je ne fais que passer.

    • Crocky dit :

      Mon frère il faut aussi lire les commentaires des autres, la réponse a déjà été donnée.

      Donc histoire de pas répéter, quand ton frère prend un balle à fragmentation tirée à partir d’une arme automatique devant toi, ton premier réflexe est d’appeler tes parents ou de t’assurer que ton frère reste en vie ?
      Ensuite, quand tu finis par trouver un moyen de transport et que la police te bloque avec ton frère agonisant, t’accuse de l’avoir assassiné, t’enferme et te confisque tes moyens de communications, à quel moment tu préviens tes parents ? sachant que chez nous, en détention, on n’a droit ni à un avocat, ni à un appel téléphonique.

    • Lelelâh dit :

      Gaboma: Dites nous, A supposer que vous êtes arrêté par la police militaire dans une circonstance particulière, vous donne t elle le temps de passer des coups de fil à vos proches? ARRETER CE PETIT JEU, IL EST TERRIBLEMENT DOULEREUX ET UN PEU DE DIGNITE.

  13. OWALI dit :

    Si mon pauvre frère étais reste à la maison tous cela ne devrais pas arrive il laisse un grand vide dans sa famille. Les enfants des fameux opposant sont tranquille en étrangers pour suivre leurs études nous les fils des pauvres ils veulent nous utiliser comme leurs gibiers pitié de mes frères qui ne pensent pas comment vivaient ces opposant avant prenne conscience je ne suis ni Pedegiste ni opposant je préfère souffrir dans mon coin je ne peux pas sacrifier ma vie pour 1 Ping ou 1 miboto

    • matho dit :

      Ce sont les enfants d’Ali qui etaient à la marche contre france 24 devant l’ambassade de france!?

    • Crocky dit :

      Faut pas abuser toi aussi, ce sont les opposants qui lui ont tiré dessus ? Donc cela te semble normal que l’on ne soit pas en mesure de manifester librement dans ton pays si l’on est pas du PDG ?

    • Joseph Louba dit :

      Cher OWALI, peux tu me citer les noms des enfants d’ali et des autres ministres qui sont dans la brigade anti émeutes que l’on envoie encaisser les cailloux à l’UOB ou lors des émeutes? lors des marches de soutien à ali, as tu déjà vu ses enfants? ou sont ils?

    • Lelelâh dit :

      Cher Frère Owali, En plus d’autres paramètres, la liberté est le libre choix de tout un chacun d’aller et venir. Autant que je sâches, il n’y avait point de couvre feu ce fatidique jour du 20 décembre 2014. Alors de grâce.
      Quant à votre argumentaire face aux opposants. mais qui voudriez vous voir comme opposant après plus de 35 ans de monopartisme chez nous. Puis, je pense que tout un chacun a le droit de changer d’avis sans être apostrophé. C’EST CELA AUSSI LA LIBERTE. Pour ma part tout le reste est superfétatoire. Excellente fête de fin d’année.

    • philippe vouette dit :

      @OWALI,
      Tu n’es ni opposant ni PDgiste ….n’est-ce pas ?…toi tu préfères rester dans ton coin souffrir au lieu d’aller sacrifier ta vie pour un Ping ou un Myboto …
      Tu as raison ….reste dans ton coin …c’est la que se trouve ta place !!!! Dans ce coin !!!
      Le coin que tu as trouvé pour vivre dans ta souffrance tu le mérites …. !!!
      Tu penses peut être que les choses vont changées d’elles-mêmes ? D’un coup de baguette magique ?
      Nous sommes dans la place, dans les rues par convictions ….Les choses doivent changer …c’est tout ce que je sais !!!…
      TOUTES CES personnes n’ont pas reçu 5000,10000 voir 50000 francs pour assister au meeting ….
      Nous venons tous car le désire d’écouter une autre musique est la !
      Nous venons tous car l’espoir d’un avenir meilleur pour nous et pour nos enfants est la !
      Aujourd’hui c’est Frère BEKA qui est Tombé, en 2009 plusieurs frères et sœurs sont tombé A Port-Gentil …Qui sait peut être que demain cela va être moi !!!!!
      Une maison se construit pierre par pierre …nous sommes tous des pierres qui doivent servir A la construction de notre pays…la GABON, de notre nation …la nation Gabonaise.

      Cordialement,
      Philippe Vouette

  14. Touslesmemes dit :

    La mort n’est pas un jeu politique,nous devons respecter les morts aucun commentaire ne justifie la mort ne notre compatriote il faut rester serein l’état va faire la lumière sur cette affaire,attendons voir la capacité de l’état à protéger le peuple

  15. dady dit :

    Toutes mes condoléances à la famille. Quant à toi owali, accepter la souffrance est un etat d’esprit, si tu acceptes de souffrir, laisse ceux qui refusent se battre partout pour être libéré des chaines il faut se battre et en se battant il y a tjrs le prix à payer, les opposants qui ont leurs enfants à l’étrangers ont de quoi vivre, si ns ne prenons pas conscience de notre état, c’est nous les perdants pas les opposants dont tu fais allusion.

  16. Touslesmemes dit :

    Je remarque que mes commentaires ne passe plus je pensais que gabonreview était ouvert à toute critique peut-être que vous auriez reçu des menaces d Alain Claude BILIE BI NZE ou est la démocratie ?

  17. Crocky dit :

    Chers Tous,

    Je viens d’être saisie par la Famille Mboulou Beka qui me demande de faire l’annonce suivante:

    1) Elle ne veut aucune action mercantile autour de la mort de son petit frère;

    2)Elle désavoue toute personne qui parle d’obsèques de son petit frère et réclame de l’argent à cette fin;

    3) Elle souhaite le respect par tous, de la mémoire de son petit frère et n’accepte que la solidarité désintéressée telle que celle que les Librevillois ont montré le 20 décembre 2014 en empêchant le rapt de son corps par les forces de l’ordre, comme il en a été des corps des autres personnes qu’elles ont tuées;

    4)Elle informe l’opinion nationale et internationale que toute quête d’argent et toute personne qui parle des obsèques de Mboulou Beka, alors que Justice ne lui a pas encore été rendue, est d’avance désavouée par la famille Mboulou Beka, sous réserves du droit d’agir contre elle;

    5)Elle réitère que son combat pour la mort de son petit frère est un combat pour la DIGNITE et la VERITE et remercie toute personne qui soutient ce combat dans ce sens-là. En conséquence, toute action contraire, entreprise par quelque initiative que ce soit, est une insulte à la famille Mboulou Beka et constitue une meurtrissure pour leur coeur déjà profondément blessé;

    6) La famille Mboulou Beka demande à tout le monde de respecter sa douleur;

    7) En revanche, la famille Mboulou Beka n’oubliera jamais l’élan de solidarité et générosité spontanées dont les populations librevilloises ont fait preuve à leur endroit et, à ce titre, elle s’engage à les informer de toute action entreprise pour la manifestation de la vérité sur l’assassinat de Mboulou Beka commis par l’Etat Gabonais;

    8) Elle accueille volontiers toute personne désirant se recueillir avec elle en hommage à la mémoire de Mboulou Beka, tout en condamnant toute opération de marchandisation de son petit frère.

    Melo me bèègue

    P2O

  18. Rtg1 dit :

    cet evenement malheureux et triste reste tout de meme assez obscure… Car il y a beaucoup de contradiction.

    Il y a deja eu une analyse du cas, il y en aura certainement une contre expertise dans le cadre de l’assassinat du compatriote dans l’enquete diligeante par les elements de la Police Judiciaire. 😉

  19. Bassomba dit :

    Je préfère être un lâche vivant qu’un héros mort!

    • Crocky dit :

      Le sous-lieutenant Daniel Ondo-Edou ,né en 1930 à Enkok-Loa, a dit en 1964 :
      “Je préfère la mort à la honte”

    • Iboundji dit :

      Les gens comme vous disent ça en meme temps que toutes les bonnes choses que vous avez déja laché (comme vous dites)et se retrouvent : lache et mort

    • ya kiakia dit :

      Bassomba, pour la mémoire du Disparu, et par respect pour sa famille qui n’a même pas encore commencé son deuil, paaaardon, n’interviens plus sur ce forum en particulier. Les conneries que tu sors ne sont même pas dignes d’un compatriote. Il est question ici d’un compatriote décédé dans des circonstances effroyables. Alors s’il te plaît, un minimum de dignité. A certains moments, il vaudrait mieux se taire. tu as le droit d’avoir une opinion différente sur ce sujet et bien d’autres et tu l’exprimes d’aillleurs. Mais de grâce, nous sommes africains et la mort est un sujet plus que douloureux. Vraiment arrêtes.

  20. Regis BIKOULOU dit :

    Ce qui ce passe dans notre pays est honteux,après la mort de ce garçon,personne meme pas l’assemblée nationale n’a ouvert une en quette.
    L’assemblée nationale sachant que les députés pouvaient être interpelé,ils ont vite coupé le site des députés http://www.deputesdugabon.com pour ne pas avoir à y répondre aux questions des internautes.
    HONTE à vous deputés du gabonais

  21. Ou est passé le site web de ses députés?Pourquoi les mecs de HM ne disent rien au sujet de ce site qui nous permettais de leur écrire ?
    C’est encore un coup de leur patron.
    Répondez ou es le site deputesdugabon?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW