La Coalition pour la nouvelle République a fustigé, le 23 octobre, par l’entremise de sa porte-parole Armelle Yembit, le scandale de l’affaire Wally. La CNR invite la justice à l’impartialité face aux coupables.

Armelle Yembit porte-parole de la CNR lisant la déclaration, le 23 octobre 2019. © Capture d’écran/ Facebook

 

Par la voix de sa porte-parole Armelle Yembit, la Coalition pour la nouvelle République s’est prononcée, le 23 octobre, sur l’affaire Wally, jeune fille gabonaise de 15 ans ayant été victime de pratiques sexuelles criminelles.

Ce scandale, estime la CNR, n’est en réalité qu’une partie de l’iceberg. D’autant que, selon Armelle Yembit, «les barrons du régime, y compris les membres du gouvernement, tirent profit de leurs prérogatives et fonctions pour entretenir de réseaux de proxénétisme afin d’assouvir une libido insatiable et s’adonner aux pratiques mystico-fétichistes sur nos jeunes enfants dès le bas âge». La Coalition condamne par ailleurs “les pratiques diaboliques qui déshonorent le Gabon”.

Poursuivant, le porte-parole de la CNR affirme que «la recrudescence de tels faits que le système Bongo-PDG tente de banaliser et de normaliser pour que le peuple s’y accommode n’est que la conséquence d’un système d’impunité promu par le système Ali Bongo».

Pour la CNR, les “détourneurs” de «deniers publics sont connus. Ils roulent carrosse devant un peuple appauvri et désabusé. C’est sans scrupule que ces mafieux venus droit du monde des affaires et des enfers payent le silence complice des parents des victimes des juges des officiers pour étouffer leurs basses besognes», a lancé Armelle Yembit avant d’interpeler la justice.

«Si la justice aux ordres sait s’autosaisir pour inculper et emprisonner des compatriotes sur la base de l’expression de leurs opinions, et ce en violation à l’article 19 de Déclaration universelle des droits de l’homme, qu’en est-il de criminels de l’affaire Wally ?» s’est interrogée Armelle Yembit et de poursuivre:

«Comment alors justifier l’impunité dont bénéficieraient certains barrons du régime comme le présumé sexuel connu semble-t-il des services de la DGR et auteur de détournement de plus de 25 milliards de francs CFA, en complicité avec l’actuel ministre de la Décentralisation, Mathias Otounga Ossobadjouo à l’époque où il sévissait à la Caistab. Ce traitement de faveur à l’endroit de fossoyeurs de la République est-ce cela l’Égalité de chance devant la loi».

Invitant les Gabonais à condamner ces actes odieux, la CNR a exigé l’impartialité de la justice face aux auteurs «cités dans cette sordide affaire de mœurs».

 
 

2 Commentaires

  1. moundounga dit :

    Bjr. Morceau choisi:«Comment alors justifier l’impunité dont bénéficieraient certains barrons du régime comme le présumé sexuel connu semble-t-il des services de la DGR et auteur de détournement de plus de 25 milliards de francs CFA, en complicité avec l’actuel ministre de la Décentralisation, Mathias Otounga Ossobadjouo à l’époque où il sévissait à la Caistab. Ce traitement de faveur à l’endroit de fossoyeurs de la République est-ce cela l’Égalité de chance devant la loi». Réponse: l’accord ou la conjugaison de “bénéficier” permet le doute. Il faut dire … dont bénéficie. a partir de ce moment là les choses seront claires. Tout autre forme de dénonciation demeure beaucoup plus un supplice pour les tenants de “l’air frais” et un couffin pour les autres. “pendant les veillées les tentes sont disposées face à face pour la confrontation”. Cependant, le morceau de banane finit toujours par être partagé à la fin de la cérémonie”. Amen.

  2. Sousa dit :

    Pour le moins, ils sont lent à l’allumage.

    C’est bien d’en remettre une couche mais quid du reste des sujets. Ils prennent la parole en retard pour ne parler que d’un sujet ?

    Il auraient besoin d’être plus réactif et plus souvent. On dirait qu’il se sont réveillés après une méchante morsure de singe (oubliez celles des moustiques ils doivent avoir la peau dure).

    Si c’est pour montrer leur vitesse de réaction une fois au pouvoir, si jamais ils y arrivent, ça ne promet rien de mieux que les bras cassés actuels.

    Enfin, on les sent plus sincères que les Bongos, mais bon… Peut mieux faire.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW